Carl Sagan, les extraterrestres et les ovnis

Il y a un paradoxe au cœur de la réflexion scientifique sur l’existence de civilisations extraterrestres. Petit rappel : depuis 1947et l’émergence du débat sur les soucoupes volantes et leur possible origine extraterrestre, la plupart des scientifiques ont répondu en expliquant que les témoins se trompaient prenaient des vessies pour des lanternes, ou plutôt des ballons-sondes pour des soucoupes et que la seule voie pour espérer dénicher d’éventuels ET était celle de la science. Ce propos s’est affiné à partir du début des années 1960 lorsque quelques chercheurs comme Guiseppe Cocconi et Philip Morrison, Frank Drake ou Carl Sagan ont prôné la mise en place de programmes d’écoute radio du ciel pour tenter de capter des émissions radio ET. Leur discours consistait donc à dire que l’ufologie était une impasse et que seul le programme SETI permettrait d’envisager d’entrer un jour ou l’autre dans le Club Galactique et d’accéder à l’Encyclopaedia Galactica.

Pourtant si on se penche sur le travail d’auteurs qui ont tenté d’imaginer ce qui pourrait alors se passer, des auteurs qui ont réfléchi au-delà du scénario « premier degré » de l’invasion martienne souvent représentée au cinéma, on trouve une série d’auteurs comme l’écrivain polonais Stanislaw Lem avec Solaris, comme Stanley Kubrick avec 2001 l’odyssée de l’espace, ou comme… Carl Sagan avec Contact en 1985 qui décrivent une situation où les scientifiques ne parviennent pas à comprendre ce qu’est une forme de pensée étrangère et se trouvent dans l’incapacité d’apporter ces preuves qu’ils réclament pourtant avec force aux amateurs d’ovnis.

On se trouve donc dans une situation intéressante où, quand il s’agit de débattre entre ufologie et programme SETI, les porte parole de  SETI exigent des ufologues des preuves qu’eux-mêmes se trouvent dans l’incapacité d’apporter lorsque certains auteurs, y compris dans leurs rangs, imaginent le résultat d’un contact.

Comme on le montre dans la vidéo ci-dessous, l’adaptation au cinéma du roman de Carl Sagan par le réalisateur Robert Zemeckis avec Jodie Foster dans le rôle de la scientifique qui capte un signal radio ET, illustre remarquablement bien cette symétrie entre les critiques que les scientifiques de SETI font aux ufologues et les critiques auxquelles ces mêmes scientifiques se retrouvent confrontés lorsque leur projet d’écoute se trouve réussir. La scientifique incarnée par Jodie Foster se retrouve mise en cause dans des termes qui sont les mêmes que ceux qui sont opposés par ces mêmes scientifiques aux ufologues.

Le fait qu’une telle issue ait été imaginée par plusieurs auteurs majeurs du genre oblige à s’interroger au-delà du débat habituellement mis en scène entre les ufologues et les chercheurs de SETI. Lem, Kubrick ou Sagan (et on pourrait y rajouter Spielberg avec Rencontres du 3etype ; même s’il imagine un succès du côté des scientifiques emmenés par François Truffaut, les résultats en demeurent cachés) aboutissent tous à cette idée que la réussite du projet SETI serait paradoxalement marquée par une incapacité à déployer ces preuves exigées aux ufologues. D’où l’idée de s’interroger, comme l’ont fait de nombreux sociologues des sciences, sur la place de la « preuve » dans le travail scientifique. Est-ce que le travail scientifique dépend autant qu’on veut bien le dire de la capacité à prouver la réalité des faits ou bien est-cequ’il ne faut pas envisager le travail scientifique sous un autre angle ?  La réflexion sur les civilisations extraterrestres, en rapprochant la description du travail scientifique dans ledomaine des sciences « dures » du travail déployé par d’autres scientifiques qui ont pu s’intéresser à l’intelligence non humaine, celle des animaux* comme celle des extraterrestres, invite à envisager autrement la question de la « démonstration » en science.

*Sur la question du rapprochement entre réflexion sur la pensée animale et sur la pensée extraterrestre, nous avons proposé une autre brêve vidéo dans le cadre de la chaîne Crank sur Youtube (également accessible sur Vimeo).

Histoire des ovnis: chronologie sommaire

Dans cette chronologie, j’ai tenté de présenter les faits marquants de l’histoire des débats sur les soucoupes volantes (devenues UFO dans les années 1950) et de présenter un certain nombre de documents liés à cette histoire. Il s’agit d’une première approche, susceptible d’être améliorée. Merci d’avance pour vos remarques et propositions d’ajouts et de corrections.

