Ray Palmer (1910-1977)

Raymond A. Palmer est né en août 1910, à Milwaukee, dans le Wisconsin. La légende décrit Palmer comme un enfant fragile. Renversé par une automobile à l’âge de sept ans, il reste immobilisé de longs mois, la colonne vertébrale brisée, sans plus de possibilté de grandir normalement. A l’âge de treize ans, il passe à nouveau un long séjour alité. Durant ces longues périodes d’invalidité, le petit Palmer lit beaucoup. En avril 1926, à l’âge de 16 ans, il découvre dans les kiosques à journaux, comme de nombreux jeunes américains, le premier numéro d’un nouveau magazine : Amazing Stories, soustitré « The Magazine of Scientifiction ». Il commence à collectionner les numéros du magazine de Gernsback (voir note précédente) en cachette, ses parents ne partageant pas ses gouts littéraires. Palmer, toujours selon la légende, rêve d’en devenir le rédacteur en chef.

Le jeune Ray Palmer participe bientôt aux activités du fandom. Il rejoint un club de fans de Milwaukee, les Milwaukee Fictioneers. A l’automne 1929, Hugo Gernsback lance dans une de ses revues, Science Wonder Quarterly, un concours intitulé « What I Have Done to Spread Science Fiction ». Il invite les lecteurs a décrire dans une lettre le rôle qu’ils ont pu jouer dans la diffusion de la science-fiction. Lors de ce concours, Ray Palmer remportera un des premiers prix offerts et 100 dollars. Son courrier, qui parait dans le numéro du printemps 1930, explique ce qu’il attend des récits de SF : « la littérature de science-fiction […] doit contenir des faits et des idées scientifiques exacts qui ne soient pas basés sur des théories infondées ». Il décrit également son action au sein de son club, dont le nombre de membres est passé en quelques mois d’une trentaine à plus de deux cents. Il y a mis en place un service de prêt par correspondance de livres de science, afin que les écrivains isolés puissent rédiger des récits corrects sur le plan scientifique.

En mai 1930, Ray Palmer fonde le Science Correspondence Club, soutenu par H. Gernsback. Il dirige également la publication de The Comet, un bulletin publié par ce club. Palmer participera à de nombreux autres clubs et fanzines. En juin de cette même année 1930, Palmer publie sa première nouvelle, « The Time Ray of Jandra », dans une revue professionnelle, Wonder Stories. L’énergie qu’il dépense au sein du fandom serait à l’origine de nouveaux ennuis de santé qui l’aurait conduit pendant huit mois dans un sanatorium.

En 1938, le groupe de presse Ziff-Davis rachète au groupe Teck Publications plusieurs titres de presse. Parmi eux, Amazing Stories. Ziff-Davis ne tenait pas particulièrement à acquérir ce titre mais il faisait partie du lot. Le pulpse trouve alors au bord du dépot de bilan. Son vieux rédacteur en chef, T. O’Connor Sloane, est licensié. L’écrivain Ralph Mine Farley (pseudonyme de Roger Sherman Hoar, un physicien écrivain de SF et membre des Milwaukee Fictioneers) propose à Bernard G. Davis, l’un des présidents du groupe de presse, de prendre Ray Palmer comme rédacteur-en-chef. Voici comment la légende décrit l’événement. Au lieu d’envoyer un CV, Palmer aurait décidé de se présenter à la rédaction du magazine à Chicago. Il serait arrivé à 10 h 22 du matin, aurait commencé à examiner la pile des manuscrits en attente à 10 h 41, aurait été officiellement intronisé rédacteur en chef à 17 h 11 et serait rentré chez lui à 21 heures. Le tout sans manger et sans boire.

Le bureau personnel de Ray Palmer dans l’immeuble de la maison d’édition qu’il crée dans les années 1950 à Amherst dans le Wisonsin.

