“Le dossier des soucoupes volantes”: débat avec l’astronome Pierre Guérin (Actuel 2, 4 février 1974)

Voici un document important pour comprendre l’histoire des débats sur les ovnis. Il s’agit d’un débat télévisé avec l’astronome Pierre Guérin le lundi 4 février 1974 dans le cadre de l’émission Actuel 2 présentée par François de Closets sur Antenne 2. Cette émission, un des “classiques” de la télévision française sur ce sujet, est disposnible en huit parties sur Youtube (enfin, presque… voir plus bas).

Image extraite de l’émission Actuel 2 avec Pierre Guérin, 1974.

Quelques éléments de contexte pour comprendre l’intérêt de ce débat. Pierre Guérin était astronome, maître de recherche au CNRS et à l’Institut d’Astrophysique de Paris (IAP). Dès le début des années 1950, il s’intéresse aux soucoupes volantes et, à la différence de beaucoup de ses collègues, aborde le sujet en se montrant favorable à l’idée qu’il puisse s’agit d’un phénomène nouveau et doté d’intention (ou pour résumer, d’origine extraterrestre, tout le problème étant de définir ce qu’on entend par “extraterrestre”). Il entre alors en contact avec Aimé Michel, un journaliste qui a publié dès 1954 un premier livre sur le sujet, Lueurs sur les soucoupes volantes (Mame), et qui deviendra un des acteurs les plus importants de ce débat, notamment en développant avant les chercheurs du domaine SETI (Search for Extraterrestrial Intelligence), les principaux arguments qui composent ce qu’on appelle “principe de banalité” et “paradoxe de Fermi”.

Mais Pierre Guérin, qui est alors un jeune astronome en train de faire sa thèse et de commencer une carrière au CNRS, ne peut pas faire état publiquement de son intérêt pour les ovnis, considérés comme une “croyance populaire irrationnelle” dans un milieu scientifique dominé par l’Union rationaliste (UR) (l’un des membres du jury de thèse de Pierre Guérin, Evry Schatzman, est devenu plus tard président de l’UR et a toujours été violemment opposé à des sujets comme les ovnis, auxquels il consacrera de nombreux articles).

Pourtant, l’intérêt de Guérin pour le sujet est connu d’un certain nombre de collègues et, chose assez surprenante, le biologiste Ernest Kahane, alors une des chevilles ouvrières de l’UR, lui demandera même de rédiger l’entrée “soucoupes volantes” pour le Dictionnaire rationaliste qui paraît en 1965. L’entrée est signée par Kahane mais c’est Guérin qui en est donc l’auteur (j’ai découvert ce fait lors d’échanges parfois assez houleux avec Guérin, qui avait un caractère bien trempé, et qui s’en prenait constamment aux rationalistes. Je lui avais fait remarqué que les rationalistes n’étaient pas tous si bornés et je lui avais cité pour preuve l’entrée du Dictionnaire rationaliste signée par Kahane. Guérin m’avait alors appris que c’était lui qui était l’auteur de ce texte mais il m’avait confirmé qu’Ernest Kahane avait fait preuve d’une grande ouverture d’esprit en acceptant de signer ce texte).

A la fin des années 1960, un petit groupe d’astronomes se réunit assez régulièrement à Meudon pour discuter des questions liées à la vie extraterrestre. Les ovnis sont abordés lors de ces réunions. En 1970, les astronomes François Biraud et Jean-Claude Ribes, publient un premier livre consacré à cette question de l’existence de vie et de civilisations extraterrestres, Le Dossier des civilisations extraterrestres (Fayard, réédité plus tard chez J’ai lu. Beaucoup de gens ignorent qu’après l’édition de poche chez J’ai lu, Fayard publiera une seconde édition de ce livre contenant quelques ajouts, qui sont donc absents de l’édition de poche). Ils consacrent un chapitre aux soucoupes.