Continuer la lecture

Les bulletins du Civilian Saucer Intelligence of New York (1954-1959)

Parmi les tout premiers groupes « ufologiques » américains figure le Civilian Saucer Intelligence, un groupe de New York animé par Ted Bloecher, Isabel Davis et Lex Mebane, trois pionniers de ce qu’on appellera plus tard l’ufologie qui ont acquis une réputation légendaire en raison de la qualité de leur travail sur des cas réputés difficiles (notamment par rapport à l’étude des « humanoïdes » dans le cas de Ted Bloecher et d’Isabel Davis).

Continuer la lecture

Ouranos: la toute première revue française consacrée aux soucoupes volantes (1952-1954)

L’une des toutes premières revues consacrées aux soucoupes volantes, la toute première en France et en Angleterre, s’intitulait Ouranos et fut publiée à partir de juin 1952 par un Français, Marc Thirouin, et un Anglais, Eric Biddle. Cette revue est aujourd’hui quasiment introuvable, notamment ses sept premiers numéros. Très peu d’ufologues ou d’historiens de l’ufologie ont eu l’occasion de voir des numéros de cette première série d’Ouranos. Lorsque des ufologues en possèdent, il s’agit généralement des numéros au format A4 publiés à partir du numéro 12, daté du 4e trimestre 1954, qui représente « une nouvelle série, plus ample, plus confortable, mieux adapté au développement mondial du problème des S.V. » (Ouranos n° 12, p. 1). Les numéros 1 à 7 d’Ouranos et les n° 1 à 4 d’Ouranos-Actualités sont quasi impossibles à trouver.

Continuer la lecture

Kenneth Arnold: récit d’une enquête historique et ethnographique aux Etats-Unis sur l’origine des soucoupes volantes (1987-1988)

En 1987 et 1988, j’ai effectué deux séjours aux Etats-Unis pour réunir des informations et de la documentation dans le cadre d’une enquête sur les circonstances au cours desquelles les soucoupes volantes (flying saucers) ont été « inventées ». Quelques souvenirs agrémentés de photos (toutes les photos sont © Pierre Lagrange).

Continuer la lecture

Bibliographie des travaux de John Keel

Bibliographie établie par George M. Eberhart et Pierre Lagrange

Cette bibliographie des écrits de John Keel (1930-2009) est bien sûr loin d’être complète. Elle ne comporte aucun texte avant le milieu des années soixante, excepté Jadoo et elle est sans doute très incomplète après 1994 (John Keel tenait alors une chronique régulière dans le magazine Fate).

Continuer la lecture

Les thèses consacrées à la sociologie et l’histoire des ovnis disponibles en ligne

Grâce à l’ufologue américain Isaac Koi, il est possible de consulter et/ou de télécharger un nombre important de mémoires et de thèses consacrées aux ovnis, la plupart sous l’angle de l’histoire, de la sociologie ou de la psychologie (lorsqu’on arrive sur la page des thèses, descendre au-dessous du bandeau contenant des annonces publicitaires pour parvenir aux sections qui présentent les différentes thèses).

Continuer la lecture

Les livres sur l’histoire de l’ufologie et des débats sur les ovnis

Lorsqu’il s’agit d’histoire des (controverses sur les) ovnis, l’ouvrage le plus souvent cité est celui de David Michael Jacobs, The UFO Controversy in America publié en 1975. Mais ce livre n’est pas le premier à avoir abordé l’histoire de ce domaine complexe.

Continuer la lecture

Les trois paradigmes qui ont marqué l’histoire des ovnis

Depuis la publication de La Structure des révolutions scientifiques de l’historien des sciences Thomas Kuhn (1962), le terme de paradigme a été largement utilisé pour décrire l’évolution de l’histoire des sciences et la succession de grands modèles théoriques qui ont à chaque époque englobé et structuré une bonne partie du savoir. Je vais le reprendre ici pour essayer de décrire l’histoire des débats sur les ovnis.

Je pense qu’il y a eu au moins trois grands changements de paradigmes au sein de l’ufologie depuis son apparition au début des années 1950 qui ont été déterminants.

Continuer la lecture

Hangar 1: les dossiers ovni (une série de documentaires diffusés sur la chaîne 23)

Depuis le 20 février 2015, la chaîne 23 a entamé la diffusion d’une série de documentaires sur les ovnis produits à l’origine pour la chaîne américaine H2. Intitulés « Hangar 1: les dossiers ovni » (titre original: Hangar 1: The UFO Files), ces documentaires se présentent comme le compte-rendu des enquêtes réalisées par un groupe d’ufologues américains, le MUFON (Mutual UFO Network) qui a entrepris de révéler les secrets et complots à propos de ces mystérieux objets.

Qu’est-ce que cette série documentaire nous apprend sur le débat sur les ovnis et sur le travail des ufologues?

Continuer la lecture