Dictionnaire sur les ovnis et l’ufologie

Le but de ce dictionnaire (en construction perpétuelle, et pour l’instant à peine ébauché…) est de fournir des présentations brèves mais les plus précises possibles de l’ensemble des acteurs du domaine ufologique ainsi que des définitions des termes du vocabulaire forgé par les ufologues, les noms de groupes, de revues et de bulletins.

ADAMSKI, GEORGE (1891-1965): Américain d’origine polonaise installé sur les pentes du mont Palomar, Adamski est le plus célèbre contacté.

Adamski s’introduit dans les discussions sur les soucoupes volantes à travers la publication de deux articles dans le magazine américain Fate. Le premier, co-signé avec Maurice Weekley est consacré aux « soucoupes volantes telles que les astronomes les voient ». Le second paru en juillet 1951 révèle qu’Adamski est l’auteur de photographies de “vaisseaux spatiaux”. Mais ces deux articles ne sont pas remarqués à l’époque de leur parution et il faudra une autre série d’évènements, autrement plus spectaculaires, pour que le nom d’Adamski devienne l’un des plus connus de l’histoire des ovnis.

En 1952 Adamski affirme avoir rencontré, le 20 novembre de cette année, un extraterrestre originaire de Vénus dans le désert de Californie, à Desert Center. Le livre qu’il publie, Flying Saucers Have Landed, co-signé avec l’Anglais Desmond Leslie, est un best-seller traduit en de nombreuses langues.

En 1955 et 1960, Adamski publie deux autres livres dans lesquels il décrit ses autres rencontres avec des extraterrestres et ses voyages en soucoupes volantes (notamment sur la face cachée de la Lune, habitée selon lui).

Une partie de sa légende a été renforcée par le fait qu’à sa mort il fut enterré au cimétière d’Arlington, où reposent les héros de la nation américaine.

Bibliographie: Prof. George Adamski, « I Photographed Space Ships », Fate vol. 4, n° 5, July 1951, p. 64-74; Maurice Weekley & Prof. George Adamski, « Flying Saucers as Astronomers See Them », Fate vol. 3, n° 6, September 1950, p. 56-59; Desmond Leslie et George Adamski, Flying Saucers Have Landed, Londres, Werner Laurie, 1953 ; tr. fr., Les soucoupes volantes ont atterri, Paris La Colombe, 1954; George Adamsk, Inside the Space Ships, New York, Abelard-Shuman, 1955; George Adamski, Farewell Flying Saucers, New York, Abelard-Shuman, 1960. Gray Barker, Gray Barker’s Book of Adamski, Clarcksburg, WV, Saucerian Publications, [1966] ; Jacques Lob, « Rubrique des faits d’enfer », Galaxie n° 87, août 1971, p. 140-147 ; Jacques Lob et Robert Gigi, Le Dossier des soucoupes volantes, Paris, Dargaud, 1972, p. 60-65.

ARNOLD, KENNETH (1915-1984): Kenneth Arnold est le premier témoin d’une observation d’ovni. Il n’est bien sûr pas, historiquement, le premier témoin de l’observation d’un phénomène aérien non identifié, mais le témoin dont l’observation est directement à l’origine de l’invention de l’expression “flying saucer” (soucoupe volante). Le 24 juin 1947, Arnold, homme d’affaire et pilote privé, observe neuf objets affondis à l’avant et triangulaires à l’arrière, qui se déplacent à une vitesse qu’il estime à deux fois la vitesse du son et qui passent entre le Mont Rainier dans l’Etat de Washington et le Mont Adams. Cherchant une explication à ce qu’il a vu, il parle de son observation le lendemain à deux journalistes de l’East Oregonian, à Pendleton dans l’Oregon. Les journalistes, Nolan Skiff et Bill Bequette, publient un article dans l’édition du quotidien qui paraît ce 25 juin et Bequette envoie, par pure routine (et non parce qu’il aurait flairé un scoop, rien ne permettant d’envisager alors que cette histoire puisse susciter le moindre intérêt) une dépêche sur le câble régional de l’Associated Press. Une heure plus tard environ, lorsqu’il rentre de déjeuner, Bequette apprend que de nombreux journaux ont appelé ou cablé pour obtenir plus de renseignements. Il retourne voir Arnold à son hôtel et téléphone à Portland pour fournir plus d’informations. Le lendemain, la majorité des journaux des Etats-Unis consacrent un article, parfois en Une avec d’importantes manchettes, aux mystérieux objets vus par Arnold. Certains emploient les expressions de flying disk et de flyiing saucer pour décrire les “engins”. Ces expressions vont peu à peu s’imposer. D’autres témoins signalent à leur tour avoir vu des “flying saucers” et la polémique enfle dans la presse.

