Le catalogue de Guy Quincy/Guy Quincy’s Catalog of UFO sightings

Le premier catalogue d’observations d’ovnis a été réalisé par Guy Quincy (1929-1998) à la fin des années 1950. Vous pourrez en trouver une copie ici. Guy Quincy était alors directeur des Archives départementales de Constantine en Algérie. Il deviendra pas la suite directeur des Archives départementales de Tulle en Corrèze. 

Première page du catalogue d’observations d’ovnis de Guy Quincy

Continuer la lecture

“Le dossier des soucoupes volantes”: débat avec l’astronome Pierre Guérin (Actuel 2, 4 février 1974)

Voici un document important pour comprendre l’histoire des débats sur les ovnis. Il s’agit d’un débat télévisé avec l’astronome Pierre Guérin le lundi 4 février 1974 dans le cadre de l’émission Actuel 2 présentée par François de Closets sur Antenne 2. Cette émission, un des “classiques” de la télévision française sur ce sujet, est disposnible en huit parties sur Youtube (enfin, presque… voir plus bas).

Image extraite de l’émission Actuel 2 avec Pierre Guérin, 1974.

Continuer la lecture

Carl Sagan, les extraterrestres et les ovnis

Il y a un paradoxe au cœur de la réflexion scientifique sur l’existence de civilisations extraterrestres. Petit rappel : depuis 1947et l’émergence du débat sur les soucoupes volantes et leur possible origine extraterrestre, la plupart des scientifiques ont répondu en expliquant que les témoins se trompaient prenaient des vessies pour des lanternes, ou plutôt des ballons-sondes pour des soucoupes, et que la seule voie pour espérer dénicher d’éventuels ET était celle de la science. Ce propos s’est affiné à partir du début des années 1960 lorsque quelques chercheurs comme Guiseppe Cocconi et Philip Morrison, Frank Drake ou Carl Sagan ont prôné la mise en place de programmes d’écoute radio du ciel pour tenter de capter des émissions radio ET. Leur discours consistait donc à dire que l’ufologie était une impasse et que seul le programme SETI permettrait d’envisager d’entrer un jour ou l’autre dans le Club Galactique et d’accéder à l’Encyclopaedia Galactica.

Pourtant si on se penche sur ceux qui ont tenté d’imaginer ce qui pourrait alors se passer, au-delà du scénario « premier degré » de l’invasion martienne souvent représentée au cinéma, on trouve une série d’auteurs comme l’écrivain polonais Stanislaw Lem avec Solaris, comme Stanley Kubrick avec 2001 l’odyssée de l’espace, ou comme… Carl Sagan avec Contact en 1985. Ces auteurs décrivent des situations où les scientifiques ne parviennent pas à comprendre ce qu’est une forme de pensée “étrangère” et se trouvent dans l’incapacité d’apporter ces preuves qu’ils réclament pourtant avec force aux amateurs d’ovnis.

Il faut insister sur le caractère remarquable de la situation: les débats entre ufologie et programme SETI mettent en scène des porte parole de SETI qui exigent des ufologues des preuves qu’eux-mêmes sont dans l’incapacité de fournir lorsque certains, y compris dans leurs rangs, imaginent qu’un contact a lieu.

Comme on le montre dans la vidéo ci-dessous, l’adaptation au cinéma du roman de Carl Sagan par le réalisateur Robert Zemeckis avec Jodie Foster dans le rôle de la scientifique qui capte un signal radio ET, illustre remarquablement bien cette symétrie entre les critiques que les scientifiques de SETI font aux ufologues et les critiques auxquelles ces mêmes scientifiques se retrouvent confrontés lorsque leur projet d’écoute se trouve réussir. La scientifique incarnée par Jodie Foster est mise en cause dans des termes qui sont les mêmes que ceux qui sont opposés par ces mêmes scientifiques aux ufologues.

Le fait qu’une telle issue ait été imaginée par plusieurs auteurs majeurs du genre oblige à s’interroger au-delà du débat habituellement mis en scène entre les ufologues et les chercheurs de SETI. Lem, Kubrick ou Sagan (et on pourrait y rajouter Spielberg avec Rencontres du 3etype ; même s’il imagine un succès du côté des scientifiques emmenés par François Truffaut, les résultats en demeurent cachés) aboutissent tous à cette idée que la réussite du projet SETI serait paradoxalement marquée par une incapacité à déployer ces preuves exigées aux ufologues. D’où l’idée de s’interroger, comme l’ont fait de nombreux sociologues des sciences, sur la place de la « preuve » dans le travail scientifique. Est-ce que le travail scientifique dépend autant qu’on veut bien le dire de la capacité à prouver la réalité des faits ou bien est-ce qu’il ne faut pas envisager le travail scientifique sous un autre angle ?  La réflexion sur les civilisations extraterrestres, en rapprochant la description du travail scientifique dans le domaine des sciences « dures » du travail déployé par d’autres scientifiques qui ont pu s’intéresser à l’intelligence non humaine, celle des animaux* comme celle des extraterrestres, invite à envisager autrement la question de la « démonstration » en science.

