Orson Welles a-t-il provoqué une panique en annonçant l’arrivée des Martiens en 1938?

C’est sans doute l’émission de radio la plus célèbre. Le soir du dimanche 30 octobre 1938, le jeune Orson Welles (23 ans à l’époque) réalise avec son équipe du Mercury Theatre, sur les ondes de CBS, une pièce de radio qui annonce le débarquement d’envahisseurs martiens près de Grovers Mill dans le New Jersey, près de New York.

Cette pièce radiophonique, qu’on a souvent qualifié à tort de canular, était une adaptation du célèbre roman de l’écrivain anglais Herbert George Wells, The War of the Worlds (1898, traduit en français sous le titre la Guerre des mondes au Mercure de France, 1900).

Le lendemain, tous les quotidiens consacrent leurs gros titres à la panique que cette émission aurait provoquée. Pendant les décennies qui suivent, les commentaires sur l’émission — et surtout sur la prétendue crédulité du public, prêt à avaler n’importe quelle histoire incroyable — s’accumulent. Comme aujourd’hui avec la dénonciation des “fake news”, tout le monde (ou presque) a une analyse à proposer.

Pourtant, si on se penche sur les événements et si on prend la peine de les remettre dans leur contexte, celui notamment de cette tendance à dénoncer la “crédulité populaire”, il est permis de s’interroger sur la réalité de cette panique.

Dans les deux vidéos ci-dessous, nous vous proposons de revenir sur cette émission, de rappeler rapidement son contenu et de s’interroger sur la réalité de la panique.

Dans une seconde partie, après avoir évoqué certains des nombreux commentaires consacrés à cette émission, nous proposons de comparer la panique qu’elle aurait provoquée avec ce qui s’est déroulé le 11 septembre 2001 lors des attentats de New York, des événements qui avaient, pour celles et ceux qui les ont vécu comme pour celles/ceux qui y ont assisté derrière leur poste de télévision, le même caractère incroyable qu’une invasion de Martiens. Pourtant, on notera que le discours tenu à propos des victimes de ces attentats a adopté un ton très différent par rapport à celui qui a été tenu sur les auditeurs d’Orson Welles. Se seraient-on vraiment moqué des auditeurs de 1938 s’il y avait eu les accidents et les morts qu’on évoque souvent?

Kenneth Arnold et “l’invention” des soucoupes volantes: comment on n’a cessé de ré-écrire l’histoire.

Toutes celles et tous ceux (journalistes, historiens etc) qui veulent évoquer l’histoire des ovnis sont obligé de mentionner à un moment ou à un autre le nom de Kenneth Arnold. Kenneth Arnold est l’Américain qui est à l’origine du débat médiatique qui a donné lieu à l’invention des expressions “flying saucer” (soucoupe volante) et “flying disk” (disque volant) en 1947.

Mais depuis 1947, le nom de Kenneth Arnold et les événements liés au début de l’histoire des ovnis ont été décrits de façons très différentes. On peut distinguer en gros quatre périodes dans la façon dont l’affaire Arnold a été décrite.

Continuer la lecture

Kenneth Arnold: entretien avec Ted Smith sur la radio KWRC de Pendleton le 26 juin 1947

En 1988, au cours d’une enquête réalisée aux Etats-Unis dans le but de reconstituer les circonstances dans lesquelles le débat sur les “soucoupes volantes” avait émergé en 1947, j’ai découvert l’enregistrement d’un entretien avec le tout premier témoin de cette histoire, Kenneth Arnold (1915-1984), réalisé deux jours après son observation historique au-dessus du Mont Rainier le 24 juin 1947.

Continuer la lecture

Kenneth Arnold: récit d’une enquête historique et ethnographique aux Etats-Unis sur l’origine des soucoupes volantes (1987-1988)

En 1987 et 1988, j’ai effectué deux séjours aux Etats-Unis pour réunir des informations et de la documentation dans le cadre d’une enquête sur les circonstances au cours desquelles les soucoupes volantes (flying saucers) ont été “inventées”. Quelques souvenirs agrémentés de photos (toutes les photos sont © Pierre Lagrange).

Continuer la lecture