A noter: Contrairement à ce que l’on raconte beaucoup aujourd’hui, le désormais célèbre cas de Roswell, où des débris d’une soucoupe volante (et non pas une soucoupe et les corps de ses occupants) auraient été récupérés par l’armée de l’air, n’est pas un des cas à l’origine de la popularité des soucoupes. C’est juste une des nombreuses affaires signalées au cours de cet été 1947 mais elle a très rapidement été oubliée et n’a ressurgi qu’en 1980 pour devenir mondialement populaire à partir de l’été 1995.

BARKER, GRAY (1925-1984): Gray Roscoe Barker est le co-inventeur (avec John Keel) des Hommes en Noir, les fameurs Men in Black (MIB) devenus célèbres depuis la sortie en 1997 du premier film de Barry Sonenfeld sur ce thème (avec Tommy Lee Jones et Will Smith). Barker se fait connaitre dans les milieux soucoupiques en 1952 avec une première enquête sur l’apparition d’une étrange créature dans les collines de Flatwoods, en Virginie occidentale (son enquête parait dans Fate, un magazine américain spécialisé dans le paranormal et l’occulte et lancé dans le sillage des soucoupes volantes au printemps 1948 par l’écrivain et éditeur de science-fiction populaire Ray Palmer). En 1953, Barker devient membre d’un groupe soucoupique, l’International Flying Saucer Bureau (c’est l’histoire du directeur de ce groupe qui est à l’origine de la légende des MIB : il prétendit avoir été menacé par trois hommes mystérieux vétus de noir et laissa tomber l’ufologie du jour au lendemain). Barker fonde ensuite le Saucerian Bulletin et publie en 1956 They Knew Too Much About Flying Saucers (New York, Univesrity Books, 1956; tr. fr.: Ils en savaient trop sur les soucoupes volantes, Paris, Presses du Châtelet, 2002 ) où il raconte notamment l’histoire de Bender. Il fonde une maison d’édition, Saucerian Press, qui publie de nombreux ouvrages souvent remplis de révélations sur la présence cachée d’extraterrestres parmi nous (les sociologues David W. Stupple et Abdollah Dashti réalisèrent une étude du lectorat de Saucerian Press). Gray Barker participe aussi à l’enquête sur une étrange créature ailée observée dans l’Etat de Virginie de l’Ouest, le Mothman, et publie un livre (The Silver Bridge, Clarksburg, WV, Saucerian Books, 1970) généralement considéré par ses collègues comme très romancé. John Keel, auteur lui aussi d’un ouvrage sur cette créature et les circonstances de ses apparitions (The Mothman Prophecies, 1975), explique, dans sa posface à la réédition parue en 1991, que ce livre l’a décidé à rédiger le sien afin de rétablir les faits. Gray Barker meurt du Sida le 6 décembre 1984.

Bibliographie: Ronald Story (ed), The Encyclopedia of UFOs, op. cit., 1980, p. 41 ; Michael D. Swords, « Tales from the Barker Zone », International UFO Reporter vol. 17, n° 6, novembre-décembre 1992, p. 4-10 ; Jerome Clark, The UFO Encyclopedia, 1998, vol. 1, p. 147-149; David W. Stupple et Abdollah Dashti, « Flying Saucers and Multiple Realities: A Case Study in Phenomenological Theory », Journal of Popular Culture vol. 11, 1977, p. 479-493 (repris dans Journal of UFO Studies vol. 2, 1980, p. 21-32).

