Les Dossiers de l’écran du 10 décembre 1969 consacrés aux soucoupes volantes

Le 10 décembre 1969, l’émission « Les Dossiers de l’écran » (diffusée sur la deuxième chaîne) (1) est consacrée aux soucoupes volantes, et plus exactement à la question suivante, posée par Joseph Pasteur, l’animateur, en début d’émission: « les soucoupes volantes existent-elles ou pas? » (02:37)

Dans le texte qui suit, je propose d’analyser le contenu de cette émission, de la replacer dans son contexte, et de présenter certains documents pour permettre de mieux comprendre les divers sujets évoqués par les participants.

Six invités se retrouvent sur le plateau des Dossiers de l’écran: François le Lionnais, de l’Association des écrivains scientifiques de France, Paul Muller, astronome à Meudon, Guy Tarade, écrivain qui vient alors de publier Soucoupes volantes et civilisations d’outre espace (J’ai lu), René Held, psychiatre, Jean Leclant, égyptologue, et Edmond Campagnac, polytechnicien, ancien pilote et président du Groupe d’Etude des Phénomènes aériens (GEPA), un groupe privé d’enquêteurs qui s’intéressent aux soucoupes volantes.

Le débat est précédé par la projection du film La Guerre des mondes (The War of the Worlds), de Byron Haskins (1953), adaptation du célèbre roman de l’écrivain anglais H.G. Wells paru en 1898.

Voici un extrait de l’émission disponible en accès libre sur le site de l’INA. L’émission entière est accessible en s’abonnant.

Voici comment l’émission avait été annoncé dans les magazines de programmes télévisés.

Dans Télé 7 Jours.

Annonce des Dossiers de l’écran du 10 décembre 1969 dans Télé 7 Jours.

Dans Télé Poche.

Annonce des Dossiers de l’écran du 10 décembre 1960 dans l’hebdomadaire Télé Poche.

On remarquera que dans les deux programmes la liste des invités n’est visiblement pas définitive. François Le Lionnais n’est pas mentionné. Par contre on trouve le nom de René Fouéré (mal orthographié dans Télé Poche et mal accentué dans Télé 7 Jours), le secrétaire général du GEPA, le Groupe d’étude des phénomènes aériens. Le GEPA est alors un des trois principaux groupes d’études des ovnis existants (à côté de la Commission Ouranos, dont le bulletin Ouranos a été créé en 1951, alors peu active en raison des problèmes de santé de son fondateur, Marc Thirouin, et de la revue Lumières dans la Nuit fondée en 1958). René Fouéré apprendra la veille de l’émission qu’il ne fait plus partie des invités. A sa place, c’est François Le Lionnais qui est invité. Il est probable que d’âpres discussions ont eu lieu au sein de l’équipe de production de l’émission pour déterminer qui devait être invité pour aborder un tel sujet.

« Et plus communément on dit: les soucoupes volantes. »

L’émission est intéressante pour plusieurs raisons.

Elle illustre les idées qui pouvaient alors circuler sur le sujet, au sein des milieux scientifiques proches du rationalisme. Mais elle permet aussi d’avoir un aperçu de ce que certains amateurs de soucoupes volantes, ici représentés par Edmond Campagnac et par Guy Tarade, peuvent présenter pour défendre l’intérêt du dossier. Il est important d’insister sur le fait que même s’ils s’intéressent tous deux aux ovnis, Campagnac et Tarade représentent deux courants assez différents. Le GEPA, que Campagnac préside, a été fondé en 1962 par un groupe composé en partie d’ingénieurs (comme René Hardy, l’un des concepteurs des missiles à tête chercheuses français), de militaires (comme le général Lionel-Max Chassin qui dirigeait l’OTAN-Europe), de scientifiques (comme l’astronome Pierre Guérin, chargé de recherche à l’Institut d’Astrophysique, CNRS, dont l’intérêt pour les ovnis était connu d’un tout petit cercle). Le but du GEPA était l’étude scientifique au sens dur du terme (mécanismes de propulsion, compréhension des effets secondaires produits par les ovnis, analyse des traces, des échos radar, réflexions sur la pluralité des mondes habités, etc). De l’autre côté, Guy Tarade, qui est un esprit curieux sans formation scientifique particulière, s’intéresse plus aux liens entre les ovnis et les légendes religieuses et vestiges archéologiques avec l’idée que les extraterrestres nous ont peut-être rendu visite depuis l’aube de notre histoire et qu’ils auraient pu jouer un rôle dans l’émergence de l’homme et de nos civilisations. Dans un numéro de Phénomènes spatiaux, la revue du GEPA, René Fouéré aura l’occasion quelques années plus tard de prendre position contre ce qu’il appelle le « raz de marée de l’archéologie-fiction ». Autant le GEPA admet que des observations d’ovnis on pu précédé notre époque et notamment l’année 1947 qui a vu l’émergence des « flying saucers » suite à l’observation de l’Américain Kenneth Arnold (qui est rapidement mentionné: ), autant il est très sceptique face à la volonté d’interpréter les vestiges archéologiques et notamment les monuments mégalithiques par l’intervention de civilisateurs venus du ciel. Il s’en prendra notamment à Erich von Däniken, l’écrivain suisse allemand qui devient mondialement célèbre avec la traduction d’un de ses livres, titré Chariots of the Gods en anglais, et aux théories duquel un autre Dossiers de l’écran sera consacré le mercredi 27 septembre 1972.

