Archives de l’auteur : Pierre Lagrange

À propos Pierre Lagrange

Sociologue des sciences, chercheur associé au Laboratoire interdisciplinaire d'études sur les réflexivités (LIER-EHESS).

Orson Welles a-t-il provoqué une panique en annonçant l’arrivée des Martiens en 1938?

C’est sans doute l’émission de radio la plus célèbre. Le soir du dimanche 30 octobre 1938, le jeune Orson Welles (23 ans à l’époque) réalise avec son équipe du Mercury Theatre, sur les ondes de CBS, une pièce de radio qui annonce le débarquement d’envahisseurs martiens près de Grovers Mill dans le New Jersey, près de New York.

Cette pièce radiophonique, qu’on a souvent qualifié à tort de canular, était une adaptation du célèbre roman de l’écrivain anglais Herbert George Wells, The War of the Worlds (1898, traduit en français sous le titre la Guerre des mondes au Mercure de France, 1900).

Le lendemain, tous les quotidiens consacrent leurs gros titres à la panique que cette émission aurait provoquée. Pendant les décennies qui suivent, les commentaires sur l’émission — et surtout sur la prétendue crédulité du public, prêt à avaler n’importe quelle histoire incroyable — s’accumulent. Comme aujourd’hui avec la dénonciation des “fake news”, tout le monde (ou presque) a une analyse à proposer.

Pourtant, si on se penche sur les événements et si on prend la peine de les remettre dans leur contexte, celui notamment de cette tendance à dénoncer la “crédulité populaire”, il est permis de s’interroger sur la réalité de cette panique.

Dans les deux vidéos ci-dessous, nous vous proposons de revenir sur cette émission, de rappeler rapidement son contenu et de s’interroger sur la réalité de la panique.

Dans une seconde partie, après avoir évoqué certains des nombreux commentaires consacrés à cette émission, nous proposons de comparer la panique qu’elle aurait provoquée avec ce qui s’est déroulé le 11 septembre 2001 lors des attentats de New York, des événements qui avaient, pour celles et ceux qui les ont vécu comme pour celles/ceux qui y ont assisté derrière leur poste de télévision, le même caractère incroyable qu’une invasion de Martiens. Pourtant, on notera que le discours tenu à propos des victimes de ces attentats a adopté un ton très différent par rapport à celui qui a été tenu sur les auditeurs d’Orson Welles. Se seraient-on vraiment moqué des auditeurs de 1938 s’il y avait eu les accidents et les morts qu’on évoque souvent?

Carl Sagan, les extraterrestres et les ovnis

Il y a un paradoxe au cœur de la réflexion scientifique sur l’existence de civilisations extraterrestres. Petit rappel : depuis 1947et l’émergence du débat sur les soucoupes volantes et leur possible origine extraterrestre, la plupart des scientifiques ont répondu en expliquant que les témoins se trompaient prenaient des vessies pour des lanternes, ou plutôt des ballons-sondes pour des soucoupes, et que la seule voie pour espérer dénicher d’éventuels ET était celle de la science. Ce propos s’est affiné à partir du début des années 1960 lorsque quelques chercheurs comme Guiseppe Cocconi et Philip Morrison, Frank Drake ou Carl Sagan ont prôné la mise en place de programmes d’écoute radio du ciel pour tenter de capter des émissions radio ET. Leur discours consistait donc à dire que l’ufologie était une impasse et que seul le programme SETI permettrait d’envisager d’entrer un jour ou l’autre dans le Club Galactique et d’accéder à l’Encyclopaedia Galactica.

Pourtant si on se penche sur ceux qui ont tenté d’imaginer ce qui pourrait alors se passer, au-delà du scénario « premier degré » de l’invasion martienne souvent représentée au cinéma, on trouve une série d’auteurs comme l’écrivain polonais Stanislaw Lem avec Solaris, comme Stanley Kubrick avec 2001 l’odyssée de l’espace, ou comme… Carl Sagan avec Contact en 1985. Ces auteurs décrivent des situations où les scientifiques ne parviennent pas à comprendre ce qu’est une forme de pensée “étrangère” et se trouvent dans l’incapacité d’apporter ces preuves qu’ils réclament pourtant avec force aux amateurs d’ovnis.