En 1972, Guérin décide de faire son “coming out” soucoupiste en publiant un long article dans le mensuel Science et Avenir. C’est grâce à François de Closets, qui dirigeait alors ce magazine, qu’il a pu accéder ainsi aux pages de Science et Avenir. Et c’est la publication de cet article qui conduira au débat sur Actuel 2 en 1974, au moment où les ovnis redeviennent très populaires (une importante vague d’observations d’ovnis a débuté l’année précédente aux Etats-Unis). 1974 marque véritablement un tournant dans l’histoire du sujet. L’intérêt des médias pour le sujet va générer un très fort intérêt au sein de la population. De très nombreuses personnes vont rejoindre les groupes ufologiques existants ou créer des groupes. On assiste à une augmentation de l’intérêt pour le phénomène au sein de la population, qui va se prolonger jusqu’à la fin 1979.

Présenté par De Closets, le débat oppose Pierre Guérin à plusieurs journalistes:

– Michel Rouzé, un journaliste scientifique également militant rationaliste et fondateur de l’AFIS, Association française pour l’Information scientifique, dont le bulletin sera le lieu d’une polémique entre Rouzé et Guérin.

– Robert Clarke, longtemps journaliste scientifique à France Soir et qui créera plus tard l’émission “L’Avenir du futur” sur TF1.

– Gérard Bonnot de L’Express, autre journaliste très rationaliste.

– Et enfin Jean-Claude Bourret, journaliste à France Inter qui venait de consacrer une série d’émissions aux ovnis avec Claude Villers sur France Inter. Bourret était le seul journaliste favorable à l’existence des ovnis. Le contenu des émissions de France Inter sera publié quelques mois plus tard sous forme d’un livre, La Nouvelle vague des soucoupes volantes, chez France-Empire. On y trouve évidemment plusieurs interventions de Pierre Guérin.

Par la suite, Pierre Guérin continuera de s’intéresser aux ovnis. Il publiera notamment un autre texte très développé sur “le problème de la preuve en ufologie” dans le second livre publié en 1976 par Jean-Claude Bourret (Le Nouveau défi des OVNI).

En 2000, peu avant son décès, Pierre Guérin publie chez Albin Michel un livre intitulé Ovni: les mécanismes d’une désinformation.

Première partie:

L’émission débute par une courte introduction destinée à faire le point sur une observation qui venait de défrayer la chronique en France et dans le monde. Une photo d’un ovni prise par des astronomes à bord du supersonique Concorde avait été révélée par la presse. L’année précédente, Concorde avait survolé le désert du Tchad avec à son bord une équipe d’astronomes afin de leur permettre de suivre une éclipse de soleil (Concorde avait “poursuivi” l’éclipse en permettant aux astronomes de l’observer pendant un temps bien plus long que s’ils étaient restés au sol, leur permettant ainsi d’effectuer de nombreuses analyses). Au cours de cette mission, les chercheurs et notamment un astronome nommé Jean Begot, avaient réalisé un certain nombre de clichés. Sur l’un de ces clichés était apparue une sorte de petit nuage en forme de soucoupe. Ce cliché avait circulé et la rumeur avait enflé jusqu’à ce qu’il sorte dans les journaux et que l’histoire devienne incontrôlable.

Pierre Guérin débute donc l’émission en livrant, à l’invitation de François de Closets, l’explication de l’origine de cet ovni: il s’agissait d’un nuage formé dans la haute atmosphère par la rentrée de débris d’un essaim de particules lié à la comète d’Encke. (il faut savoir qu’il y a une histoire dans l’histoire autour de cette affaire. Il semble en effet que cette affaire avait été le lieu de règlements de comptes entre astronomes, semble-t-il dans le but de discréditer Guérin et son intérêt pour les soucoupes. D’après des informations qu’il communiqua à diverses personnes, la photo aurait volontairement été diffusée par un astronome qui avait pris Guérin en grippe dans le but de le conduire à se ridiculiser dans les médias en affirmant qu’il s’agissait d’une “authentique soucoupe”. Guérin ne tomba pas dans le piège et l’histoire, toujours selon ses dires, se retourna contre son auteur. Lorsque j’ai commencé mes études en 1983, j’ai eu l’occasion de réaliser une enquête auprès des astronomes de l’IAP, ce qui me conduisit à rencontrer Pierre Guérin ainsi que l’astronome qu’il accusait de lui avoir joué un mauvais tour. A cette époque, j’ignorais bien sûr tout de cette histoire au sujet de la photo de Concorde. Mais j’ai pu mesurer la piètre estime que cet astronome avait de Guérin, dont il se moqua en ma présence avec ses collègues.

