La revue Contemporary Legend

La revue Contemporary Legend, publiée par l’International Society for Contemporary Legend Research, est disponible sur internet sous forme de fichiers pdf à télécharger. 

Continuer la lecture

Quand Jules Verne “prédisait” — aussi ! — la crise écologique et son origine humaine.

RÉSUMÉ (pour les internautes pressés): 

Quand on évoque le programme Apollo, comme on le fait ces jours-ci pour le 50anniversaire du premier pas de Neil Armstrong sur la lune, on ressort souvent Jules Verne et le fait qu’il avait prédit tout cela un siècle plus tôt.

Tout le monde connaît en effet De la terre à la lune (1865) et Autour de la lune (1869) mais très peu de gens savent que Jules Verne a écrit un troisième roman en 1889, Sans dessus dessousqui met à nouveau en scène le Gun Club, les marchands de canons milliardaires qui ont envoyé un « obus » habité vers la lune dans les deux romans précédents. Or ce troisième roman permet de comprendre à quel point Jules Verne est vraiment notre contemporain en ayant« prédit » non seulement l’astronautique et les voyages dans l’espace mais aussi la crise écologique et son origine humaine.

Continuer la lecture

Carl Sagan, les extraterrestres et les ovnis

Il y a un paradoxe au cœur de la réflexion scientifique sur l’existence de civilisations extraterrestres. Petit rappel : depuis 1947et l’émergence du débat sur les soucoupes volantes et leur possible origine extraterrestre, la plupart des scientifiques ont répondu en expliquant que les témoins se trompaient prenaient des vessies pour des lanternes, ou plutôt des ballons-sondes pour des soucoupes, et que la seule voie pour espérer dénicher d’éventuels ET était celle de la science. Ce propos s’est affiné à partir du début des années 1960 lorsque quelques chercheurs comme Guiseppe Cocconi et Philip Morrison, Frank Drake ou Carl Sagan ont prôné la mise en place de programmes d’écoute radio du ciel pour tenter de capter des émissions radio ET. Leur discours consistait donc à dire que l’ufologie était une impasse et que seul le programme SETI permettrait d’envisager d’entrer un jour ou l’autre dans le Club Galactique et d’accéder à l’Encyclopaedia Galactica.

Pourtant si on se penche sur ceux qui ont tenté d’imaginer ce qui pourrait alors se passer, au-delà du scénario « premier degré » de l’invasion martienne souvent représentée au cinéma, on trouve une série d’auteurs comme l’écrivain polonais Stanislaw Lem avec Solaris, comme Stanley Kubrick avec 2001 l’odyssée de l’espace, ou comme… Carl Sagan avec Contact en 1985. Ces auteurs décrivent des situations où les scientifiques ne parviennent pas à comprendre ce qu’est une forme de pensée “étrangère” et se trouvent dans l’incapacité d’apporter ces preuves qu’ils réclament pourtant avec force aux amateurs d’ovnis.

Il faut insister sur le caractère remarquable de la situation: les débats entre ufologie et programme SETI mettent en scène des porte parole de SETI qui exigent des ufologues des preuves qu’eux-mêmes sont dans l’incapacité de fournir lorsque certains, y compris dans leurs rangs, imaginent qu’un contact a lieu.

Comme on le montre dans la vidéo ci-dessous, l’adaptation au cinéma du roman de Carl Sagan par le réalisateur Robert Zemeckis avec Jodie Foster dans le rôle de la scientifique qui capte un signal radio ET, illustre remarquablement bien cette symétrie entre les critiques que les scientifiques de SETI font aux ufologues et les critiques auxquelles ces mêmes scientifiques se retrouvent confrontés lorsque leur projet d’écoute se trouve réussir. La scientifique incarnée par Jodie Foster est mise en cause dans des termes qui sont les mêmes que ceux qui sont opposés par ces mêmes scientifiques aux ufologues.