BENDER, ALBERT K. (1921-2016): fondateur de l’International Flying Saucer Bureau (IFSB) en 1952 qui cessa brusquement ses activités après avoir reçu, prétendait-il, la visite de trois hommes mystérieux vêtus de noir, au moment où il s’apprêtait à faire des révélations sur la nature et l’origine des soucoupes volantes dans son bulletin.

BIDDLE, ERIC: L’un des tout premiers ufologues britanniques, fondateur avec Marc Thirouin de la revue Ouranos en juin 1952.

Voir la page consacrée aux tous premiers numéros de la revue Ouranos.

BOURRET, JEAN-CLAUDE (né en 1941): journaliste français qui a travaillé pour France Inter, France 3, TF1, la Cinq etc. A partir de 1973, à la suite d’une observation d’ovni survenue à Turin, il s’intéresse aux ovnis. Il leur consacre avec Claude Villers une série d’émissions aux ovnis au printemps 1974 sur France Inter (dans le cadre de l’émission de Claude Villers, “Pas de panique!”). Les entretiens sont réunis dans un livre, La Nouvelle vague des soucoupes volantes (France Empire, 1974). Tout en poursuivant une carrière tout à fait normale de journaliste télévisé, il consacre plusieurs autres livres aux ovnis (Le Nouveau défi des OVNI, France Empire, 1976, La Science face aux extra-terrestres, France Empire, 1977, Ovni, l’armée parle, France Empire, 1980), ainsi qu’un album de BD illustré par Patrick Claeys. En 1976, il organisé des journées ufologiques à Poitiers où il invite des scientifiques qui étudient le phénomène (Pierre Guérin, Jacques Vallée, Jean-Pierre Petit, Patrck Aimedieu, Auguste Meessen, Pierre Kohler). En 1993, il co-signe avec Jean-Jacques Velasco (le responsable du SEPRA, le Service d’expertise des phénomènes de rentrées atomosphèriques au CNES, Centre national d’études spatiales) un nouveau livre sur les ovnis intitulé Ovnis: la science avance (Robert Laffont). En 1997, il publie chez l’éditeur Michel Lafon un ouvrage qui reprend notamment le meilleur de ses quatre livres publiés chez France Empire: OVNIs: 1999, le contact? En 2017 et 2018, il signe à nouveau deux livres en compagnie de Jean-Pierre Petit (éditions Guy Trédaniel).

Jean-Claude Bourret vers 1977, en train de feuilleter un numéro de la revue Inforespace (SOBEPS). Photo prise par l’ufologue Michel Figuet.

DEBUNKER: terme ufologique qui désigne les militants rationalistes ou les ufologues qui nient l’existence matérielle des ovnis comme phénomène scientifique nouveau et qui réduisent l’ensemble des observations à des méprises. Voir sceptique.

DRAKE, RAYMOND W. (1913-1989): Auteur d’articles (dans la Flying Saucer Review, longtemps la plus importante revue anglaise consacrée aux ovnis) et d’ouvrages sur les observations d’ovnis dans les temps anciens, notamment Gods or Spacemen? (1964). En français on peut lire de lui Astronautes de l’ancien Orient, Paris, Albin Michel, 1976.

FATE: Magazine américain mensuel consacré à l’occulte et au paranormal fondée en 1948 par Raymond A. Palmer et Curtis Fuller. Le premier numéro est diffusé en kiosque le 15 février 1948.