Je me suis toujours demandé si François de Closets connaissait le détail de toute cette sombre querelle d’astronomes lorsqu’il invita Guérin à prendre la parole pour donner l’explication sur l’origine de la tache photographiée par Jean Begot. Car en agissant ainsi, c’est finalement Pierre Guérin qui a repris la main sur une histoire qui était destinée à le ridiculiser… (dans le 7e extrait ci-dessous, Guérin revient brièvement sur cette histoire de Concorde et évoque à demi mots le fait qu’elle aurait pu avoir pour but de ridiculiser l’ufologie)

A noter sur la table à la droite de Pierre Guérin, un épais volume rempli de signets. Il s’agit de l’édition de poche du fameux Rapport Condon, l’étude dirigée par le physicien américain Edward U. Condon qui avait accepté de diriger une étude sur le sujet pour le compte de l’US Air Force. Condon et son équipe publient un rapport de mille pages en 1969 qui conclue à l’absence d’intérêt scientifique des ovnis.

Sous les papiers qui se trouvent sur la table, on aperçoit un autre volume relié. Je crois qu’il s’agit d’un exemplaire de l’édition américaine du livre de l’astronome J. Allen Hynek, The UFO Experience: A Scientific Inquiry, publié en 1972 chez Regnery à Chicago.

Deuxième partie: Ce deuxième extrait a malheureusement été bloqué par Youtube à la demande de l’INA. Une attitude que je trouve problématique pour le moins. Rappelons que ces archives proviennent des chaînes télévisées publiques et donc payées par nos impôts. Il s’agit d’archives publiques au même titre que les archives de la BNF ou des Archives nationales ou départementales. Pourtant l’INA fait commerce de ces documents et ne permet pas au public, ni aux chercheurs d’ailleurs, de pouvoir y accéder, à moins d’être fortuné. Il y a là une exception qui semble pour le moins difficile à justifier. On peut en prime supposer que si les autres extraits n’ont pas été bloqués par l’INA, c’est simplement parce que l'”algorithme tueur” de Youtube ne les a pas repéré.

Cette second extrait est composé en grande partie d’un documentaire réalisé pour une autre émission de télévision d’Antenne 2, “Spécial Dimanche INF 2, diffusée en décembre 1973. Cette émission évoquait l’actualité des ovnis et notamment la vague d’observations de 1973 qui avait déferlé sur les Etats-Unis, vague qui avait culminé avec l’enlèvement de deux pêcheurs à Pascagoula dans le Mississippi.

Troisième partie:

Pierre Guérin commence par distinguer deux grandes catégories parmi les observations: les observations de phénomènes lointains et les observations de phénomènes proches du témoin, à basse altitude et parfois posé au sol ou stationnant près du sol (ce que les spécialistes appellent les rencontres rapprochées, close encounters). Guérin pense qu’il s’agit de deux catégories de phénomènes sans doute différents et s’il estime que ses compétences d’astronomes peuvent servir à étudier les cas de phénomènes lointains, il estime par contre que sa profession ne lui donne pas d’autorité particulière pour traiter les cas de phénomènes rapprochés. Il précise donc que s’il s’exprime ce n’est pas en tant qu’astronome mais juste en tant que scientifique qui a pris la peine d’étudier le problème.

François de Closets lui demande ensuite s’il peut résumer l’histoire des ovnis.

