Fate Magazine: le premier pulp consacré à l’occulte et au paranormal

Le 15 février 1948, les Américains découvrent dans leur kiosque à journaux le premier numéro d’un nouveau magazine: Fate. Dirigé par un certain Robert N. Webster, Fate est “consacré au mystérieux, à l’inhabituel, à l’étrange, à l’inconnu”. On y trouve une série d’articles sur des sujets comme les soucoupes volantes (qui ont fait leur première apparition moins d’un an plus tôt), les pouvoirs paranormaux, les entités invisibles, les vaisseaux fantômes, les rituels étranges etc, et aussi, la défense des droits des peuples amérindiens.

Les auteurs qui signent la plupart des articles sont déjà connus des lecteurs des pulps de science-fiction: Harold Sherman (l’auteur d’une nouvelle fameuse, The Green Man), Roger Philip Graham qui tiendra longtemps dans divers pulps une rubrique intitulé “The Club House” consacrée aux clubs et fanzines de SF, ou Vincent Gaddis, un disciple de Charles Fort, l’auteur du fameux Livre des damnés. On y retrouve aussi des signatures comme G.H. Irwin, un pseudonyme utilisé par des auteurs d’un pulp comme Amazing Stories.

Publicité annonçant la publication à venir du magazine Fate, parue dans le fanzine Shaver Mystery Magazine à la fin de 1947.

 

La couverture est consacrée à l’observation qui est à l’origine de la controverse sur les soucoupes, celle du pilote de l’Idaho Kenneth Arnold, qui signe d’ailleurs l’article qui ouvre ce numéro: “J’ai vraiment vu des soucoupes volantes”.

Fate invente un nouveau genre de magazine: le pulp consacré à l’occulte et au paranormal. Derrière le nom de Robert N. Webster, se cache en fait Ray Palmer, qui est alors rédacteur en chef des pulps de SF Amazing Stories, Fantastic Adventures et Mammoth Adventures.

Présentation de Ray Palmer parue dans le pulp de science-fiction Universe au tout début des années 1950.



Citer ce billet
Pierre Lagrange (2020, 17 novembre). Fate Magazine: le premier pulp consacré à l’occulte et au paranormal. PULP SCIENCES. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t2h3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.