Zone 51 (Area 51): articles, documentaires TV, films etc.

Depuis le début des années 1990, les médias se sont intéressés régulièrement à la Zone 51 (Area 51) dans la foulée des rumeurs diffusées par certains acteurs de la culture ufologique. 

La Zone 51 (Area 51) est une zone militaire ultra-sécurisée située dans le Nevada au nord-ouest de Las Vegas. Elle comprend la base de Nellis au nord-ouest, une zone plus au sud, le Nevada Test Site, et à l’est la zone dénommée Groom Lake (c’est à Groom Lake que se trouve la partie de la base qui se nomme officiellement Area 51 mais par commodité, les gens désignent le périmètre militaire entier sous ce nom devenu fameux). Cette région porte parfois aussi le nom de Dreamland. Area 51 est l’objet de nombreuses rumeurs depuis la fin des années 1980 à propos de la présence d’extraterrestres détenus par le gouvernement (d’autres évoquent un pacte passé entre ces ET et le gouvernement US, pacte qui impliquerait notamment des transferts de technologies) (à noter qu’avant cela, l’endroit où étaient censés être détenus les aliens était la base de Wright-Patterson près de Dayton dans l’Ohio et notamment le (alors fameux) Hangar 18).

Secrets aéronautiques

La Zone 51 est d’abord une zone militaire qui intéresse les journalistes aéronautiques dans les années 1980. Ils font le guet dans le but d’apercevoir ce qu’ils considèrent comme les représentants de nouvelles générations d’avions furtifs et hypersoniques comme Aurora.

Bill Sweetman, un journaliste spécialisé dans l’aéronautique militaire, décrit ainsi cet endroit : « L’un des sites les plus secret et les mieux protégés de toutes les nations démocratiques. L’enceinte de Nellis est tout entière hérissée de détecteurs électroniques ; des équipes de sécurité à bord d’hélicoptères répondent rapidement à toute intrusion. Groom Lake est lui-même une citadelle dans la forteresse. Les pilotes qui volent dans l’enceinte ont interdiction de survoler Groom Lake ou d’accorder trop d’attention à d’éventuels engins non identifiés qu’ils pourraient apercevoir en vol. Nellis est aussi une zone d’entrainement aérien intensif, placée sous contrôle radar constant y compris, au niveau du sol : aussi l’interdiction de tout trafic civil peut être réalisée de façon rigoureuse. »

Les journalistes aéronautiques ne parlent pas d’ovnis. Comment le lien s’établit-il entre les deux registres ? Tout d’abord la Zone 51 devient un élément du discours sur les ovnis à la suite des développements de l’affaire de Roswell liés aux révélations en 1987 sur le MJ-12, un groupe top secret qui aurait été créé par le président Truman après la découverte de la soucoupe de Roswell en 1947. A noter que si les ufologues mainstream ont accordé pendant un certain temps du crédit aux documents sur le MJ-12, ils ont pour la plupart d’entre eux rejeté les histoires autour de la Zone 51. Ils ont fini aussi par rejeter les docs du MJ-12 comme étant des faux et toute l’histoire est allée rejoindre le chapitre du folklore lié au “dark side” de l’ufologie. Pour un compte rendu historique réalisé du point de vue de l’ufologie mainstream, il faut se reporter à l’entrée consacrée à ce dark side de l’ufologie dans The UFO Encyclopedia de Jerome Clark (2e édition, 1998, vol. 1, p. 301-319).

Le folklore autour d’Area 51 va se développer de deux façons : par le biais de révélations de personnes prétendant avoir travaillé pour les militaires sur des programmes “aéronautico-ufologiques” ; et par la biais de témoins qui ont rapporté avoir fait de bien curieuses observations depuis l’extérieur de la zone.

Le mystérieux Bob Lazar

L’un des tout premiers “ufologues” à mentionner la Zone 51 est John Lear (le fils des constructeurs de jets William P. Lear) dans un texte qu’il diffuse à partir de décembre 1987 et dont on peut lire la dernière version d’août 1988 ici (je mets le terme ufologue entre guillemets ici car la plupart des ufologues mainstream considèrent Lear comme un crank).