Annonce dans Télé 7 Jours des Dossiers de l’écran du 23 septembre 1972 consacrés à la théorie des visites d’extraterrestres civilisateurs dans le passé.

L’émission de décembre 1969 qui nous intéresse ici témoigne aussi du passage progressif de l’expression soucoupe volante à l’expression ovni. Il est intéressant de noter que, dès le début de l’émission, Jérome Pasteur introduit le mot O.V.N.I. (qu’on écrivait alors en capitales avec un point après chaque lettre), en détachant précisément chaque lettre, comme s’il s’agissait de syllabes, ce qui donne un son curieux, presque extraterrestre: « o-vé-ène-i ».

Le débat aborde une série de points liés au dossier des ovnis.

« Nous allons un peu bouleverser le protocole habituel des Dossiers de l’écran »

Jérome Pasteur commence par inviter les téléspectateurs à appeler le standard (le fameux SVP 11 11) pour faire part de leurs observations d’ovnis (avant de se reprendre un petit peu plus tard, à la suite d’un coup de film du producteur, Armand Jamot, qui lui précise que les gens ne doivent pas commencer à appeler tout de suite car le standard téléphonique n’est pas encore en place. On peut supposer que le standard avait commencé à recevoir beaucoup d’appels).

Ensuite, Jérome Pasteur présente les invités et à chacun d’entre eux il pose la même question « Croyez-vous aux soucoupes volantes? » en leur demandant de répondre par oui ou par non.

Il commence par François le Lionnais, « conseiller scientifique et président de l’Association des écrivains scientifiques » (— de France, complète Le Lionnais. — de France évidemment, acquiesce Jérome Pasteur). A la question posée, Le Lionnais ne répond évidemment ni oui ni non, mais « je ne crois pas impossible qu’il y en ait, je crois qu’il n’a jamais été établi qu’il y en ait. »

A la droite de Jérome Pasteur, François Le Lionnais, président de l’Association des Ecrivains scientifiques de France.

Précisons que François Le Lionnais était surtout mathématicien de formation et qu’il avait appartenu à l’Oulipo, le fameux Ouvroir de littératures potentielles).

Jérome Pasteur présente ensuite Paul Muller, « astronome titulaire, chef du réseau français de poursuite des satellites. » Paul Muller répond: « Je suis désolé, je ne dirai ni oui ni non également. Comme Le Lionnais je dirai pas encore, j’attends qu’on me le prouve. »

Jérome Pasteur avec, à sa gauche, l’astronome Paul Muller.

René Held, psychiatre, est le premier à répondre catégoriquement « non! je ne crois pas à l’existence des soucoupes volantes et j’espère fournir un peu plus tard une argumentation qui sera convaincante pour quelques uns des téléspectateurs. »

René Held en train d’expliquer qu’il ne croit pas aux soucoupes volantes.

Jean Leclant, « professeur à la Sorbonne, titulaire de la chaire d’égyptologie », répond quand à lui: « Je n’y crois pas en tant qu’égyptologue mais ce soir j’ai sans doute beaucoup de choses à apprendre dans d’autres domaines. »

Le professeur Jean Leclant, égyptologue, invité pour évoquer la question des éventuelles traces du passage d’extraterrestres dans le passé.

Edmond Campagnac, « ancien polytechnicien, spécialiste de l’informatique », répond « Eh bien, je n’y crois pas mais j’ai eu l’occasion de voir un phénomène dont je vous parlerai et… [sourit] »

Edmond Campagnac, polytechnicien et président du GEPA (Groupe d’Etude des Phénomènes aériens).

