Archives de catégorie : Guerre des mondes, H.G.Wells, Orson Welles

En 1898, le romancier anglais Herbert Georges Wells publie The War of the World, le premier roman consacré à une invasion venue d’un autre monde, Mars. En 1938, le futur cinéaste Orson Welles adapte ce roman lors d’une émission de radio demeurée célèbre pour la panique qu’elle aurait, affirme-t-on suscitée. Cette histoire, ainsi que le thème des invasions extraterrestres, a contribué à entretenir les débats sur le phénomène de paniques collectives, un sujet beaucoup plus complexe que ce qu’on veut bien croire souvent, car il est difficile de dire qui est le plus crédule, celles/ceux qui auraient cru dans ces invasions ou celles/ceux qui dénoncent la crédulité des premiers/ères. Cette rubrique proposera un certain nombre d’éléments pour tenter de cerner ces dossiers de prétendues paniques collectives et de formuler les questions qu’ils soulèvent.

Les Dossiers de l’écran du 10 décembre 1969 consacrés aux soucoupes volantes

Le 10 décembre 1969, l’émission « Les Dossiers de l’écran » (diffusée sur la deuxième chaîne) (1) est consacrée aux soucoupes volantes, et plus exactement à la question suivante, posée par Joseph Pasteur, l’animateur, en début d’émission: « les soucoupes volantes existent-elles ou pas? » (02:37)

Dans le texte qui suit, je propose d’analyser le contenu de cette émission, de la replacer dans son contexte, et de présenter certains documents pour permettre de mieux comprendre les divers sujets évoqués par les participants.

Six invités se retrouvent sur le plateau des Dossiers de l’écran: François le Lionnais, de l’Association des écrivains scientifiques de France, Paul Muller, astronome à Meudon, Guy Tarade, écrivain qui vient alors de publier Soucoupes volantes et civilisations d’outre espace (J’ai lu), René Held, psychiatre, Jean Leclant, égyptologue, et Edmond Campagnac, polytechnicien, ancien pilote et président du Groupe d’Etude des Phénomènes aériens (GEPA), un groupe privé d’enquêteurs qui s’intéressent aux soucoupes volantes.

Continuer la lecture

Orson Welles a-t-il provoqué une panique en annonçant l’arrivée des Martiens en 1938?

C’est sans doute l’émission de radio la plus célèbre. Le soir du dimanche 30 octobre 1938, le jeune Orson Welles (23 ans à l’époque) réalise avec son équipe du Mercury Theatre, sur les ondes de CBS, une pièce de radio qui annonce le débarquement d’envahisseurs martiens près de Grovers Mill dans le New Jersey, près de New York.

Cette pièce radiophonique, qu’on a souvent qualifié à tort de canular, était une adaptation du célèbre roman de l’écrivain anglais Herbert George Wells, The War of the Worlds (1898, traduit en français sous le titre la Guerre des mondes au Mercure de France, 1900).

Le lendemain, tous les quotidiens consacrent leurs gros titres à la panique que cette émission aurait provoquée. Pendant les décennies qui suivent, les commentaires sur l’émission — et surtout sur la prétendue crédulité du public, prêt à avaler n’importe quelle histoire incroyable — s’accumulent. Comme aujourd’hui avec la dénonciation des « fake news », tout le monde (ou presque) a une analyse à proposer.

Pourtant, si on se penche sur les événements et si on prend la peine de les remettre dans leur contexte, celui notamment de cette tendance à dénoncer la « crédulité populaire », il est permis de s’interroger sur la réalité de cette panique.

Dans les deux vidéos ci-dessous, nous vous proposons de revenir sur cette émission, de rappeler rapidement son contenu et de s’interroger sur la réalité de la panique.

Dans une seconde partie, après avoir évoqué certains des nombreux commentaires consacrés à cette émission, nous proposons de comparer la panique qu’elle aurait provoquée avec ce qui s’est déroulé le 11 septembre 2001 lors des attentats de New York, des événements qui avaient, pour celles et ceux qui les ont vécu comme pour celles/ceux qui y ont assisté derrière leur poste de télévision, le même caractère incroyable qu’une invasion de Martiens. Pourtant, on notera que le discours tenu à propos des victimes de ces attentats a adopté un ton très différent par rapport à celui qui a été tenu sur les auditeurs d’Orson Welles. Se seraient-on vraiment moqué des auditeurs de 1938 s’il y avait eu les accidents et les morts qu’on évoque souvent?

Ah l’ignorance!

Nous aimons bien dénoncer l’ignorance chez les autres. Mais sommes-nous sûrs d’être à l’abri de toute critique?