Lear s’appuie sur les “révélations” d’un certain Robert Scott “Bob” Lazar. Lear prétend dans un premier temps être en contact avec un scientifique désirant garder l’anonymat qui lui aurait fait des révélations sur les relations entre l’armée et les extraterrestres. De nombreux ufologues doutent de l’existence même de ce mystérieux informateur. Bob Lazar sort alors de l’ombre et se fait connaître par le biais de deux entretiens accordés au journaliste George Knapp les 11 et 13 novembre 1989 sur Klas-TV, une radio affiliée de ABC à Las Vegas. Il prétend avoir travaillé dans une partie de la Zone 51 située près de Groom Lake dénommée S-4 sur des systèmes de propulsion exotiques. 

Avant son embauche à S-4, Bob Lazar affirme avoir travaillé à Los Alamos avec Edward Teller (l’inventeur de la bombe à hydrogène), être diplômé du MIT et avoir étudié dans plusieurs autres établissements prestigieux, le CalTech notamment. Il prétend aussi être membre de l’American Physical Society et de l’American Nuclear Society. 

C’est grâce à l’aide d’Edward Teller qu’il aurait obtenu son emploi à S-4. Et là, dans des hangars si bien camouflés qu’on croirait voir un bout de désert, il découvre que l’armée étudie des engins propulsés par des réacteurs à antimatière capables de générer leur propre champ gravitationnel. Les réacteurs sont alimentés avec un élément inconnu au tableau de Mendeleiev, l’élément 115, impossible à produire sur Terre et capable de produire l’équivalent de 46 bombes à hydrogène d’une puissance de 10 mégatonnes (mais dont Lazar affirme avoir chapardé un échantillon qu’il aurait réussi à faire sortir de la base sans attirer les soupçons…).

Selon ses affirmations, la technologie qui est testée dans cette partie de la base qu’il désigne sous le sigle S-4 est d’origine extraterrestre.

Lazar est-il le scientifique de pointe qu’il prétend? Un certain nombre d’enquête ont été réalisée par des journalistes, des ufologues etc pour vérifier les affirmations de Bob Lazar sur son parcours universitaire. Le résultat n’est pas brillant: il n’a apparemment jamais mis les pieds au MIT ni à CalTech, tout au moins pour y suivre des cours et y obtenir un diplôme. Un ufologue célèbre, Stanton Friedman (qui est à l’origine de l’affaire de Roswell en 1980), ne parvient pas à établir l’existence de ses titres. Comme il l’écrit: “It is all BUNK.” (notons que Stanton Friedman a lui aussi un statut complexe parmi les ufologues. Même s’il est considéré comme une figure historique, un certain nombre de ses affirmations ont été prises avec beaucoup de recul par ses amis. Il a jusqu’à la fin de sa vie continué à tenir les documents du MJ-12 pour authentiques alors que la plupart des ufologues les tenaient pour frauduleux, par exemple).

Voici une émission qui remonte quelques temps après les révélations de Bob Lazar qui récapitule l’histoire.

Malgré une abondante littérature qui prend les affirmations de Bob Lazar en défaut, Netflix lui consacre encore un documentaire en 2018.

Le F-117 sort de l’ombre

En 1990, l’armée de l’air américaine va contribuer à attirer l’attention des médias sur la Zone 51 en dévoilant au public l’existence du chasseur furtif F-117 à la base de Nellis, Nellis AFB qui se trouve au nord-est de Las Vegas (à ne pas confondre avec Nellis Air Force Range évoquée plus haut). Attirés par les activités militaires et notamment par les questions liées aux technologies furtives (stealth), les journalistes vont commencer alors à s’intéresser à ce qui se passe dans cette région et à surveiller les appareils qui décollent et atterrissent sur les pistes de la Zone 51. Des révélations vraies ou fausses s’en suivront. En 1990, le magazine VSD publie ainsi des photos prétenduement exclusives montrant un avion furtif en train de décoller depuis une des pistes de la base. A l’époque j’avais rencontré le journaliste auteur de la photo qui m’avait régalé des détails sur la manière dont il était resté des heures planqué au milieu des cailloux et des cactus, derrière les grilles de la base, avec son téléobjectif en espérant réaliser le scoop de sa vie tout en faisant attention de ne pas se faire repérer par les caméras infra-rouge, les gardes et les hélico de surveillance qui tournaient dans le ciel (il ne manquait que les crotales…). Malheureusement, le scoop n’en est pas un: les observateurs attentifs se rendent compte que la photo a été prise face à un moniteur TV qui diffusait un spot de pub de l’armée consacré au F-117. Ce doc sera rendu public quelques temps plus tard, notamment lors de la participation du F-117 au Salon du Bourget en 1991.