Précision: Edmond Campagnac était également ancien pilote et il présidait alors le Groupe d’Etude des Phénomènes aériens (GEPA). Un peu plus tard dans l’émission (01:02:13), il évoque les travaux de James McDonald, de l’université d’Arizona, qui conteste les conclusion du rapport Condon (évoqué à partir de 45:22) et il prend en mains, sans oser la montrer clairement, une brochure qui est le numéro spécial publié par le GEPA de sa revue Phénomènes spatiaux consacré à la publication d’une série de textes de James McDonald.

Carton du GEPA annonçant la publication d’un numéro hors série de la revue Phénomènes Spatiaux réunissant des textes de James McDonald, de l’université d’Arizona.

Jérome Pasteur présente ensuite Guy Tarade, comme l' »auteur d’un livre intitulé les Soucoupes volantes ». A la fameuse question, Guy Tarade fait cette réponse magnifique: « — Est-ce que vous demanderiez au pape s’il croit en Dieu. — Ah Monsieur, l’interrompt Jérome Pasteur visiblement surpris, ça n’est pas tout à fait la réponse que je souhaitais, mais… — J’y crois, rassure alors Guy Tarade. — Vous y croyez. Parfait! »

Guy Tarade, auteur de « Soucoupes volantes et civilisations d’outre-espace » (J’ai Lu, 1969)

Quelques précisions: le titre du livre écrit par Guy Tarade n’est pas exactement Les soucoupes volantes, mais plutôt Soucoupes volantes et civilisations d’outre espace et il venait de paraître chez J’ai lu dans la nouvelle collection « L’Aventure mystérieuse » dirigée par Jacques Sadoul.

Les deux présentations de l’ouvrage de Guy Tarade dans la collection « L’Aventure mystérieuse » chez J’ai Lu. A droite la première édition de 1969; à gauche la réimpression de 1973.

Par ailleurs Guy Tarade avait fondé un groupe d’amateurs d’archéologie intitulé Cercle d’Etude et de Recherche d’Eléments inconnus de Civilisations, le CEREIC, qui publiait un bulletin intitulé Vimana. Le nom vimana venait du Mahabharata, épopée de la mythologie hindoue dans laquelle sont décrits des objets volants, ces fameux vimanas, que les amateurs d’archéologie fantastique ont interprété comme des vaisseaux spatiaux. Au bas de la couverture du bulletin, au dessus du sigle CEREIC, on peut voir un curieux symbole, comme une sorte de trident renversé dans un « cartouche ». Il s’agit en fait du symbole que le policier Lonnie Zamora de Socorro, Nouveau Mexique, avait vu inscrit sur l’ovni qu’il observa au sol en 1964 et qui suscita une enquête du Project Blue Book,le programme officiel d’étude des ovnis de l’US Air Force.

Couverture d’un numéro de Vimana, le bulletin du CEREIC (Cercle d’étude et de recherche d’éléments inconnus de civilisation), fondé par Guy Tarade.

Les détails qui auront échappé aux téléspectateurs

Evidemment pour comprendre le propos d’une telle émission, il faut pouvoir comprendre un certain nombre de sujets évoqués souvent très rapidement par les intervenants.

L’astronaute de Palenque

Ainsi, Guy Tarade évoque (40:51) la dalle découverte dans la crypte souterraine du Temple des inscriptions de Palenque dans le Chipas mexicain en 1952 par l’archéologue Alberto Ruz Lhuillier. Dalle sur laquelle Guy Tarade voit la représentation d’un astronaute dans un vaisseau spatial. A l’écran, les spectateurs peuvent alors voir une image, floue dans un premier temps puis plus nette du dessin de la dalle sculptée.

Image de l’astronaute de Palenque montrée lors des Dossiers de l’écran du 10 décembre 1969.

Voici une reproduction de meilleure qualité de ce bas-relief extraite d’un ouvrage, La Civilisation des anciens Mayas, écrit par Alberto Ruz Lhuillier en 1964 (l’ouvrage existe en espagnol mais aussi dans une version française).

Illustration du bas-relief de la dalle de Palenque, extraite du livre d’Alberto Ruz Lhuillier, La civilisation des anciens Mayas (Mexico, 1964).

