Carl Sagan, les extraterrestres et les ovnis

Il y a un paradoxe au cœur de la réflexion scientifique sur l’existence de civilisations extraterrestres. Petit rappel : depuis 1947et l’émergence du débat sur les soucoupes volantes et leur possible origine extraterrestre, la plupart des scientifiques ont répondu en expliquant que les témoins se trompaient prenaient des vessies pour des lanternes, ou plutôt des ballons-sondes pour des soucoupes, et que la seule voie pour espérer dénicher d’éventuels ET était celle de la science. Ce propos s’est affiné à partir du début des années 1960 lorsque quelques chercheurs comme Guiseppe Cocconi et Philip Morrison, Frank Drake ou Carl Sagan ont prôné la mise en place de programmes d’écoute radio du ciel pour tenter de capter des émissions radio ET. Leur discours consistait donc à dire que l’ufologie était une impasse et que seul le programme SETI permettrait d’envisager d’entrer un jour ou l’autre dans le Club Galactique et d’accéder à l’Encyclopaedia Galactica.

Pourtant si on se penche sur ceux qui ont tenté d’imaginer ce qui pourrait alors se passer, au-delà du scénario « premier degré » de l’invasion martienne souvent représentée au cinéma, on trouve une série d’auteurs comme l’écrivain polonais Stanislaw Lem avec Solaris, comme Stanley Kubrick avec 2001 l’odyssée de l’espace, ou comme… Carl Sagan avec Contact en 1985. Ces auteurs décrivent des situations où les scientifiques ne parviennent pas à comprendre ce qu’est une forme de pensée “étrangère” et se trouvent dans l’incapacité d’apporter ces preuves qu’ils réclament pourtant avec force aux amateurs d’ovnis.

Il faut insister sur le caractère remarquable de la situation: les débats entre ufologie et programme SETI mettent en scène des porte parole de SETI qui exigent des ufologues des preuves qu’eux-mêmes sont dans l’incapacité de fournir lorsque certains, y compris dans leurs rangs, imaginent qu’un contact a lieu.

Comme on le montre dans la vidéo ci-dessous, l’adaptation au cinéma du roman de Carl Sagan par le réalisateur Robert Zemeckis avec Jodie Foster dans le rôle de la scientifique qui capte un signal radio ET, illustre remarquablement bien cette symétrie entre les critiques que les scientifiques de SETI font aux ufologues et les critiques auxquelles ces mêmes scientifiques se retrouvent confrontés lorsque leur projet d’écoute se trouve réussir. La scientifique incarnée par Jodie Foster est mise en cause dans des termes qui sont les mêmes que ceux qui sont opposés par ces mêmes scientifiques aux ufologues.

Le fait qu’une telle issue ait été imaginée par plusieurs auteurs majeurs du genre oblige à s’interroger au-delà du débat habituellement mis en scène entre les ufologues et les chercheurs de SETI. Lem, Kubrick ou Sagan (et on pourrait y rajouter Spielberg avec Rencontres du 3etype ; même s’il imagine un succès du côté des scientifiques emmenés par François Truffaut, les résultats en demeurent cachés) aboutissent tous à cette idée que la réussite du projet SETI serait paradoxalement marquée par une incapacité à déployer ces preuves exigées aux ufologues. D’où l’idée de s’interroger, comme l’ont fait de nombreux sociologues des sciences, sur la place de la « preuve » dans le travail scientifique. Est-ce que le travail scientifique dépend autant qu’on veut bien le dire de la capacité à prouver la réalité des faits ou bien est-ce qu’il ne faut pas envisager le travail scientifique sous un autre angle ?  La réflexion sur les civilisations extraterrestres, en rapprochant la description du travail scientifique dans le domaine des sciences « dures » du travail déployé par d’autres scientifiques qui ont pu s’intéresser à l’intelligence non humaine, celle des animaux* comme celle des extraterrestres, invite à envisager autrement la question de la « démonstration » en science.

*Sur la question du rapprochement entre réflexion sur la pensée animale et sur la pensée extraterrestre, nous avons proposé une autre brève vidéo dans le cadre de la chaîne Crank sur Youtube (également accessible sur Vimeo).

Le “paranormal” tel qu’il est étudié par beaucoup de sociologues: de quel côté se trouve la croyance?

De nombreux travaux de sociologues sont consacrés à différents thèmes liés au paranormal. Malheureusement la plupart de ces travaux présentent au moins un sérieux problème lié à leur conception de ce qu’est le paranormal.

Continuer la lecture

Une nouvelle exceptionnelle: la bibliographie sur les ovnis de George M. Eberhart enfin disponible en ligne

En 1986, le bibliographe et spécialiste des ovnis George M. Eberhart fait paraître chez Scarecrow Press une monumentale bibliographie en deux volumes consacrée aux ovnis et aux contacts extraterrestres. Ce travail recense plus de 15 000 références: livres, revues, bulletins, articles de la presse scientifique, de la presse populaire, documents officiels, etc.

Eberhart-UFOs-Cover

Continuer la lecture

Kenneth Arnold et “l’invention” des soucoupes volantes: comment on n’a cessé de ré-écrire l’histoire.