Format digest, 130 pages, la couverture de ce premier numéro est ornée de deux magnifiques soucoupes volantes survolant un petit avion rouge. La scène est censée décrire l’observation de Kenneth Arnold, le “premier” témoin, faite le 24 juin 1947. Un article d’Arnold figure au sommaire de ce premier numéro. Fate, est une revue entièrement consacrée à l’occulte. Son rédacteur en chef signe Robert N. Webster. En fait derrière ce nom se cache Ray Palmer qui est alors et encore pour quelque temps, rédacteur en chef d’Amazing Stories, un des principaux pulps de science-fiction. Palmer convainc Curtis Fuller, rédacteur-en-chef de Flying, un magazine d’aviation publié comme Amazing Stories par la maison Ziff-Davis, de se lancer dans la publication d’un magazine sur l’occulte Palmer et Fuller fondent la Clark Publishing Company et Fate va devenir le lieu de débats sur les phénomènes que la “science officielle rejette”. Dès le premier numéro, Palmer, sous le pseudonyme de Robert N. Webster, fixe le but de l’entreprise : « Ce magazine est dédié à la défense de la raison. Il met en lumière les liens qui lient le destin et le livre arbitre. Il suit les règles de la méthode scientifique et propose des analyses sérieuses du connu et de l’inconnu. C’est un magazine destiné à l’homme à l’esprit logique, à l’homme à l’esprit religieux, à l’homme qui doute, à l’homme qui observe, et par dessus tout, à l’homme qui veut connaitre les réponses aux questions suivantes, les plus importantes qui soient : Pourquoi suis-je né ? Où vais-je ? Qui et que suis-je ? » (Robert N. Webster, “Editorial”, Fate, vol. 1, n° 1, printemps 1948, p. 2.)

FORT, CHARLES (1874-1932) : Ami du romancier Theodore Dreiser, l’Américain Charles Fort publie au début du 20e siècle plusieurs ouvrages dans lesquels il réunit des milliers de faits récoltés à la lecture des revues scientifiques. Le plus fameux de ces livres se nomme The Book of the Damned (Le Livre des damnés, Paris, Losfeld, 1969). Les damnés, ce sont ces faits que la science a décidé d’ignorer. Trois autres titres suivront: Lo!, New Lands et Wild Talents. Ces quatre ouvrages seront réédités en un seul volume en 193X sous le titre The Books of Charles Fort.

Bibliographie: Damon Knight, Charles Fort, Prophet of the Unexplained, Gollancz, London, 1971; Jean-Louis Brodu, Charles Fort, Précurseur excentrique du domaine anomalistique, Mémoire de maitrise en littérature américaine, Univ. Paris VII, 1982 ; Loren E. Gross, Charles Fort, the Fortean Society and Unidentified Flying Objects, Fremont, Ca., The Author, 1976 ; Pierre Lagrange, «Fort (Charles)», in Nicolas Witkowski (dir.), Dictionnaire culturel des sciences, Paris, Editions du Regard-Editions du Seuil, 2001, p. 182.

GUÉRIN, PIERRE (1926-2000): astronome français, spécialisé dans la photographie astronomique (on lui doit quelques unes des meilleurs photos des anneaux de Saturne réalisées avant l’envoi de sondes spatiales vers cette planète). La zone qui sépare les anneaux C et D de Saturne porte le nom de “division de Guérin” [voir l’entrée Wikipedia sur ce sujet]. Pierre Guérin a consacré une grande partie de sa vie à étudier les ovnis. Pour une bibliographie de ses travaux, voir ce lien. Pour un décryptage d’une émission de télévision à laquelle il a participé en 1974 sur la 2e chaîne, voir cet autre lien. Cette page présente un des appareils de photographie astronomique réalisé par Pierre Guérin en 1965.

HOMMES EN NOIR: voir Men in Black.

HYNEK, J. ALLEN (1910-1986): astronome américain, directeur de l’Observatoire de la Northwestern University. Entre 1948 et 1969, Hynek est conseiller de l’US Air Force pour la question des ovnis. Au milieu des années 1960, il révèle publiquement ses doutes sur le sérieux de l’enquête militaire et plaide pour que les scientifiques se penchent sur le problème. En 1972, il publie The UFO Experience: A Scientific Inquiry (Chicago, Regnery). Il crée le Center for UFO Studies à Chicago.

