Affaire de Roswell: chronologie

Proposer une chronologie de l’affaire de Roswell n’est pas chose aisée. Rappel: en 1947, une soucoupe volante et ses occupants auraient été récupérés en secret par l’armée américaine. Selon que ceux qui évoquent cette histoire y croient ou pas, deux versions existent. Dans celle des “sceptiques”, l’histoire survenue à Roswell aurait alimenté une croyance grandissante aux ovnis et à une théorie à propos d’un complot pour cacher la vérité. Pour ceux qui pensent que le crash de Roswell a eu lieu, il s’agit d’un vrai complot et la vérité est cachée depuis 1947.

Le problème c’est que ces deux récits sont faux, celui des “sceptiques” comme celui des “croyants”. L’affaire de Roswell ne démarre pas en 1947 mais en 1980, lorsque le premier livre qui réunit ensemble les divers éléments qui vont constituer cette affaire, est publié. Ce livre, The Roswell Incident, co-écrit par Charles Berlitz (célèbre pour ses livres sur le Triangle des Bermudes) et par l’ufologue William L. Moore, est le point de départ de toute l’affaire.

Bien sûr, le livre s’appuie notamment sur l’analyse d’un fait divers qui remonte à l’été 1947, fait divers qui concerne la découverte de débris métalliques étranges découverts près de Roswell par un paysan puis récupérés par des militaires qui, après les avoir décrit à la presse comme les débris d’un “flying disk”, les ont ensuite réduits aux restes d’un ballon-sonde. Mais il est important de prendre en considération plusieurs faits indiscutables:

1 – cette histoire n’est à l’époque qu’un des très nombreux faits divers qui vont construire la toute première vague d’observations de ce qu’on a commencé quelques jours plus tôt à appeler des flying saucers et des flying disks, des soucoupes volantes et des disques volants.

2 – Cette histoire, même si elle est relayée par la presse nationale, va disparaître très vite des journaux et surtout de la mémoire collective (avant même d’y entrer à vrai dire) et quasiment personne ne va s’en souvenir jusqu’à la sortie du livre de Berlitz et Moore en 1980. Il n’y a donc aucun débat sur les débris découverts à Roswell entre 1947 et l’invention de cette histoire par Berlitz et Moore en 1980.

3 – La version du fait divers de 1947 qui va ressortir en 1980 est une version inconnue en 1947 car elle est issue du travail de collecte et d’interprétation réalisé par Moore et Friedman sur la base du témoignage du major Jessie Marcel, le principal militaire à avoir recueilli les débris découverts par le fermier MacBrazel dans son champs. En 1947, Jesse Marcel n’a pas l’occasion de s’exprimer publiquement sur ce qu’il pense des débris recueillis. Il apparaît simplement sur certaines photos et ce n’est qu’à partir de 1980 que son témoignage commence à être diffusé. Il ne peut donc y avoir la moindre affaire de Roswell en 1947 vu que le témoignage à partir duquel cette affaire émerge n’existe pas en 1947.

4 – Plus important encore, ce que nous appelons aujourd’hui l’affaire de Roswell renvoie à un dossier comprenant un certain nombre d’éléments qui n’existaient pas, et ne pouvaient pas exister en 1947. Le premier de ces éléments concerne l’histoire de la découverte d’une soucoupe et des cadavres de ses pilotes qui se seraient écrasés à une centaine de kilomètres du champs de McBrazel, près de Corona. En 1947, personne n’évoque une telle histoire. Il n’est question que de débris découverts par McBrazel qui sont rapidement expliqués.

L’affaire de Roswell est donc quasi entièrement composée de détails qui n’existaient pas en 1947 (on peut supposer que le major Jesse Marcel a contesté la version de l’armée, mais il est un fait que sa version des faits n’a commencé à émerger qu’en 1978 lors de sa rencontre avec Stanton Friedman) et qu’elle n’est devenue un fait public qu’à partir de 1980. Il est donc parfaitement abusif de parler d'”affaire de Roswell” lorsqu’on évoque le fait divers rapporté brièvement par les journaux et la radio début juillet 1947.