UFO spotters

La base devient rapidement célèbre parce que ses limites vont être assiégées par des observateurs d’ovnis de plus en plus nombreux qui viennent d’en l’espoir d’apercevoir un des engins. Les témoignages d’observations d’ovnis dans l’enceinte de Nellis se multiplient au début des années 1990. Ainsi un psychothérapeute, Richard Boylan, décrit dans un numéro du MUFON Ufo Journal paru en 1992, son expédition le long des routes qui longent la base. Après avoir été éconduit par des gardes qui lui conseillèrent de s’éloigner, il revint sur les lieux de nuit et pu admirer un ballet de lumières aveuglantes effectuant des acrobaties dignes d’un film Rencontres du troisième type. De tels témoignages, s’ils venaient à être vérifiés, permettraient aux suppositions les plus échevelées de certains ufologues de prendre corps : l’armée et les extraterrestres s’entendent peut-être.

Freedom Ridge

Au début des années 1990, la Zone était encore relativement accessible et les activistes avaient notamment investi une montagne voisine, Freedom Ridge, qui offrait une vue imprenable sur les pistes et les hangars. Mais Les observateurs d’ovnis vont tellement agacer les militaires que l’armée décide d’étendre au milieu des années 1990 le périmètre de sécurité, Freedom Ridge devient inaccessible, et il est moins facile désormais d’observer les activités qui se déroulent sur cette zone.

Les ufologues ne sont pas les seuls à spéculer au sujet de ces étranges activités aériennes et nocturnes. Cette zone militaire est aussi l’objet de critiques de la part des activistes qui s’intéressent aux black programs et à la manière dont le gouvernement nord-américain engloutit des sommes astronomiques dans son programme de défense et dans la mise au point de technologies aéronautiques. Il y a donc certainement des choses intéressantes à voir dans la Zone 51.

Chrono-biblio-filmographie

11 et 13 novembre 1989 : George Knapp révèle l’existence de Bob Lazar, une des sources prétendues de John Lear, sur les ondes de KLAS-TV, la radio affiliée à ABC de Las Vegas.

1993: John Kirby, « An Interview with Bob Lazar », MUFON UFO Journal n° 306, Oct 1993, p. 8-13, 16.

Février 1994: Glenn Campbell, « Robert Lazar As a Fictional Character », MUFON UFO Journal n° 310, février 1994, p. 11-14.

La Zone 51 a été notamment popularisée dans le film Independence Day de Roland Emmerich (1996). En pleine attaque extraterrestre, le président des Etats-Unis découvre que ses propres conseillers lui ont caché la vérité sur la récupération de soucoupes volantes qu’ils exploitent depuis 1947 dans les bases souterraines d’Area 51.

La fameuse scène où le président découvre la réalité sur Roswell et la Zone 51.

Le président des Etats-Unis visite la Zone 51 (et il n’est pas content). 

Dans l’un des épisodes de la série X Files, on voit Fox Mulder s’aventurer dans l’enceinte d’une base militaire censée se trouver dans l’Idaho et au-dessus de laquelle de nombreux ovnis ont été signalés. L’épisode s’inspire des histoires au sujet de la base de Nellis.

Janvier 1994: Glenn Campbell commence à publier un fanzine en ligne intitulé The Groom Lake Desert Rat. Une des meilleurs sources d’information sur le faits et folklores à propos de la Zone 51. Le dernier numéro, 38, paraît en octobre 1997.

En mars 1994, le magazine Popular Science consacre un article à la zone: “Searching for the Secrets of Groom Lake”.