Palmer réalise enfin son vieux rêve : être rédacteur d’Amazing. « Enfin, j’avais le pouvoir de faire de mon vieux hobby ce que j’avais toujours eu le secret désir d’en faire. J’avais dans mes mains le pouvoir de changer, de détruire, de créer, de refaire selon ma volonté ». Palmer fait appel aux auteurs qu’il connait et dont la plupart vivent dans le Wisconsin ou à Chicago, lieu d’implantation de la revue. La majorité des auteurs du sommaire du premier numéro dirigé par Palmer (daté de juin 1938) sont des proches de Palmer (sur cinq nouveaux auteurs publiés dans le numéro d’août, quatre sont du Wisconsin. Steber, présenté comme étant de New York, est en fait un pseudonyme de Palmer). De toutes les histoires reçues par son prédécesseur, le vieux T. O’Connor Sloane, il n’en aurait conservé qu’une, dit-on. Palmer réorienteAmazingvers un public plus jeune. Il privilégie les récits d’aventure, remplace la publicité de 4ème de couverture par une illustration de SF (c’est pour lui l’occasion de faire appel aux services du vétéran des illustrateurs de SF : Frank R. Paul). Il travaille beaucoup, réecrit une grande partie des histoires publiées, en écrit lui-même sous différents pseudonymes. En 1939, il lance un second magazine, Fantastic Adventures

Ray Palmer en couverture d’Amazing Stories.

Palmer quittera la rédaction en chef d’Amazing Storieset de Fantastic Adventures à la fin de l’année 1949. Il écrivit dans son dernier éditorial : « Voici onze ans, sept mois, une semaine et deux heures, votre rédacteur en chef s’assit devant cette machine à écrire et écrivit son premier éditorial en tant que rédacteur en chef d’Amazing Stories. Aujourd’hui il est assis devant cette même machine à écrire, en train d’écrire son dernier. » (R. Palmer, « The Observatory », Amazing Storiesdécembre 1949, p. 6) Au moment où il écrivait cet éditorial, Palmer était déjà, sous le nom de Robert N. Webster, rédacteur en chef de Fate , un magazine dédié à l’occulte et au paranormal qu’il avait lancé au printemps 1948.

Après la création de Fate, Palmer va s’installer dans le nord du Wisconsin où il va lancer une petite maison d’édition dotée de sa propre imprimerie. Il passera le reste de sa vie à publier des magazines de SF et d’occultisme.

L’un de ces magazines s’appelait Other Worlds. Other Worlds parut tout d’abord comme un magazine de science-fiction mais à partir du numéro 23 de juin 1957, Palmer changea le titre pour Flying Saucers from Other Worlds, et le contenu changea aussi beaucoup. Les nouvelles de SF disparurent au profit d’articles sur les soucoupes (dont une chronique régulière de Gray Barker, l’inventeur des Men in Black et l’auteur de l’inoubliable “Ils en savaient trop sur les soucoupes volantes”, 1956). Plus tard, avec le numéro 6 (n° 30 selon l’ancienne numérotation) de juillet-août 1958, Palmer changea encore le titre de son magazine qui devint tout simplement Flying Saucers: il doutait de l’origine extraterrestre des soucoupes et commençait à publier des articles sur la théorie de la Terre creuse (la Terre est creuse comme une calebasse, des ouvertures aux pôles permettent de pénétrer à l’intérieur, la face interne étant habitée, cette théorie avait fait l’objet de discussions de la part de théoriciens excentriques à la fin du XIXe siècle et au début du XXe et on la retrouvait chez Edgar Allan Poe, chez Jules Verne et dans les romans du cycle de Pellucidar d’Edgar Rice Burroughs, le créateur de Tarzan. (Cf P. Lagrange, « Terres creuses et autres lunes », Cahiers de Science & Vie n° 2, avril 1991, pp. 92-96. George M. Eberhart, UFOs and the Extraterrestrial Contact Movement: A Bibliography, Scarecrow Press, 1986, p. 682, entrées 9541 et 9545).

Ray Palmer a-t-il inventé les soucoupes volantes?

Dans un article de John Keel publié dans Fortean Times en 1983, “The Man Who Invented Flying Saucer”, l’écrivain américain explique que Ray Palmer est le véritable inventeur des soucoupes volantes. Très largement inconnu jusque là des passionnés d’ovnis, cet article va à la fois rendre Palmer populaire et va contribuer à lui attribuer la parternité des soucoupes. La réalité est assez éloignée de ce que raconte Keel même si un certain nombre de faits qu’il rapporte sont intéressants.