INFORESPACE: revue de la SOBEPS (voir ce nom).

LE COUR, PAUL (1871-1954): Paul Le Cour, fondateur de la revue Atlantis a consacré quelques articles aux soucoupes volantes dans cette revue au tout début des années années 1950.

Voir Thirouin, Marc.

LE POER TRENCH, BRINSLEY (1911-1995) : Brinsley Le Poer Trench, membre d’une vieille famille noble britannique, entre à la Chambre des Lords en 1975 sous le nom de Lord Clancarty. Auteur dans les années soixante de plusieurs ouvrages sur les ovnis et les visites d’extraterrestres dans le passé (The Sky People, 1960 ; Secret of the Ages: UFOs from Inside the Earth, 1975), il est à l’origine d’un débat sur le sujet à la Chambre des Lords en janvier 1979.

Bibliographie: John Keel, UFOs: Operation Trojan Horse, p. 72; Jerome Clark, The UFO Encyclopedia, vol. 1, p. 527-529.

LITTLE GREEN MAN: L’expression Little Green Man est devenue très populaire à la suite d’une célèbre observation d’ovni et de créatures “extraterrestres” survenue pendant la nuit du 21 août 1955 près de Kelly dans le Kentucky. L’expression avait fait son apparition dans la science-fiction populaire à partir de la fin des années 1930 mais elle était limitée aux passionnés de SF, même s’il arrivait qu’on la rencontre dans certains articles de la presse générale.

MEN IN BLACK : Le thème des Hommes en noir apparaît dans la littérature ufologique en 1956 à la suite de la publication du livre de l’ufologue américain Gray Barker, They Knew Too Much About Flying Saucers. Dans son ouvrage, Gray Barker décrit comment un animateur de club soucoupique nommé Albert Bender cessa toute activité après avoir reçu des menaces des MIB. La plus ancienne affaire de MIB remonte selon Barker à l’été 1947. Le témoin d’une observation faite à Tacoma le 21 juin 1947 aurait reçu la visite d’un mystérieux personnage qui lui aurait recommandé de ne rien dire. L’expression MIB elle-même a été forgée par John Keel et elle a commencé à se répandre à la fin des années soixante notamment grâce aux articles publiés par John Keel et ses deux livres, UFOs: Operation Trojan Horse (1970) et The Mothman Prophecies (1975).

Bibliographie: Gray Barker, They Knew Too Much About Flying Saucers, New York, University Books, 1956; tr. fr.: Ils en savaient trop sur les soucoupes volantes, Paris, Presses du Châtelet, 2002; Jacques Lob et Robert Gigi, Le Dossier des soucoupes volantes, Paris, Dargaud, 1972.

Voir aussi: Barker (Gray), Bender (Albert K.), Keel (John).

MIB: voir Men in Black.

MISRAKI, PAUL (1908-1998): Compositeur français bien connu, membre du GEPA (Groupement d’Etude de Phénomènes aériens) à sa création en 1962, Paul Misraki publie en 1962, sous le nom de Paul Thomas, un livre intitulé Les Extraterrestres (Plon, 1962, réédité sour le titre Des Signes dans le ciel, Labergerie, 1968).

PETIT HOMME VERT: voir Little Green Man

PRÉ-ARNOLDIEN: cette expression désigne tout ce qui précède l’observation historique de Kenneth Arnold, dont la diffusion par la presse constitue le point de départ du débat sur les “soucoupes volantes”, une expression qui fut forgée par les médias américains pour nommer le genre d’objet vu par Arnold et par les autres témoins qui se sont manifestés au cours de l’été 1947.

SCEPTIQUE: en ufologie le terme sceptique désigne deux types de personnes. Soit les militants rationalistes qui nient l’existence des ovnis. Soit les ufologues qui après avoir accepté la réalité des phénomènes ont changé d’opinion pour affirmer leur non existence, souvent en invoquant une explication “socio-psychologique” des ovnis. Les “sceptiques” sont aussi désignés sous le terme de “debunker”.