Le fait qu’une telle issue ait été imaginée par plusieurs auteurs majeurs du genre oblige à s’interroger au-delà du débat habituellement mis en scène entre les ufologues et les chercheurs de SETI. Lem, Kubrick ou Sagan (et on pourrait y rajouter Spielberg avec Rencontres du 3etype ; même s’il imagine un succès du côté des scientifiques emmenés par François Truffaut, les résultats en demeurent cachés) aboutissent tous à cette idée que la réussite du projet SETI serait paradoxalement marquée par une incapacité à déployer ces preuves exigées aux ufologues. D’où l’idée de s’interroger, comme l’ont fait de nombreux sociologues des sciences, sur la place de la « preuve » dans le travail scientifique. Est-ce que le travail scientifique dépend autant qu’on veut bien le dire de la capacité à prouver la réalité des faits ou bien est-ce qu’il ne faut pas envisager le travail scientifique sous un autre angle ?  La réflexion sur les civilisations extraterrestres, en rapprochant la description du travail scientifique dans le domaine des sciences « dures » du travail déployé par d’autres scientifiques qui ont pu s’intéresser à l’intelligence non humaine, celle des animaux* comme celle des extraterrestres, invite à envisager autrement la question de la « démonstration » en science.

*Sur la question du rapprochement entre réflexion sur la pensée animale et sur la pensée extraterrestre, nous avons proposé une autre brève vidéo dans le cadre de la chaîne Crank sur Youtube (également accessible sur Vimeo).

Les “petits hommes verts” (little green men): depuis quand?

Quand les petits hommes verts (little green men) sont-ils devenus une figure de la culture populaire? Quand ce terme est-il passé dans le langage courant? Réponses dans cette nouvelle vidéo de Projet Crank disponible sur Youtube et sur Vimeo.

Si le thème des little green men vous intéresse, je me permets de renvoyer à trois autres articles que j’ai publiés sur ce sujet.

Un article bref qui explique comment l’expression little green man est devenue mondialement populaire après l’observation de Kelly-Hopkinsville dans le Kentucky le 22 août 1955, article paru dans la revue L’Histoire.

Lien vers le fichier pdf de l’article publié dans L’Histoire.

Un article très détailé sur l’histoire culturelle et iconographique des little green men. Ce texte décrit l’histoire du thème des little green men (petits hommes verts), depuis leur invention comme type d’extraterrestre décrit dans les romans et nouvelles de science-fiction publiées dans les pulps, jusqu’à leur retraduction comme créatures liées aux atterrissages de soucoupes volantes. La transition de la SF à la culture ovni s’est déroulée au cours de l’affaire de l’atterrissage de Kelly-Hopkinsville dans le Kentucky en 1955 lorsqu’une famille a déclarée avoir été assiégée pendant toute une nuit par de petites créatures. Le lendemain, les journalistes ont commencé à associer l’expression little green men aux créatures décrites par les témoins de Kelly-Hopkinsville. Le texte montre aussi comment la description précise des conditions d’émergence et d’attribution de cette expression à certaines affaires d’ovnis permet d’analyser la question de la croyance associée souvent à ce sujet.

Ce texte a été publié dans le cadre d’un ouvrage collectif, Politiques visuelles, dirigé par Gil Bartholeyns consacré aux Cultures visuelles publié aux Presses du Réel (ce volume faisait suite à un colloque qui s’était tenu au Musée du Quai Branly).

Lien vers le fichier pdf du chapitre de Politiques visuelles.



Le “paranormal” tel qu’il est étudié par beaucoup de sociologues: de quel côté se trouve la croyance?

De nombreux travaux de sociologues sont consacrés à différents thèmes liés au paranormal. Malheureusement la plupart de ces travaux présentent au moins un sérieux problème lié à leur conception de ce qu’est le paranormal.

Continuer la lecture

Une nouvelle exceptionnelle: la bibliographie sur les ovnis de George M. Eberhart enfin disponible en ligne

En 1986, le bibliographe et spécialiste des ovnis George M. Eberhart fait paraître chez Scarecrow Press une monumentale bibliographie en deux volumes consacrée aux ovnis et aux contacts extraterrestres. Ce travail recense plus de 15 000 références: livres, revues, bulletins, articles de la presse scientifique, de la presse populaire, documents officiels, etc.

Eberhart-UFOs-Cover

Continuer la lecture

Kenneth Arnold: les comics consacrés à l’observation du 24 juin 1947 (et à ce qui s’en suivi)

Depuis 1947, l’observation de neuf objets étranges par le pilote américain Kenneth Arnold (ainsi que les événements qui ont suivi cette observation) a fait l’objet de bien des représentations graphiques. Nous allons essayer de recenser les comics qui ont représenté cette histoire.

Continuer la lecture

Kenneth Arnold et “l’invention” des soucoupes volantes: comment on n’a cessé de ré-écrire l’histoire.