Guérin répond qu’on ne sait pas quand l’histoire des ovnis commence et il fait débuter l’histoire récente aux foo-fighters décrits par certains pilotes pendant la guerre. Il évoque ensuite les fusées fantômes observées au-dessus de la Scandinavie en 1946 puis le début “officiel” des soucoupes aux Etats-Unis à partir de 1947. Il mentionne ensuite les programmes militaires d’études du phénomène (Blue Book). C’est l’occasion de citer le conseiller scientifique de ces programmes officiels, l’astronome J. Allen Hynek et d’évoquer l’évolution de ses idées, du scepticisme le plus complet à une attitude ouverte. Mais ajoute Guérin, le public n’a rien su de l’évolution de Hynek car la communication était assurée par les militaires (il mentionne le major Quintanilla, le dernier patron du Project Blue Book en le qualifiant de “bonhomme de la CIA” ce qui ne correspond pas bien à la réalité historique). Il mentionne la vague de 1965-66 qui a conduit des scientifiques à protester contre le traitement réservé aux ovnis et le “Rapport Condon”, l’étude réalisée par une équipe de scientifique de l’université du Colorado à la fin des années 1960. Il mentionne le fait que les témoignages surviennent par vagues.

Le débat est lancé par Robert Clarke, journaliste à France-Soir. Il demande à Guérin de définir ce qu’il appelle ovni et il lui demande aussi s’il considère qu’il y avait des soucoupes dans le petit film diffusé au début de l’émission.

Quatrième partie:

Question de Robert Clarke: “Est-ce que ça ne vous gêne pas en tant que scientifique de baser une étude scientifique uniquement sur des témoignages sans vous poser la question de la réalité de ce phénomène?”

Pierre Guérin répond qu’évidemment il doute et que pour lui ce sujet est un objet de connaissance. Il précise qu’on peut étudier le phénomène même sans avoir de certitude sur son existence ou sa matérialité.

Gérard Bonnot suit en relançant sur la connaissance scientifique ce qui conduit Guérin à l’interrompre pour distinguer la “connaissance” et la “connaissance scientifique”. Il y a des faits historiques qui ne sont pas scientifiques.

Michel Rouzé interroge Guérin sur l’idée de demander aux psychologues d’étudier ces phénomènes. Guérin répond avec quelques véhémence à Rouzé (les deux hommes ont déjà eu l’occasion de s’opposer sur ce sujet). Guérin conteste ce qu’il interprète comme la volonté de Rouzé de réduire les ovnis à un phénomène psychologique et lui oppose le nombre croissant de scientifiques qui s’intéressent aux ovnis, dont des psychologues, comme l’Américain David Saunders de l’Université du Colorado, ancien membre de l’équipe de Condon, qui se refusent à réduire les ovnis à un phénomène psychologique.

Rouzé reprend la parole pour demander alors à Guérin s’il connaît une étude publiée par un psychologue, Joost Merloo, sur le “syndrome ovni” (publiée en français en 1967 et en résumé dans le JAMA en 1968). Guérin répond que bien entendu il connaît cette étude et il entreprend d’en donner un résumé. En fait, dans sa réponse, Pierre Guérin se trompe et résume une autre étude, publiée par le psychologue américain Donald I. Warren, sur le prétendu statut social incohérent des témoins d’ovnis (Status Inconsistency Theory and Flying Saucer Sightings) publiée en 1970. Mais Rouzé ne relève pas l’erreur.

Première page de l’article du psychologue Donald I. Warren.

Titre de la version anglaise de l’article de Joost Meerloo sur le “syndrome des soucoupes volantes”.

Cinquième partie:

Suite de l’échange à propos de la théorie de Donald I. Warren. Gérard Bonnot évoque le fait que beaucoup d’observations ont lieu à la campagne, dans des lieux peu habités et il doute qu’on y rencontre beaucoup d’universitaires. Guérin lui répond qu’on rencontre aussi des personnes diplômées.

Jean-Claude Bourret évoque le fait que lorsqu’il a débuté son enquête, on lui a conseillé d’interviewer des scientifiques “croyants” mais aussi des “sceptiques”. Il explique qu’il n’a pas réussi à trouver un seul scientifique sceptique qui ait étudié le sujet.

Début de polémique entre Michel Rouzé et Pierre Guérin à propos du nombre de cas étudiés par le rapport Condon. Guérin explique qu’aucun des membres de la commission Condon n’est allé sur le terrain (ce détail précis est erroné, on peut lire sur ce point le livre publié par l’un des enquêteurs de l’équipe, Roy Craig, UFOs: An Insider’s View of the Official Quest for Evidence, publié en 1995). Rouzé reprend Guérin en disant qu’il est question de plusieurs centaines de cas dans le rapport Condon et Guérin le contredit en répondant que l’équipe de Condon n’a étudié que 59 cas qu’il ne considère pas comme étant les plus probants (c’est Guérin qui a raison; le rapport Condon évoque des statistiques portant sur des centaines de cas, mais l’équipe n’a effectivement étudié directement que 59 observations. Ces cas occupent les pages 245 à 480 de l’édition de poche du rapport Condon).