SOBEPS (Société belge d’études des phénomènes spatiaux): l’un des plus importants groupes ufologiques des années 1970-1990. Fondé en 1971 par Lucien Clérebaut, présidée par Michel Bougard (professeur de chimie en lycée, devenu par la suite historien des sciences, auteur d’une thèse du Nicolas Lémery), la SOBEPS est une des rares sociétés d’ufologues à s’être dotée de moyens matériels impressionnants pour travailler, et notamment de locaux dont il n’existait pas l’équivalent ailleurs dans le monde (à ma connaissance). La SOBEPS publiait une revue sobre et luxueuse, Inforespace, qui a publié un grand nombre de textes qui occupent une place incontournable pour comprendre l’histoire des débats sur les ovnis en France et dans les pays européens de langue française. La position sociale occupée par la SOBEPS et la qualité de ses membres lui ont permis de devenir l’interlocutrice de l’armée de l’air belge lors de la grande vague d’apparitions d’ovnis triangulaires de 1989-1991. La SOBEPS a été dissoute en 2007. On peut lire sur cette autre page de ce blog le récit d’une visite à la SOBEPS en 1990.

SOUCOUPISTE : Dès l’apparition des premières mentions de “soucoupes volantes” dans la presse, l’usage du terme soucoupiste commence à se répandre. On peut lire des articles où l’on évoque notamment les soucoupistes et les “anti-soucoupistes”. Le terme soucoupiste désigne alors toute personne qui pense que les soucoupes volantes existent, c’est à dire qu’il s’agit d’engins ou de vaisseaux fabriqués sur Terre ou originaires d’une autre planète.

Par la suite, notamment après l’apparition d’autres termes comme ceux de UFO researcher, dans les pays de langue anglaise, ou d’ufologue, dans les pays francophones, le terme “soucoupiste” va servir plutôt à désigner une frange un peu “extrême” des milieux de passionnés d’ovnis. Aux Etats-Unis, un enquêteur, Gray Barker*, lance un bulletin intitulé The Saucerian et une maison d’éditiion intitulée Saucerian Press. Le bulletin et les publications de la maison d’édition sont consacrées à des sujets qui vont être pour partie d’entre eux considérés comme peu sérieux par d’autres enquêteurs, ceux qui se font appeler ufologues. On constate donc l’apparition d’un clivage entre différentes tendances au sein des milieux ufologiques. Les “saucerian” sont plus ouverts à certains récits qui font état de la présence de Men in Black, qui évoquent des contacts avec les extraterrestres (notamment par les gouvernements), qui évoquent l’existence de bases secrètes d’ovnis etc.

THIROUIN, MARC (1911-1972): Juriste et disciple de Paul Le Cour (1871-1954), Marc Thirouin a fondé avec l’Anglais Eric Biddle, la toute première revue française et anglaise sur les soucoupes volantes, Ouranos.

Voir la page consacrée aux tout premiers numéros de la revue Ouranos.

UFOLOGUE : Ce terme désigne un spécialiste des ovnis (de UFO, Unidentified Flying Object). Aux Etats-Unis et dans les pays de langue anglaise, on emploie moins le terme “ufologist” que celui de “UFO researcher” et ce dernier terme fait assez rapidement son apparition dès les années 1950. Par contre en France le terme ufologue ne commence vraiment à se répandre qu’à partir du début des années 1970.

VON DÄNIKEN, ERICH (né en 1935)Suisse allemand, Erich Von Däniken publie en 1968 Erinnerungen an die Zukunft (Souvenir du futur, traduit en français sous le titre Présence des extraterrestres, Laffont, 1969), premier d’une longue série d’ouvrages consacrés à la visite d’extraterrestres dans le passé de l’humanité.  L’ouvrage est surtout célèbre sous son titre anglais, Chariots of the Gods. 

Bibliographie: Wiktor Stoczkowski, Des Hommes, des dieux et des extraterrestres. Ethnologie d’une croyance moderne, Paris, Flammarion, 1999.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.