Toutes celles et tous ceux (journalistes, historiens etc) qui veulent évoquer l’histoire des ovnis sont obligé de mentionner à un moment ou à un autre le nom de Kenneth Arnold. Kenneth Arnold est l’Américain qui est à l’origine du débat médiatique qui a donné lieu à l’invention des expressions “flying saucer” (soucoupe volante) et “flying disk” (disque volant) en 1947.

Mais depuis 1947, le nom de Kenneth Arnold et les événements liés au début de l’histoire des ovnis ont été décrits de façons très différentes. On peut distinguer en gros quatre périodes dans la façon dont l’affaire Arnold a été décrite.

Continuer la lecture

Images scientifiques et images de science-fiction: comment les scientifiques observent-ils les phénomènes?

VerneRiou-CalmarNautilus

Tout le monde connaît cette scène: le capitaine Nemo face à l’immense baie vitrée du Nautilus en train de regarder un calmar géant qui surgit — véritable “scène primitive” en matière d’intrigue de roman populaire. Ce dont on se souvient sans doute un peu moins, c’est des circonstances au cours desquelles Nemo et les autres passagers du Nautilus ont pu voir cet animal alors “mythique” (1866).

Continuer la lecture

Ernesto de Martino, Le Monde magique (1948/1971) (note de lecture)

Ernesto De Martino, Il Mondo magico. Prolegomeni a une storia del magismo, Turin, Paolo Boringhieri, 1973 (1ère éd. 1948); traduction française : Le Monde magique, Verviers, Ed. Gérard, coll. “Marabout”, 1971.

DeMartino504

Continuer la lecture

Comment les ouvrages d’histoire des sciences et de l’occulte sont-ils traduits (ou pas) en français?

Si on se contente de lire les ouvrages des historiens des sciences anglais ou américains traduits en français, il est difficile de prendre conscience des progrès réellement réalisés par l’histoire des sciences de langue anglaise et notamment de l’importance de la réflexion sur le rôle de l’occulte dans la formation des savoirs et dans la vie de certaines figures de l’histoire des sciences (comme Newton).

Continuer la lecture

Livres, thèses et articles sur l’histoire et la sociologie du “paranormal”

Cette bibliographie — en cours de construction, le but est de la compléter et de faire suivre chaque référence d’une courte notice — présente une liste d’articles, de livres et de thèses sur la sociologie du paranormal. Ces publications sont classées par ordre alphabétique. D’autre listes bibliographiques seront consacrées plus précisément à l’étude des différents domaines du paranormal (ovni/ufologie, parapsychologie etc) et aux différentes approches (science studies, sociologie des religions, folklore, etc). Merci d’avance de me signaler les nombreux articles qui n’auront pas manqué de m’échapper.

Continuer la lecture

Kenneth Arnold: récit d’une enquête historique et ethnographique aux Etats-Unis sur l’origine des soucoupes volantes (1987-1988)

En 1987 et 1988, j’ai effectué deux séjours aux Etats-Unis pour réunir des informations et de la documentation dans le cadre d’une enquête sur les circonstances au cours desquelles les soucoupes volantes (flying saucers) ont été “inventées”. Quelques souvenirs agrémentés de photos (toutes les photos sont © Pierre Lagrange).

Continuer la lecture

Les travaux à lire pour aborder la sociologie des “parasciences”: 2) études sur les parasciences

Après avoir évoqué dans la première partie de cette bibliographie les travaux consacrés à la pensée magique et à la croyance, penchons-nous sur les travaux plus précisément consacrés aux “parasciences”.

Continuer la lecture

Les travaux à lire pour aborder la sociologie des “parasciences”: 1) études sur la pensée magique et la croyance

Il existe de nombreuses études à prétention sociologique sur la notion de “parasciences” ou sur les ovnis et d’autres phénomènes dits paranormaux. Mais la plupart de ces travaux sont réalisés dans une optique “critique” avec l’idée de démarquer les vraies sciences des fausses (sur la base de critères souvent opaques comme ceux d’objectivité, de rationalité, de vérité scientifique, ou de réalité, sans s’interroger sur l’histoire de ces termes/catégories). Les études qui proposent une déconstruction des catégories comme celles de croyance, d’irrationnel, d’objectivité, etc, sont beaucoup plus rares.

Continuer la lecture