Entre 1947 et 1980, lorsque les historiens des ovnis décrivent la vague de soucoupes de l’été 1947, ils évoquent le cas de Kenneth Arnold, le pilote privé à l’origine de l’histoire des ovnis, ils citent d’autres cas comme celui des photos prises par William Rhodes à Phoenix dans l’Arizona, des observations de Portland ou de Seattle le 4 juillet mais ils ne parlent pas d’une affaire survenue à Roswell. Et pour cause, puisque l’immense majorité des détails qui composent aujourd’hui cette affaire n’existent pas en 1947 ni entre 1947 et 1980.

C’est le livre de Berlitz et Moore qui repêche ce fait divers oublié et c’est surtout ce livre qui l’amalgame avec d’autres histoires à propos de la découverte de cadavres d’extraterrestres. Sans ce livre, il n’y aura très probablement jamais de débat sur l'”affaire de Roswell”.

Mieux: c’est seulement à partir de 1995 que l’affaire de Roswell devient un événement connu de l’ensemble du public. Que ce soit en France ou dans le reste du monde, cette histoire ne va devenir largement connue qu’à partir de l’été 1995 lorsqu’une polémique agite les médias à propos du film de l’autopsie d’un extraterrestre soi-disant découvert à Roswell.

Maintenant, essayons de reprendre les choses dans l’ordre.

Chronologie:

Eté 1980 : publication du livre de Charles Berlitz et William L. Moore, The Roswell Incident. Ce livre lance ce qui va devenir l’ “affaire de Roswell” en exhumant, grâce au témoignage de Jesse Marcel, ancien militaire attaché à la base de Roswell, sur sa vision des événements survenus à Roswell en juillet 1947, événements que la culture ufologique avait oubliés. Le livre associe les informations et souvenirs de Jesse Marcel avec d’autres témoignages et informations plus ou moins lacunaires à propos de la découverte d’un vaisseau extraterrestre écrasé et de corps de pilotes.

1980-1982 et au-delà: Le livre suscite des critiques mitigées de la part d’ufologues. L’ufologue américain Jerome Clark regrette qu’un livre rapportant une affaire aussi importante soit aussi « mal fichu ». Deux ans plus tard, l’ufologue Anders Liljegren écrit de son côté, dans un compte rendu du congrès du groupe ufologique anglais BUFORA, à propos de l’intevention de l’ufologue américain Bruce Maccabee qui évoque le livre de Berlitz et Moore : « [Bruce] Maccabee’s detailed, technical speech gave rise to some snoring and “dropping heads” among the less motivated part of the audience, who woke up, however, when the speaker started a recitation from “The Roswell Incident”, which concerns claimed findings of wreckage after a 1947 UFO crash. Maccabee’s promotion of Berlitz’s latest book was a surprise to me. Berlitz’s rather tarnished reputation has possibly caused the relatively lukewarm reception of his latest opus by international reviewers ? »

Juin 1981: William L. Moore présente un exposé au congrès de l’APRO (Aerial Phenomena Research Organization), le tout premier groupe ufologique important créé en 1952: « The Roswell Investigation : Update and Conclusion ».

Juin 1981: William L. Moore et Stanton Friedman présentent un exposé dans le cadre du congrès annuel du MUFON, le Mutual UFO Network, un des principaux groupes ufologiques américains. L’exposé s’intitule “The Roswell Incident: Begining of the Cosmic Watergate” (il est publié dans: MUFON Symposium Proceedings, 1981, p. 132-153). L’exposé, rédigé par Friedman sur la base de son enquête avec Moore sur Roswell, donne notamment des détails sur la collaboration Moore-Berlitz et sur la part qui revient à chacun (p. 136-138). Friedman donne des raisons de penser que le 509° régiment qui se trouvait à Roswell n’était pas composé de simples militaires de base mais de militaires appartenant plutôt à l’élite. Ainsi : “The 509th was the group that had dropped the atomic bombs on Japan and in post war test operations in the Pacific. They were, as we could judge from the group history obtained from Air Forces Archives, very busy in 1947 in the training of B-29 groups for future drops of other atomic bombs. Colonel Blanchard, the head of the group, who had instructed Walter Haut to put out the crashed disc press release in the first place, and who conveniently took the day off when the story broke (presumably to avoid the media heat) would have himself probably dropped the next atomic bomb on Japan had it been required.” Friedman veut montrer ainsi que les acteurs impliqués dans l’affaire de Roswell n’étaient pas les premiers venus. Une partie de l’article (p. 141-144), concerne les retombées technologiques que l’on pourrait attendre de l'”exploitation” de la carcasse de l’ovni de Roswell. Pages 144-147, Friedman répond à quelques questions qui sont soulevées plus ou moins spontanément à propos de ce genre d’histoire, du style : “un tel secret n’aurait pu être gardé”. Il s’attache à montrer qu’un tel secret pourrait très bien au contraire avoir été maintenu.