1eroctobre 1994 : Emission de Larry King intitulée “The UFO Cover-up : Live From Area 51” sur TNT, une filiale de CNN. Voici ce que Glenn Campbell (a.k.a. PsychoSpy) écrit sur cette émission dans un supplément à son fanzine The Groom Lake Desert Rat:

En 1995, le journaliste Pierre Vandeginste consacre un article à cette base dans Science et Vie Junior à partir d’un reportage sur place (n° 68 de mars 1995).

En 1996, l’émission “Faut pas rêver” de Georges Pernoud propose un documentaire sur la Zone 51: “USA: les soucoupistes de la Zone 51“.

L’auteur du reportage a visité les lieux en compagnie de Glenn Campbell, un activiste qui a décidé de titiller les gardes de la zone. Mais Glenn Campbell n’est pas un ufologue, il prend même beaucoup de recul par rapport au discours des ufologues partisans de la thèse du complot extraterrestre. Pour celles et ceux que l’histoire de Area 51 intéressent, on peut d’ailleurs leur conseiller de rechercher sur internet parmi les publications de Glenn Campbell, un des activistes les plus intéressants des années 1990 (voir notamment la page Facebook de Glenn Campbell consacrée à la Zone 51).

Le doc met aussi en scène d’autres personnages plus exotiques qui ne peuvent que passer pour folkloriques aux yeux d’une bonne partie des spectateurs. 

Le mardi 4 mars 1997, le quotidien Libération publie un reportage d’un de ses envoyés spéciaux sur place, Patrick Sabatier: “Zone 51, Nevada, le désert des aliens”. 

2004: une partie du film Paul de Gregg Mottola se déroule aux abords de la Zone 51. 

En 1998, le journaliste Phil Patton consacre un livre, Dreamland, aux folklores autour de la Zone 51 (New York, Villard).

En 2011, la journaliste Annie Jacobsen publie Area 51: An Uncensored History of America’s Top Secret Military Base chez l’éditeur Little Brown and Company. L’ouvrage, qui a dû demander beaucoup de travail de documentation, est un mélange de faits et de rumeurs que l’auteure ne parvient visiblement pas à démêler. 

Un doc du journal de 20 heures de France 2, le 17 août 2013: “Etats-Unis: la vérité sur la Zone 51.” 

En 2018, Netflix consacre un documentaire à Bob Lazar.

Le nombre d’articles sur la Zone 51 a augmenté brusquement en juillet 2019 à la suite d’un événement créé sur Facebook par un Américain qui propose d’envahir la zone le 20 septembre 2019.

La page de l’événement Facebook le 19 juillet 2019: plus d’1,7 millions de “participants”.

En quelques jours plus de 500 000 personnes ont cliqué sur l’événement pour y participer, ce qui a provoqué une vague d’articles, ce qui en retour à fait doubler le nombre de candidats qui est donc passé deux ou trois jours après à plus d’un million. Le Pentagone s’est alors cru obligé de rappeler que cette zone est interdite aux civils.

Le site de l’INA est revenu récemment sur l’histoire de la Zone 51 en renvoyant aux différents docs qu’on peut consulter sur son site. 

Le 18 juillet 2019, Le Monde consacre un article à l’événement facebook “Storm Area 51” (les auteurs de cet article répètent à nouveau une série de fables à propos des circonstances dans lesquelles la Zone 51 serait devenue célèbre et sur l’affaire de Roswell. Occasion supplémentaire de se rendre compte qu’une bonne parties des croyances attribuées au public sur Roswell et les ovnis sont d’abord des inventions de journalistes et d’intellectuels qui se veulent critiques. Non, la Zone 51 n’est pas devenue mondialement célèbre en 1947 mais en 1989. Non, l’affaire de Roswell ne date pas de 1947 mais de 1980. Etc.)

Le 3 août, Facebook supprime l’événement. Mais face à la pression des internautes, le site a fait marche arrière et l’événement est à nouveau en ligne deux jours plus tard. Un article de Newsweek consacré à l'”affaire”

Note: Merci de me signaler les articles et documentaires consacrés à la Zone 51 afin de compléter cette filmo-bibliographie. Et merci de me signaler des erreurs qui auraient pu se glisser dans le texte. Ce papier est en cours d’écriture. Je prévois d’y insérer d’autres informations au fur et à mesure que je remets la main dessus. 

Remerciements: Farid Lozès pour les infos partagées sur sa page Facebook.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.