Il faut insister sur le caractère remarquable de la situation: les débats entre ufologie et programme SETI mettent en scène des porte parole de SETI qui exigent des ufologues des preuves qu’eux-mêmes sont dans l’incapacité de fournir lorsque certains, y compris dans leurs rangs, imaginent qu’un contact a lieu.

Comme on le montre dans la vidéo ci-dessous, l’adaptation au cinéma du roman de Carl Sagan par le réalisateur Robert Zemeckis avec Jodie Foster dans le rôle de la scientifique qui capte un signal radio ET, illustre remarquablement bien cette symétrie entre les critiques que les scientifiques de SETI font aux ufologues et les critiques auxquelles ces mêmes scientifiques se retrouvent confrontés lorsque leur projet d’écoute se trouve réussir. La scientifique incarnée par Jodie Foster est mise en cause dans des termes qui sont les mêmes que ceux qui sont opposés par ces mêmes scientifiques aux ufologues.

Le fait qu’une telle issue ait été imaginée par plusieurs auteurs majeurs du genre oblige à s’interroger au-delà du débat habituellement mis en scène entre les ufologues et les chercheurs de SETI. Lem, Kubrick ou Sagan (et on pourrait y rajouter Spielberg avec Rencontres du 3etype ; même s’il imagine un succès du côté des scientifiques emmenés par François Truffaut, les résultats en demeurent cachés) aboutissent tous à cette idée que la réussite du projet SETI serait paradoxalement marquée par une incapacité à déployer ces preuves exigées aux ufologues. D’où l’idée de s’interroger, comme l’ont fait de nombreux sociologues des sciences, sur la place de la « preuve » dans le travail scientifique. Est-ce que le travail scientifique dépend autant qu’on veut bien le dire de la capacité à prouver la réalité des faits ou bien est-ce qu’il ne faut pas envisager le travail scientifique sous un autre angle ?  La réflexion sur les civilisations extraterrestres, en rapprochant la description du travail scientifique dans le domaine des sciences « dures » du travail déployé par d’autres scientifiques qui ont pu s’intéresser à l’intelligence non humaine, celle des animaux* comme celle des extraterrestres, invite à envisager autrement la question de la « démonstration » en science.

*Sur la question du rapprochement entre réflexion sur la pensée animale et sur la pensée extraterrestre, nous avons proposé une autre brève vidéo dans le cadre de la chaîne Crank sur Youtube (également accessible sur Vimeo).

Les “petits hommes verts” (little green men): depuis quand?

Quand les petits hommes verts (little green men) sont-ils devenus une figure de la culture populaire? Quand ce terme est-il passé dans le langage courant? Réponses dans cette nouvelle vidéo de Projet Crank disponible sur Youtube et sur Vimeo.

Si le thème des little green men vous intéresse, je me permets de renvoyer à trois autres articles que j’ai publiés sur ce sujet.

Un article bref qui explique comment l’expression little green man est devenue mondialement populaire après l’observation de Kelly-Hopkinsville dans le Kentucky le 22 août 1955, article paru dans la revue L’Histoire.

Lien vers le fichier pdf de l’article publié dans L’Histoire.

Un article très détailé sur l’histoire culturelle et iconographique des little green men. Ce texte décrit l’histoire du thème des little green men (petits hommes verts), depuis leur invention comme type d’extraterrestre décrit dans les romans et nouvelles de science-fiction publiées dans les pulps, jusqu’à leur retraduction comme créatures liées aux atterrissages de soucoupes volantes. La transition de la SF à la culture ovni s’est déroulée au cours de l’affaire de l’atterrissage de Kelly-Hopkinsville dans le Kentucky en 1955 lorsqu’une famille a déclarée avoir été assiégée pendant toute une nuit par de petites créatures. Le lendemain, les journalistes ont commencé à associer l’expression little green men aux créatures décrites par les témoins de Kelly-Hopkinsville. Le texte montre aussi comment la description précise des conditions d’émergence et d’attribution de cette expression à certaines affaires d’ovnis permet d’analyser la question de la croyance associée souvent à ce sujet.