Juin 1982: Lors du congrès annuel du MUFON, William L. Moore présente un exposé intitulé “The Roswell Investigation: New Evidence in Search for a Crashed UFO” (qui sera publié dans MUFON Symposium Proceedings, 1982, p. 85-104). Ce document est présenté comme mise à jour du livre de Berlitz et Moore. Il contient un résumé de l’affaire, pp. 86-88, une interview avec Frank Joyce, journaliste à Roswell en 1947 (pp. 88-95). Moore passe également au peigne fin les allées et venues de quelques figures importantes de l’Etat-Major de l’armée américaine au moment du crash et note quelques “coïncidences” qui lui semblent intéressantes et susceptibles de montrer l’intérêt porté en haut lieu à la découverte faite à Roswell. Il examine enfin rapidement quelques autres affaires de crash qui ont pu être rapportées et qui lui semblent moins consistantes.

28-30 juin 1985 : au congrès du MUFON à St Louis, Missouri. Bill Moore présente un exposé qui revient notamment sur son enquête sur Roswell : « Crashed Saucers, Evidence in Search of Proof ». Le long texte de Moore est composé de deux parties. La première examine l’affaire d’Aztec, une histoire de soucoupes écrasées remontant aux années 1950 considérés par les ufologues “sérieux” comme un canular, et conclue, notamment à travers l’analyse la personalité de personnages comme Silas Newton où Leo GeBauer à l’origine de l’histoire, qu’il s’agit vraissemblablement de canulars. La deuxième partie est consacrée à Roswell. Cette affaire présente une toute autre consistance pour Moore. Il passe en vue les faits et les arguments échangés à propos de ce cas : les descriptions des débris, les arguments des témoins, l’implication des agences gouvernementales comme le FBI, l’implication possible de Lincoln LaPaz, l’hypothèse du ballon sonde, etc…]

Juin 1987: William Moore divulgue lors d’un congrès ufologique, les documents prétenduement Top Secret du MJ-12 (Majestic 12), un groupe ultra-secret créé soit-disant par Harry Truman pour étudier les restes de soucoupes écrasées. Ces documents évoquent notamment la récupération d’une soucoupe près de Rowell. Une controverse s’engage sur l’authenticité de ces documents, elle dure deux ans.

1989 : Le CUFOS, Center for UFO Studies (Chicago), lance une enquête sur Roswell, confiée à deux enquêteurs de ce groupe, Kevin Randle et Donald R. Schmitt.

1990 : une lettre de l’ufologue Robert Todd à l’ufologue et avocat Peter Gersten mentionne pour la première fois l’hypothèse de restes de ballons Mogul comme explication des débris découverts par McBrazel et recueillis par Jesse Marcel à Roswell en 1947.

1990 : Premier livre de Kevin Randle et Don Schmitt, deux enquêteurs du CUFOS, sur l’affaire. Pour eux, un objet réellement étrange, probablement d’origine ET, s’est écrasé à Roswell.

Février 1993 : le représentant Steve Schiff (R-NM) demande au GAO, General Accounting Office, d’enquêter sur la façon dont l’armée de l’air a géré l’affaire de Roswell.

1994: début de la série télévisée X-Files dont une partie des épisodes reprend le complot de l’armée autour de Roswell.

Septembre 1994 : l’USAF rend son rapport sur Roswell au GAO. Les enquêteurs de l’air force reprennent l’explication trouvée par Robert Todd quatre ans plus tôt: les débris récupérés à Roswell provenaient des essais secrets de ballons Mogul.

8 septembre 1994 : memorandum du Secrétariat de l’Air Force remis à la presse à propos du rapport de l’air force sur Roswell.

Printemps 1995: Premières images extraites du film de l’autopsie d’un ET trouvé à Roswell divulguées. Le film est  montré à une assemblée sélectionnée à Londres avant d’être diffusé par de nombreuses télévisions et de susciter de larges débats.

28 juillet 1995 : rapport du GAO remis à Schiff et aussitôt rendu public. L’enquête du GAO sur Roswell s’arrête.