(Il faut préciser que les archéologues regardent normalement ce document en le plaçant verticalement et non horizontalement comme c’est ici le cas.)

Guy Tarade évoque le fait que « je sais ce document est analysé actuellement par les Soviétiques à l’heure actuelle, c’est un journalistes australien qui me l’a affirmé. »

Ce que les spectateurs et probablement les autres invités sur le plateau ignorent, c’est qu’en fait c’est Guy Tarade qui est à l’origine de l’interprétation de ce bas-relief en tant que possible astronaute. En compagnie d’un ami, André Millou, co-fondateur avec lui du CEREIC, il avait remarqué cette dalle qui avait fait l’objet d’une large publicité après sa découverte par Alberto Ruz Lhuillier en 1952 et qui avait été reproduite dans de nombreux articles et livres.

Un article de Noir et Blanc de 1966 ne laisse aucun doute sur le rôle joué par Tarade et Millou dans cette association entre la dalle de Palenque et les thèses de l’archéologie fantastique.

Article de Hervé Marec dans l’hebdomadaire Noir et Blanc de 1966 sur l’astronaute de Palenque découvert par André Millou et Guy Tarade.

Mais Guy Tarade évoque ensuite la reconstitution qui a été faite de cet « astronaute » et de son vaisseau par un journal italien: « je voudrai que nous voyons une diapositive qui a été montée par les Italiens, nos amis italiens qui sont plein d’imagination, en partant du document de Palenque, ont trouvé quelque chose de tout à fait ressemblant à nos sujets actuels […] C’est un document troublant ». Il fait référence à un article paru dans le Domenica del Corriere dont l’illustrateur s’est amusé à reconstituer le « vaisseau » supposé.

L’astronaute de Palenque et son « vaisseau » reconstitué par un illustrateur du journal italien Domenica del Corriere en 1968.

Mais l’image n’est pas alors montrée à l’écran et Jérome Pasteur (« je ne sais pas si nous allons voir ce document mais en tout cas, disons qu’il rejoint un peu les textes bibliques qui font état de roues de feu se déplaçant dans le ciel »), visiblement soucieux que le débat avance, passe la parole à Paul Muller.

Les soucoupes et les prodiges célestes de la Renaissance

Paul Muller évoque les formes « fantaisistes » données aux comètes par les illustrateurs de littératures sur les prodiges de la Renaissance, et relance la discussion sur les photos de soucoupes prises de nos jours (« je voudrai que nous regardions maintenant les documents photographiques que vous avez amenés avec vous en commençant par le premier qui d’après ce que vous nous avez dit doit être la photo d’une soucoupe ».

Photos de soucoupes volantes… à l’envers!

Diverses photos sont alors montrées qui ont visiblement été apportées par Guy Tarade: un cliché présenté comme ayant été pris en Espagne (42:51) mais qui est généralement créditée avoir été pris aux Etats-Unis (dont l’original est en couleur); une photo des traces laissées par l’ovni qui s’est posé à Valensole le 1er juillet 1965 (43:26). La dernière photo (44:18) montrée (à l’envers) est présenté par Guy Tarade comme ayant été prise au-dessus de Rouen mais il s’agit d’une confusion liée sans doute au fait que depuis la pièce où les invités se trouvaient, le retour sur écran n’était peut-être pas très performant. Cette photo est en fait un des clichés pris à Rio de Janeiro en 1952 par un photographe professionnel et qui fut publié par le magazine O’Cruzeiro (une sorte de Paris-Match brésilien)

Photo (à l’envers !) d’une soucoupe prise au-dessus de Rio de Janeiro en 1952 par deux journalistes du magazine O’Cruzeiro.

Voici pour mémoire la photo de soucoupe dite « de Rouen » (dont on ne connait pas vraiment l’origine semble-t-il). [document trouvé sur internet]

Photo de soucoupe volante qui aurait été pris à Rouen au début des années 1950 (source: internet).

Guy Tarade en profite pour mentionner un autre cliché (qui ne sera pas montré à l’écran) qui figure, dit-il, en couverture d’un livre de Jacques Vallée (44:26). Guy Tarade veut certainement parler des photos prises à Namur et reproduites en couverture de l’édition française de Challenge to Science de Jacques et Janine Vallée, publié en français sous le titre Les Phénomènes insolites de l’espace (La Table Ronde, 1967).

Ces photos sont présentées par Aimé Michel dans le cadre du documentaire du Service de la Recherche de l’ORTF intitulé Le Mythe de la soucoupe diffusé en 1965 (34:30).