*Sur la question du rapprochement entre réflexion sur la pensée animale et sur la pensée extraterrestre, nous avons proposé une autre brève vidéo dans le cadre de la chaîne Crank sur Youtube (également accessible sur Vimeo).

Contactés: entretien télévisé avec Jean Miguères

Jean Miguères (1940-1992) est un contacté français qui a suscité d’importants débats chez les ufologues à la fin des années 1970 et au cours des années 1980 à propos de la réalité de son contact. C’était un des rares contactés qui avait construit une partie de son discours autour de l’idée qu’il était capable de prouver la réalité de son contact, d’abord par des dossiers médicaux censés démontrer la réalité des événements qu’il avait vécu le jour de son contact, ensuite par toute une série de détails qu’il a diffusé à propos de preuves, notamment liées à des faits astronomiques communiqués par les extraterrestres.

On trouve sur internet peu de documents sur Jean Miguères.

Ici un entretien avec le journaliste canadien et spécialiste d’ésotérisme Richard Glenn dans le cadre de son émission diffusée alors sur le cable au Canada.

Ce qui est intéressant dans le discours de Miguères, c’est qu’on y trouve des propos qui, aujourd’hui, semblent préfigurer les discours complotistes actuels: “les leviers de commande de la planète Terre sont de moins en moins aux mains des terriens” dit-il au cours d’une conférence dont un extrait est repris dans ce document. Difficile de ne pas interpréter ce propos à la lueur de tout ce qui s’écrit aujourd’hui à propos des pactes qui auraient été passés entre gouvernements terrestres et extraterrestres. On trouvait ce genre de discours dans le soucoupisme des années 1950 et 1960 mais il n’était pas diffusé par la culture générale comme c’est le cas depuis le milieu des années 1990 avec la publicité faite à l’affaire de Roswell par le biais notamment de la série X-Files.

A la différence d’autres contactés qui évoquent bien sûr la notion de preuve mais qui ne dépasse guère le niveau de leur groupe de fidèles, Miguères a écrit des livres, fait des conférences et entretenu des contacts étroits avec de nombreux spécialistes des ovnis et du paranormal qui lui ont permis de revendiquer un contact étroit avec des scientifiques et le soutien de ces scientifiques. Il a construit un discours à propos de preuves concrètes relevant de l’astronomie, preuves qu’il expliquait avoir présenté à des astronomes.

Après deux livres publiés aux éditions Alain Lefeuvre (que l’on peut voir posés sur la table au début de l’enregistrement), un éditeur qui s’était spécialisé dans le paranormal et qui s’était lancé justement en publiant le tout premier livre de Jean Miguères, J’ai été le cobaye des extraterrestres, le contacté a publié un troisième ouvrage au ton très différent. Dans ce troisième livre, il n’est plus question de preuves, il s’agit d’un discours au ton religieux, prophétique qui illustrait un changement profond dans son discours et sa stratégie de communication. Ce livre a connu une diffusion assez faible.

Jean Miguères est mot en 1992, abattu en pleine rue à Lyon par son beau-père. Ce dernier était semble-t-il très inquiet parce que Miguères avait prévu d’aller s’installer en Amérique du Sud et avait prévu d’emmener avec lui sa femme et leur fille. Le beau-père considérait semble-t-il que Jean Miguères était en train de se transformer en un gourou incontrôlable et il craignait pour la vie de sa petite fille (si l’on se fie à ce que la presse locale a publié à l’époque des faits).

Dictionnaire sur les ovnis et l’ufologie

Le but de ce dictionnaire (en construction perpétuelle, et pour l’instant à peine ébauché…) est de fournir des présentations brèves mais les plus précises possibles de l’ensemble des acteurs du domaine ufologique ainsi que des définitions des termes du vocabulaire forgé par les ufologues, les noms de groupes, de revues et de bulletins.

Continuer la lecture