24 juin 1997 : un deuxième rapport de l’Air Force sur Roswell est rendu public. Les rumeurs associées à partir de 1980 à l’histoire des débris découverts à Roswell renvoyaient peut-être à des témoignages liés à des expériences aéronautiques réalisées par l’armée au cours des années 1950, notamment des tests de crashs à l’aide de mannequins et certains vols expérimentaux et parachutages de pilotes militaires.

Fin juin 1997: mélangeant l’histoire du début de la vague de soucoupes de l’été 1947 avec les révélations de l’air force sur l’affaire de Roswell (dont l’affaire est basée sur un fait divers de 1947), les journaux transforment l’affair de Roswell qui a débuté en 1980 en un débat qui se déroulerait depuis 1947 puis en une croyance qui n’aurait cessé de grandir depuis 1947. La réécriture de l’histoire des ovnis à l’aune de l’affaire de Roswell débute.

Commentaires:

C’est à partir de l’été 1995 que l’affaire de Roswell devient un événement majeur de l’histoire des ovnis. Et c’est à la fin juin 1997 que l’histoire de Roswell va prendre une telle importance, qu’elle va être de plus en plus citée comme un événement survenu en 1947 (oui on a découvert des débris près de Roswell en 1947 mais NON, aucune affaire de Roswell n’a débuté en 1947) qui aurait alimenté une controverse qui n’aurait jamais cessée.

Ce qui est stupéfiant c’est que les “croyants” mais également les “sceptiques” répètent maintenant sans réfléchir que l’affaire de Roswell a débuté en 1947. Autant on peut comprendre les premiers, autant l’attitude des seconds est particulièrement absurde car cela consiste à accorder à cette histoire une importance qu’elle n’a jamais eu.

Les ufologues sont fondés à dire que l’affaire de Roswell débute en 1947 puisque le but même de leur enquête consiste à établir l’existence d’un fait qui serait passé inaperçu pour différentes raisons plus ou moins justifiées selon eux. S’ils arrivent donc à démontrer que les faits décrits à partir de 1980 se sont bien déroulés en 1947, ils peuvent donc dater ces faits de 1947.

Par contre le fait que les “sceptiques” datent aussi cette histoire qu’ils considèrent comme une invention, de 1947 est totalement idiot car ils contribuent ainsi à renforcer l’idée qu’il se serait passé quelque chose en 1947 au moment même où ils déploient des efforts pour démontrer le contraire. La première chose sur laquelle il faut insister si on veut démontrer qu’il n’y a pas eu de crash d’ovni en 1947 c’est que cette histoire n’existe pas en 1947 et que les détails principaux qui la composent ne sont sortis qu’à partir de 1980.

Evidemment leur “logique” se comprend puisqu’il s’agit de démontrer que les croyances, la crédulité populaire, constituent des phénomènes sociologiques particulièrement inquiétants. “La preuve: regardez tous ces gens qui croient à l’affaire de Roswell depuis 1947.” Après les auditeurs paniqués par le “canular” d’Orson Welles sur l’invasion martienne en 1938, voilà de quoi “démontrer” l’ampleur des “croyances populaires”.

On peut comparer l’affaire de Roswell au dossier des “peurs de l’An Mil”. Beaucoup de gens croient encore aujourd’hui que nos ancêtres du Moyen Age attendaient la fin du monde pour l’An Mil. Mais un certain nombre de travaux d’historiens ont montré au cours des dernières décennies que cette histoire est une invention du XIXe siècle. C’est au XIXe siècle que des historiens ont imaginé que les gens avaient adopté une attitude millénariste à la veille de l’An Mil. Et bien sûr cette invention des peurs de l’An Mil a eu pour fonction principale de pouvoir attribuer aux gens du Moyen Age toutes sortes de croyances superstitieuses, au besoin en les inventant purement et simplement.

Bibliographie:

La plupart des livres qui évoquent l’affaire de Roswell sont des collections d’anachronismes puisqu’ils consistent à inventer purement et simplement une croyance à cette histoire à une époque 1947 où elle n’a pas pu se rencontrer.

Je me permets de renvoyer à un long article que j’ai fait paraitre dans la revue L’Histoire en juin 2018, dans lequel je montre notamment comment cette histoire de Roswell a été utilisée pour réécrire l’histoire du début des soucoupes volantes en 1947: « Comment sont nées les soucoupes volantes », L’Histoire n° 448, juin 2018, p. 60-65.

.

A suivre et à compléter.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.