[RAJOUTER ICI COUV DU LIVRE DE VALLÉE AVEC PHOTO DE NAMUR]

En évoquant Jacques Vallée, qui est astronome de formation et qui a alors émigré aux Etats-Unis pour réaliser notamment une thèse en informatique à l’université de Northwestern à Chicago, Guy Tarade entend montrer aux rationalistes réunis sur le plateau que les amateurs d’ovnis peuvent aussi mobiliser des scientifiques pour défendre leurs thèses. Mais il n’est pas sûr que les téléspectateurs aient tous saisi de qui il s’agissait (Vallée est depuis devenu très connu). Paul Muller intervient d’ailleurs (44:42) pour récupérer Vallée du côté sceptique en précisant qu’il a travaillé sous sa direction dans le service de suivi des satellites de Meudon en 1961, qu’il « le tient pour un garçon très sérieux », et qu’il a d’ailleurs « totalement réfuté les théories d’Aimé Michel ». Là aussi, il n’est pas sûr que les téléspectateurs aient pu suivre cet aspect de la discussion. D’ailleurs comme Guy Tarade entreprend de répondre à Muller sur le sujet de l’orthoténie (la théorie d’Aimé Michel), Jérome Pasteur les interrompt en leur demandant de ne pas partir dans une discussion de spécialistes (45:01).

Couverture du livre d’Aimé Michel, Mystérieux objets célestes (1958) présentant la théorie de l’orthoténie, ainsi que l’un des rabats de la couverture résumant la thèse du livre.

Le Rapport Condon: bataille d’inscriptions scientifiques

La suite de l’échange sur l’authenticité des photos porte alors sur les analyses du Rapport Condon, une étude réalisée par une équipe de l’université du Colorado dirigée par le physicien Edward U. Condon, sous contrat avec l’US Air Force et qui marque le désengagement de l’Air Force et la fin du Project Blue Book.

Couverture de l’édition reliée du Rapport Condon.

Paul Muller tire alors de sa serviette un exemplaire de l’édition de poche du Rapport Condon. On assiste alors à une intéressante bataille d’inscriptions. Après les photos apportées par Guy Tarade, Paul Muller pointe dans le Rapport Condon, un cliché de nuages lenticulaires que Jérome Pasteur montre à l’écran en avouant sa perplexité: « Evidemment, ça ressemble à des soucoupes. Alors là nous sommes perplexes. »

Le contexte de l’émission

Il faut pouvoir aussi remettre l’émission dans son contexte, que peu de gens connaissent aujourd’hui.

Tout d’abord d’où viennent les invités de l’émission? Qu’est-ce qui les relie? Qu’est-ce qui les sépare? A l’exception de Guy Tarade et de Edmond Campagnac, les invités de l’émission sont tous de prêt ou de loin associés non seulement aux milieux scientifiques mais aussi à l’Union rationaliste, alors très active, notamment lorsqu’un sujet comme les soucoupes volantes venait sur le tapis. Ces hommes se connaissent assez bien, ils font partie de ce petit milieu parisien qui a déjà été en contact pour s’opposer aux « sciences occultes » dans lesquelles ils rangent les soucoupes.

Le Rapport Condon et la fin du Project Blue Book

Comme on l’a vu plus haut, 1969 est une année importante sur ce sujet. L’équipe de l’université du Colorado chargée par l’armée de l’air d’étudier les ovnis a rendu ses conclusions au début de l’année. Elles sont négatives, entendons que pour Condon et son équipe, les ovnis ne constituent pas un sujet intéressant sur le plan scientifique. Ces conclusions comme on le voit au cours de l’émission ont été accueillies comme le mot final du dossier par beaucoup de scientifiques. Le fait que Paul Muller ait un exemplaire du Rapport Condon illustre le fait que pour beaucoup de scientifiques comme lui, cette étude est censée mettre un terme à la crédulité populaire entretenue autour de ce phénomène.

D’autres scientifiques sont d’un avis différent. Ils ont donné de la voix au milieu des années 1960, vers 1966-67, un peu avant que l’étude dirigée par Condon ne démarre. Mais les conclusions de Condon vont néanmoins, en raison de l’autorité de Condon, contribuer à faire disparaître le problème pendant plusieurs années (il faut attendre 1973 pour que les ovnis fassent un retour en fanfare dans le ciel des Etats-Unis).