Ce texte a été publié dans le cadre d’un ouvrage collectif, Politiques visuelles, dirigé par Gil Bartholeyns consacré aux Cultures visuelles publié aux Presses du Réel (ce volume faisait suite à un colloque qui s’était tenu au Musée du Quai Branly).

Lien vers le fichier pdf du chapitre de Politiques visuelles.



Ah l’ignorance!

Nous aimons bien dénoncer l’ignorance chez les autres. Mais sommes-nous sûrs d’être à l’abri de toute critique?

Non humains ici et ailleurs?

Nous commençons à comprendre que les animaux non humains (cétacés etc) ont aussi développé des cultures, ce qui nous oblige à nous interroger sur la façon dont nous avons défini la science qui nous permettait de les appréhender. Comment développer un savoir sur les êtres non humains qui existent très probablement ailleurs et qui ont certainement de toutes autres conceptions de ce que nous qualifions de nature et de culture?

Soucoupes volantes et guerre froide?

Cette vidéo explore l’idée, très répandue, selon laquelle l’émergence des soucoupes volantes aurait été liée à l’influence du contexte de la guerre froide. Une “croyance populaire” générée par le contexte de l’après-guerre. Inquiets face aux Soviétiques, les Américains auraient cru leurs cieux envahis par des armes secrètes russes et se seraient mis à fantasmer — avec l’aide des médias — des “soucoupes volantes” irréelles. Des Soviétiques, certains seraient même passés très vite aux Martiens. Le problème c’est que, si on se penche attentivement sur cette période, sur les faits et sur les chiffres disponibles (ceux des tout premiers sondages d’opinion sur le sujet), on est conduit à… A quoi justement? Et bien regardez.

1947: l’émergence des soucoupes

Traverser la rue peut se révéler lourd de conséquences! Le 25 juin 1947, un pilote privé de l’Idaho, Kenneth Arnold, traverse la rue principale (Main Street) de Pendleton dans l’Oregon et se rend à la rédaction de l’East Oregonian, le quotidien local, pour rapporter une observation d’engins étranges qu’il a effectuée la veille au-dessus du Mont Rainier. Description en détails de l’épisode fondateur de l’histoire des soucoupes volantes et de la façon dont les premiers journalistes ont répercuté l’évènement.

1947: l’émergence des soucoupes

Affaire de Roswell: chronologie

Proposer une chronologie de l’affaire de Roswell n’est pas chose aisée. Rappel: en 1947, une soucoupe volante et ses occupants auraient été récupérés en secret par l’armée américaine. Selon que ceux qui évoquent cette histoire y croient ou pas, deux versions existent. Dans celle des “sceptiques”, l’histoire survenue à Roswell aurait alimenté une croyance grandissante aux ovnis et à une théorie à propos d’un complot pour cacher la vérité. Pour ceux qui pensent que le crash de Roswell a eu lieu, il s’agit d’un vrai complot et la vérité est cachée depuis 1947.

Le problème c’est que ces deux récits sont faux, celui des “sceptiques” comme celui des “croyants”. L’affaire de Roswell ne démarre pas en 1947 mais en 1980, lorsque le premier livre qui réunit ensemble les divers éléments qui vont constituer cette affaire, est publié. Ce livre, The Roswell Incident, co-écrit par Charles Berlitz (célèbre pour ses livres sur le Triangle des Bermudes) et par l’ufologue William L. Moore, est le point de départ de toute l’affaire.

Continuer la lecture

Sur Arte, un documentaire sur l’affaire de Roswell accumule erreurs et approximations

Le samedi 9 septembre 2017, Arte a diffusé un documentaire court (25 min) consacré à l’histoire de l’”affaire de Roswell”: une soucoupe volante se serait écrasée dans le Nouveau-Mexique en 1947 et aurait suscité croyances et théories du complot depuis cette époque. C’est du moins la version des faits que le documentaire ne va cesser de marteler pendant 25 minutes. Malheureusement cette version et le documentaire qui en résulte soulèvent plusieurs problèmes sérieux comme nous allons le voir.