Pierre Guérin profite de cette discussion sur le nombre de cas étudiés ou pas par l’équipe Condon pour évoquer l’affaire du Memorandum Low, ce document rédigé par le directeur adjoint de l’équipe Condon, Robert Low, un des membres de l’administration de l’Université du Colorado qui a provoqué un scandale dans la presse américaine lors de sa divulgation par le journaliste John G. Fuller dans le magazine Look. Le memo de Low montrait en effet que l’étude avait été entreprise avec un certain nombre d’a priori négatifs quand à l’existence des ovnis et quant au message que les scientifiques devaient diffuser dans le public sur ce sujet. Evidemment, un tel document est susceptible d’interprétations différentes (pour une interprétation mesurée, il faut consulter la thèse rédigée par Paul McCarthy, une des meilleures études sur les controverses entre scientifiques sur les ovnis qui décrit en détail la croisade entreprise par James McDonald, professeur de météorologie à l’Université d’Arizona, au milieu des années 1960 (l’histoire du memo Low est décrite pages 61-65. Le texte complet du memorandum Low est reproduit dans le livre de David R. Saunders et R. Roger Harkins, UFOs? Yes! Where the Condon Committee Went Wrong, The World Publishing Company, 1968, p. 242-244).

Détail du rabat de la jaquette du livre de David Saunders et Roger Harkins avec un extrait du Memorandum Low qui provoqua une crise au sein de la commission Condon.

Sixième partie:

François de Closets tente de relativiser l’importance du memo en évoquant le malaise des scientifiques face aux ovnis et surtout face à la mauvaise publicité que leur font certains ufologues.

Gérard Bonnot et Robert Clarke relancent la discussion sur les conclusions qu’un scientifique comme Guérin pourrait tirer des témoignages qu’il prend au sérieux. S’il y avait un “rapport Guérin” que concluerait-il?

Guérin évoque alors les différentes phases par lesquelles un scientifique ou un ufologue sérieux passe lorsqu’il étudie un sujet pareil: un première phase de conviction personnelle qui ne permet pas d’avancer dans la connaissance ou dans la capacité à faire partager par d’autres cette conviction; une seconde phase qui passe par des études notamment statistiques qui permettent d’établir des constantes (il cite Jacques Vallée, Claude Poher etc).

Bonnot objecte qu’on ne sort pas des témoignages humains. Guérin lui répond que la situation n’est guère différente dans le cas de l’observation de comètes. Robert Clarke demande à Guérin s’il peut citer un cas car il objecte que la différence entre les ovnis et les objets étudiés par les scientifiques (Guérin venait de citer Buffon et les débuts de la zoologie), c’est que les scientifiques font eux-mêmes les observations. Guérin a-t-il un cas à citer, un cas français. Jean-Claude Bourret intervient pour mentionner le cas de Valensole.

Septième partie:

La discussion s’oriente vers l’affaire de Valensole, un cas classique d’observation d’un ovni au sol et de deux humanoïdes réalisée le 1er juillet 1965. Guérin compare cette histoire avec celle de Socorro, un atterrissage qui s’est déroulé dans le Nouveau Mexique en 1964, et de Delphos, un autre cas avec trace au sol.

Michel Rouzé revient sur la notion d’ovni et le fait qu’il s’agirait d’objets. Puis la discussion passe sur l’absence de documents convaincants tels des photographies.

Huitième et dernière partie:

Rouzé propose de comparer les observations d’ovnis avec les témoignages à propos de sirènes recueillis au XIXe siècle. Guérin répond que les sirènes étaient tout à fait réelles puisque les témoignages étaient basés sur des observations de lamantins.

