Carl Sagan, les extraterrestres et les ovnis

Il y a un paradoxe au cœur de la réflexion scientifique sur l’existence de civilisations extraterrestres. Petit rappel : depuis 1947et l’émergence du débat sur les soucoupes volantes et leur possible origine extraterrestre, la plupart des scientifiques ont répondu en expliquant que les témoins se trompaient prenaient des vessies pour des lanternes, ou plutôt des ballons-sondes pour des soucoupes et que la seule voie pour espérer dénicher d’éventuels ET était celle de la science. Ce propos s’est affiné à partir du début des années 1960 lorsque quelques chercheurs comme Guiseppe Cocconi et Philip Morrison, Frank Drake ou Carl Sagan ont prôné la mise en place de programmes d’écoute radio du ciel pour tenter de capter des émissions radio ET. Leur discours consistait donc à dire que l’ufologie était une impasse et que seul le programme SETI permettrait d’envisager d’entrer un jour ou l’autre dans le Club Galactique et d’accéder à l’Encyclopaedia Galactica.

Pourtant si on se penche sur le travail d’auteurs qui ont tenté d’imaginer ce qui pourrait alors se passer, des auteurs qui ont réfléchi au-delà du scénario « premier degré » de l’invasion martienne souvent représentée au cinéma, on trouve une série d’auteurs comme l’écrivain polonais Stanislaw Lem avec Solaris, comme Stanley Kubrick avec 2001 l’odyssée de l’espace, ou comme… Carl Sagan avec Contact en 1985 qui décrivent une situation où les scientifiques ne parviennent pas à comprendre ce qu’est une forme de pensée étrangère et se trouvent dans l’incapacité d’apporter ces preuves qu’ils réclament pourtant avec force aux amateurs d’ovnis.

On se trouve donc dans une situation intéressante où, quand il s’agit de débattre entre ufologie et programme SETI, les porte parole de  SETI exigent des ufologues des preuves qu’eux-mêmes se trouvent dans l’incapacité d’apporter lorsque certains auteurs, y compris dans leurs rangs, imaginent le résultat d’un contact.

Comme on le montre dans la vidéo ci-dessous, l’adaptation au cinéma du roman de Carl Sagan par le réalisateur Robert Zemeckis avec Jodie Foster dans le rôle de la scientifique qui capte un signal radio ET, illustre remarquablement bien cette symétrie entre les critiques que les scientifiques de SETI font aux ufologues et les critiques auxquelles ces mêmes scientifiques se retrouvent confrontés lorsque leur projet d’écoute se trouve réussir. La scientifique incarnée par Jodie Foster se retrouve mise en cause dans des termes qui sont les mêmes que ceux qui sont opposés par ces mêmes scientifiques aux ufologues.

Le fait qu’une telle issue ait été imaginée par plusieurs auteurs majeurs du genre oblige à s’interroger au-delà du débat habituellement mis en scène entre les ufologues et les chercheurs de SETI. Lem, Kubrick ou Sagan (et on pourrait y rajouter Spielberg avec Rencontres du 3etype ; même s’il imagine un succès du côté des scientifiques emmenés par François Truffaut, les résultats en demeurent cachés) aboutissent tous à cette idée que la réussite du projet SETI serait paradoxalement marquée par une incapacité à déployer ces preuves exigées aux ufologues. D’où l’idée de s’interroger, comme l’ont fait de nombreux sociologues des sciences, sur la place de la « preuve » dans le travail scientifique. Est-ce que le travail scientifique dépend autant qu’on veut bien le dire de la capacité à prouver la réalité des faits ou bien est-cequ’il ne faut pas envisager le travail scientifique sous un autre angle ?  La réflexion sur les civilisations extraterrestres, en rapprochant la description du travail scientifique dans ledomaine des sciences « dures » du travail déployé par d’autres scientifiques qui ont pu s’intéresser à l’intelligence non humaine, celle des animaux* comme celle des extraterrestres, invite à envisager autrement la question de la « démonstration » en science.

*Sur la question du rapprochement entre réflexion sur la pensée animale et sur la pensée extraterrestre, nous avons proposé une autre brêve vidéo dans le cadre de la chaîne Crank sur Youtube (également accessible sur Vimeo).

Non humains ici et ailleurs?

Nous commençons à comprendre que les animaux non humains (cétacés etc) ont aussi développé des cultures, ce qui nous oblige à nous interroger sur la façon dont nous avons défini la science qui nous permettait de les appréhender. Comment développer un savoir sur les êtres non humains qui existent très probablement ailleurs et qui ont certainement de toutes autres conceptions de ce que nous qualifions de nature et de culture?