Il est vrai que Palmer a pris contact avec le premier témoin, Kenneth Arnold, dès le jour de la publication de son observation par les journaux américains, et l’a invité à enquêter sur une histoire d’ovni survenue près de Seattle, la tristement célèbre affaire de Maury Island. Il est vrai aussi que Palmer s’est mis à parler de soucoupes dans Amazing Stories, le pulp qu’il dirigeait, dès le numéro d’octobre, en kiosque dès le mois d’oût 1947, et qu’il a essayé de relier les soucoupes avec certains récits de Shaver etc. Il est aussi vrai qu’il a lancé Fate, un magazine de soucoupe et d’occultisme en 1948 qui a influencé la mise en place du “soucoupisme”, la version MIB-bases secrètes de l’ufologie (d’où sont sortis des auteurs comme Gray Barker etc). Mais on ne peut pas déduire de cela que Palmer a inventé les soucoupes. Il les a traduit à sa manière et a sans doute contribué à mettre en place la sous culture ufologique du soucoupisme, ce qui n’est déjà pas si mal. Les soucoupes sont une “invention” des médias en premier lieu, c’est un fait divers de presse. Et ensuite c’est l’armée qui va contribuer à installer les soucoupes dans la longue durée en lançant une enquête qui va susciter des tas de rumeurs. Mais les soucoupes sont aussi un sujet qui va générer beaucoup de scepticisme, toute une culture sceptique qui ne va cesser de les dénoncer comme une forme de crédulité. On ne peut pas ignorer cet aspect “incroyance” si on veut comprendre l’histoire des soucoupes. En 1947 les gens ont surtout tendance à plaisanter des soucoupes. J’ai fait une petite vidéo pour montrer cela et pour réduire à néant l’explication par l’influence de la guerre froide.

La volonté d’attribuer à Ray Palmer l’invention des soucoupes volantes invite par contre à attirer l’attention sur un aspect intéressant et mal documenté de l’histoire des ovnis, et notamment sur le fait que parmi les gens qui ont construit la culture ufologique à ses débuts, 1950-52, on trouve plusieurs auteurs importants qui viennent de l’univers des pulps et de la culture populaire. Donald Keyhoe était un auteur à succès des pulps d’aviation et de fantastique. Son premier livre, Flying Saucers Are Real (1950) est très marqué par le style pulp (récit à la première personne comme si on suivait l’auteur dans son enquête, dialogues reconstitués etc). L’Anglais Gerald Head qui écrit l’un des premiers livres, est un journaliste scientifique également auteur de polars et de SF intéressé par l’occulte. On comprend donc que le sujet des SV puisse l’intéresser. Enfin, Frank Scully qui écrit un autre des premiers livres, vient de la presse people puisqu’il tenait une chronique dans Variety, le magazine des potins de Hollywood. Les soucoupes sont donc été “conditionnées” par cette culture pulp. Les scientifiques sont un peu en retrait par rapport à cette culture des soucoupes du début. Quand ils interviennent c’est surtout dans le cadre des programmes militaires et leurs interventions ne sont donc pas publiques. Les scientifiques qui parlent du sujet en public sont surtout sceptiques et hostiles aux soucoupes (comme l’astronome américain Donald Menzel). Il faut attendre le milieu des années 1960 pour voir se construire un contre courant de scientifiques intéressés par les ovnis. 

Donc pour résumer, non, Palmer n’a pas “inventé” les soucoupes, mais il a participé activement à mettre en place certains repères qui permettront à une partie de la culture ufologique de se construire,et tout particulièrement la culture “soucoupique” des MIB et des bases secrètes. Mais la culture pulp a eu une influence sur la manière dont les premiers auteurs favorables aux SV vont présenter le dossier au public. On ne peut pas donner d’explication monocausale de l’origine des soucoupes, c’est un phénomène complexe qui est certes né dans les réseaux de presse mais qui va ensuite prendre plusieurs chemins, dans la culture populaire, dans les réseaux militaires, chez les auteurs sceptique, et plus tard, chez des scientifiques qui vont se pencher sur le sujet.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.