Toutes celles et tous ceux (journalistes, historiens etc) qui veulent évoquer l’histoire des ovnis sont obligé de mentionner à un moment ou à un autre le nom de Kenneth Arnold. Kenneth Arnold est l’Américain qui est à l’origine du débat médiatique qui a donné lieu à l’invention des expressions “flying saucer” (soucoupe volante) et “flying disk” (disque volant) en 1947.

Mais depuis 1947, le nom de Kenneth Arnold et les événements liés au début de l’histoire des ovnis ont été décrits de façons très différentes. On peut distinguer en gros quatre périodes dans la façon dont l’affaire Arnold a été décrite.

Continuer la lecture

Images scientifiques et images de science-fiction: comment les scientifiques observent-ils les phénomènes?

VerneRiou-CalmarNautilus

Tout le monde connaît cette scène: le capitaine Nemo face à l’immense baie vitrée du Nautilus en train de regarder un calmar géant qui surgit — véritable “scène primitive” en matière d’intrigue de roman populaire. Ce dont on se souvient sans doute un peu moins, c’est des circonstances au cours desquelles Nemo et les autres passagers du Nautilus ont pu voir cet animal alors “mythique” (1866).

Continuer la lecture

Livres, thèses et articles sur l’histoire et la sociologie du “paranormal”

Cette bibliographie — en cours de construction, le but est de la compléter et de faire suivre chaque référence d’une courte notice — présente une liste d’articles, de livres et de thèses sur la sociologie du paranormal. Ces publications sont classées par ordre alphabétique. D’autre listes bibliographiques seront consacrées plus précisément à l’étude des différents domaines du paranormal (ovni/ufologie, parapsychologie etc) et aux différentes approches (science studies, sociologie des religions, folklore, etc). Merci d’avance de me signaler les nombreux articles qui n’auront pas manqué de m’échapper.

Continuer la lecture

Kenneth Arnold: récit d’une enquête historique et ethnographique aux Etats-Unis sur l’origine des soucoupes volantes (1987-1988)

En 1987 et 1988, j’ai effectué deux séjours aux Etats-Unis pour réunir des informations et de la documentation dans le cadre d’une enquête sur les circonstances au cours desquelles les soucoupes volantes (flying saucers) ont été “inventées”. Quelques souvenirs agrémentés de photos (toutes les photos sont © Pierre Lagrange).

Continuer la lecture

Les travaux à lire pour aborder la sociologie des “parasciences”: 2) études sur les parasciences

Après avoir évoqué dans la première partie de cette bibliographie les travaux consacrés à la pensée magique et à la croyance, penchons-nous sur les travaux plus précisément consacrés aux “parasciences”.

Continuer la lecture

Les travaux à lire pour aborder la sociologie des “parasciences”: 1) études sur la pensée magique et la croyance

Il existe de nombreuses études à prétention sociologique sur la notion de “parasciences” ou sur les ovnis et d’autres phénomènes dits paranormaux. Mais la plupart de ces travaux sont réalisés dans une optique “critique” avec l’idée de démarquer les vraies sciences des fausses (sur la base de critères souvent opaques comme ceux d’objectivité, de rationalité, de vérité scientifique, ou de réalité, sans s’interroger sur l’histoire de ces termes/catégories). Les études qui proposent une déconstruction des catégories comme celles de croyance, d’irrationnel, d’objectivité, etc, sont beaucoup plus rares.

Continuer la lecture

Un livre sur l’histoire de la parapsychologie en souscription

Le psychologue Renaud Evrard devrait publier dans quelques mois un livre consacré à l’histoire de la parapsychologie: La Légende de l’esprit. Enquête sur 150 ans de parapsychologie, actuellement en souscription sur le site de son éditeur. Cet ouvrage comprendra un historique très précis de l’histoire des débats sur les phénomènes métapsychiques et parapsychologiques en France, depuis l’émergence du spiritisme au milieu du 19e siècle jusqu’aux débats actuels en passant par l’histoire d’acteurs importants de ce domaine (comme Charles Richet, prix Nobel de physiologie et inventeur du mot métapsychique), celle de l’Institut Métapsychique international (une fondation créée en 1919 toujours en activité), jusqu’aux groupes des années 1970 (comme le GERP, Groupe d’Etudes et de Recherches en Parapsychologie) ou certains débats plus récents.

Continuer la lecture

La revue Zetetic Scholar à télécharger

Sur cette page, on trouve l’ensemble des numéros du fameux Zetetic Scholar, la revue créée par le sociologue américain Marcello Truzzi (1935-2003), dédiée à l’épistémologie et à la sociologie du paranormal. Inutile de dire que, sans les travaux de Marcello Truzzi et de quelques autres chercheurs (Ron Westrum qui en devint un des associate editors à partir du n° 5, Harry Collins, qui en était l’un des contributing editors, ou Trevor Pinch qui y publia des articles), le site que vous êtes en train de consulter, Pulp Sciences, n’existerait sans doute pas, ou serait bien différent.

Chaque numéro est disponible en dossier pdf. La page qui abrite cette collection a été créée par George P. Hansen, un parapsychologue américain.