Robert Clarke reprend la discussion en demandant à nouveau à Guérin quelles sont ses conclusions. Pourquoi s’obstine-t-il à ne pas vouloir livrer ses conclusions. Guérin lui répond qu’il ne peut pas conclure en l’absence d’un travail conséquent qui permettrait de conclure. Il oppose à cette histoire de conviction le processus du travail scientifique. Et il évoque ensuite l’idée que ces ovnis puissent correspondre à des phénomènes qui dépassent le niveau de connaissance scientifique actuel. Il imagine le cas d’un physicien du XIXe siècle qui aurait observé une explosion nucléaire, un phénomène impossible à intégrer la physique de son époque.

Guérin conclue en livrant sa conviction qui est que les ovnis pourraient représenter un ordre de phénomène nouveau en science qui ne correspond pas à ce que les scientifiques ont pu étudier jusqu’ici et qu’ils pourraient nous mettre au contact d’une forme d’intelligence qui nous transcende.

François de Closets conclue en remarquant qu’arrivé à ce stade de la discussion, les arguments des uns et des autres se retournent aisément et qu’il est pour l’instant impossible de conclure, face à un phénomène qui semble se dérober à l’administration de la preuve.

Ce débat présente au moins un aspect très intéressant: il oppose en effet plusieurs journalistes, Rouzé, Clarke et Bonnot qui sont très sceptiques (quoi que j’ai trouvé que les questions de Clarke étaient mieux articulées et formulées de manière plus bienveillante que celles de ses deux collègues) et qui reviennent sans cesse sur la question des preuves, des faits, ou à défaut des convictions. Et face à eux, Guérin essaie de leur faire comprendre que la recherche scientifique, surtout dans un domaine aussi complexe qui oblige à passer par le témoignage humain, implique de “laisser du temps au temps” et de déployer un réseau de chercheurs alors que précisément la plupart des chercheurs rechignent à se pencher sur un tel sujet. On voit donc ici s’affronter deux conceptions de la science, la conception des journalistes qui, comme la police ou la cavalerie dans les films, arrivent toujours à la fin des controverses et prennent connaissance des questions scientifiques une fois qu’elles ne sont plus l’objet de débat mais qu’elles présentent des faits stabilisés; et la conception de Guérin qui, en tant que chercheur, sait parfaitement que la science nécessite du temps, des ressources, des alliées, et des concepts pour parvenir éventuellement à parvenir à des conclusions ou au moins à mettre en place les conditions d’un débat. D’un côté, la science faite des manuels, de l’autre la science en train de se faire des chercheurs.

Evidemment il y a peut-être une raison particulière qui permet de comprendre pourquoi la recherche ne progresse pas rapidement sur ce sujet,le fait que ce phénomène pourrait ne pas renvoyer à un phénomène naturel mais à un phénomène doté d’intention, ce qui le rendrait impossible en grande partie impossible à appréhender par les scientifiques. On peut remarquer que, sans même aller chercher un tel phénomène doté d’intention, l’histoire des sciences présente de nombreux cas de phénomènes a priori naturels qui sont toujours très difficiles à étudier et à “discipliner”. L’histoire des météores témoigne de cet ordre de phénomènes capricieux que les scientifiques ont eu, et ont encore du mal, à étudier.

On peut enfin regretter que lors de ce débat, les études sur l’intelligence animale étaient encore trop peu connues car elles auraient pu permettre d’intéressantes comparaisons.

A noter que François de Closets continuera de témoigner un certain intérêt aux ovnis, mais sans s’investir particulièrement dans son étude. Il les évoquera dans son livre La France et ses mensonges en 1977 en s’étonnant du tabou qui règne autour de ce sujet ou de la parapsychologie qui est alors aussi l’objet de nombreux débats (les années 1970 sont la période pendant laquelle des personnages comme Uri Geller vont devenir très populaires et où la parapsychologie va conduire à la publication d’articles jusque dans une revue aussi prestigieuse que Nature).

Note: j’ai rédigé un article sur Pierre Guérin au moment de sa disparition en 2000, article publié dans la revue Science-Frontières.

Le lecteur intéressé pour trouver sur cette autre page de Pulp Sciences une bibliographie des travaux de Pierre Guérin.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.