Le Rapport Condon remplit son rôle en permettant à l’Air Force de se retirer de l’étude des ovnis. Quelques jours après l’émission, un communiqué du Pentagone annonce la cloture du Project Blue Book.

Dépêche AFP du 17 décembre 1969 annonçant la fermeture du Project Blue Book.

Les rationalistes français et le Matin des magciens

Outre les ovnis, les rationalistes français comme François Le Lionnais sont préoccupés par d’autres sujets qui leur semblent témoigner d’une montée des croyances irrationnelles dans la population, notamment depuis la formidable polémique publique suscitée par la parution du Matin des magiciens en 1960 chez Gallimard, le livre de Louis Pauwels et Jacques Bergier qui a soulevé une véritable tempête en remettant en question la manière rationaliste de parler des sciences dans les médias.

Le Matin des magiciens n’évoquait pas les ovnis auxquels Bergier le croyait pas, mais il traitait par contre l’hypothèse de la visite d’ET sur terre dans le passé reculé, une idée qui avait notamment été explorée par un certain nombre d’auteurs soviétiques, ce qui lui avait donné une aura de respectabilité, les soviétique n’étant pas supposés plaisanter avec des idées farfelues.

La revue Planète qui sera fondée par Pauwels et Bergier à la suite du succès de leur livre, reprendra ces idées en publiant notamment plusieurs articles d’auteurs soviétiques sur ce thème.

Elle accordera aussi un large écho aux recherches réalisées en URSS sur le thème des civilisations extraterrestres, notamment au moment de la détection de prétendue signaux radio envoyées par de telles civilisations galactiques qui se révèleront par la suite être liés à des émissions radio de quasars (ce sont ces quasars auxquels René Held fait allusion dans une de ses interventions).

La revue Planète annonce la détection de radio-sources extraterrestres par les Soviétiques en 1965.

Dans son livre Guy Tarade avait repris le thème des « paléovisites » évoqué notamment par des auteurs soviétiques et l’avait rapproché de celui des soucoupes.

François Le Lionnais dirigeait l’Association des Ecrivains scientifique de France, très puissante, dont Jacques Bergier avait fait partie mais dont il avait été exclu, semble-t-il à la demande de Le Lionnais, quelques années auparavant, malgré leur ancienne amitié.

Paul Muller dirigeait le service de suivi des satellites un service qui avait été mis en place un peu plus de dix ans auparavant poussé par le lancement de Spoutnik par les Soviétiques. En 1961 il avait eu dans son équipe (comme il a l’occasion de l’expliquer en cours d’émission), un jeune astronome du nom de Jacques Vallée qui rapportera plus tard dans plusieurs de ses ouvrages avoir assisté à la destruction de données concernant des satellites étranges et non répertoriés. Cette attitude choquera Vallée et le convaincra de l’intérêt des ovnis et l’importance émotionelle qu’ils représentent non seulement pour les témoins et les « croyants » mais aussi pour les sceptiques visiblement mal à l’aise à l’idée de devoir prendre en compte un phénomène qu’ils ont du mal à comprendre. Dommage que René Held n’ait pas mis un peu de son extraordinaire talent oratoire à rendre compte de manière symétrique de l’inquiétude ressentie par certains de ces rationalistes face à l’idée d’ovni.

Un article de Télé 7 Jours sur Guy Tarade

Parmi les conséquences de cette émission, le magazine Télé 7 Jours consacrera la semaine suivante un article de deux pages à Guy Tarade. Etant donné les délais d’impression du magazine, on peut supposer que les journalistes de Télé 7 Jours avaient réalisé l’entretien avant la diffusion de l’émission.

L’article consacré à Guy Tarade la semaine qui suit les Dossiers de l’écran sur les soucoupes volantes (Télé 7 Jours, 13 décembre 1969).

Notes:

1 – L’émission « Les Dossiers de l’Ecran » a été créée par Armand Jammot. Elle fut diffusée entre 1967 et 1991. Voir l’entrée Wikipédia qui lui est consacrée et qui donne la liste des thèmes abordés dans les différentes émissions.

Crédit iconographique: à l’exception des photographies extraites des Dossiers de l’écran et qui sont des captures d’écran de la vidéo disponible sur le site de l’INA et de la photo de la soucoupe de Rouen trouvée sur internet, les autres images qui illustrent cet article sont issus de ma collection personnelle.

Remerciements: Merci à Jean-Claude Leroy (projet ICARE) et à Thierry Rocher.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.