01:31 – Titre du documentaire sur Roswell diffusé sur Arte le 9 septembre 2017

Continuer la lecture

Contactés: entretien télévisé avec Jean Miguères

Jean Miguères (1940-1992) est un contacté français qui a suscité d’importants débats chez les ufologues à la fin des années 1970 et au cours des années 1980 à propos de la réalité de son contact. C’était un des rares contactés qui avait construit une partie de son discours autour de l’idée qu’il était capable de prouver la réalité de son contact, d’abord par des dossiers médicaux censés démontrer la réalité des événements qu’il avait vécu le jour de son contact, ensuite par toute une série de détails qu’il a diffusé à propos de preuves, notamment liées à des faits astronomiques communiqués par les extraterrestres.

On trouve sur internet peu de documents sur Jean Miguères.

Ici un entretien avec le journaliste canadien et spécialiste d’ésotérisme Richard Glenn dans le cadre de son émission diffusée alors sur le cable au Canada.

Ce qui est intéressant dans le discours de Miguères, c’est qu’on y trouve des propos qui, aujourd’hui, semblent préfigurer les discours complotistes actuels: “les leviers de commande de la planète Terre sont de moins en moins aux mains des terriens” dit-il au cours d’une conférence dont un extrait est repris dans ce document. Difficile de ne pas interpréter ce propos à la lueur de tout ce qui s’écrit aujourd’hui à propos des pactes qui auraient été passés entre gouvernements terrestres et extraterrestres. On trouvait ce genre de discours dans le soucoupisme des années 1950 et 1960 mais il n’était pas diffusé par la culture générale comme c’est le cas depuis le milieu des années 1990 avec la publicité faite à l’affaire de Roswell par le biais notamment de la série X-Files.

A la différence d’autres contactés qui évoquent bien sûr la notion de preuve mais qui ne dépasse guère le niveau de leur groupe de fidèles, Miguères a écrit des livres, fait des conférences et entretenu des contacts étroits avec de nombreux spécialistes des ovnis et du paranormal qui lui ont permis de revendiquer un contact étroit avec des scientifiques et le soutien de ces scientifiques. Il a construit un discours à propos de preuves concrètes relevant de l’astronomie, preuves qu’il expliquait avoir présenté à des astronomes.

Après deux livres publiés aux éditions Alain Lefeuvre (que l’on peut voir posés sur la table au début de l’enregistrement), un éditeur qui s’était spécialisé dans le paranormal et qui s’était lancé justement en publiant le tout premier livre de Jean Miguères, J’ai été le cobaye des extraterrestres, le contacté a publié un troisième ouvrage au ton très différent. Dans ce troisième livre, il n’est plus question de preuves, il s’agit d’un discours au ton religieux, prophétique qui illustrait un changement profond dans son discours et sa stratégie de communication. Ce livre a connu une diffusion assez faible.

Jean Miguères est mot en 1992, abattu en pleine rue à Lyon par son beau-père. Ce dernier était semble-t-il très inquiet parce que Miguères avait prévu d’aller s’installer en Amérique du Sud et avait prévu d’emmener avec lui sa femme et leur fille. Le beau-père considérait semble-t-il que Jean Miguères était en train de se transformer en un gourou incontrôlable et il craignait pour la vie de sa petite fille (si l’on se fie à ce que la presse locale a publié à l’époque des faits).

Le “paranormal” tel qu’il est étudié par beaucoup de sociologues: de quel côté se trouve la croyance?

De nombreux travaux de sociologues sont consacrés à différents thèmes liés au paranormal. Malheureusement la plupart de ces travaux présentent au moins un sérieux problème lié à leur conception de ce qu’est le paranormal.

Continuer la lecture

Bibliographie des travaux consacrés aux ovnis dans le domaine du folklore

Dans leur bibliographie consacrée aux légendes contemporaines (Contemporary Legend: A Folklore Bibliography, New York, Garland, 1993), Gillian Bennett et Paul Smith renoncent à inclure les travaux sur les ovnis en considérant qu’il existe déjà suffisamment de bibliographies sur ces sujets (p. xviii). Le directeur de la collection, Alan Dundes, abonde dans leur sens en citant même trois de ses bibliographies (p. xii).

Continuer la lecture