Les travaux à lire pour aborder la sociologie des « parasciences »: 2) études sur les parasciences

Après avoir évoqué dans la première partie de cette bibliographie les travaux consacrés à la pensée magique et à la croyance, penchons-nous sur les travaux plus précisément consacrés aux « parasciences ».

Travaux d’histoire des sciences

Commençons par les travaux d’historiens. Il est bien entendu difficile d’établir le moment historique où le partage entre science et parascience tel qu’on le conçoit de nos jours a commencé à exister. Mais il est intéressant de constater que les bibliographies annuelles proposées par la grande revue d’histoire des sciences Isis comprennent, pour chaque période historique, une section intitulée « pseudosciences ». Ce terme est évidemment anachronique car la notion de pseudoscience est très récente et ne permet pas de décrire les pratiques des siècles passés, qu’il s’agisse d’astrologie, d’alchimie ou d’autres disciplines que nous considérons, aujourd’hui, comme des pseudosciences. Au XVIe siècle, l’astrologie n’est pas une pseudoscience, pas plus que l’alchimie. De nombreux travaux, principalement en langue anglaise, ont été consacrés à ces discplines que nous rangerions aujourd’hui parmi les fausses sciences et qui faisaient partie de la philosophie naturelle au cours des siècles passés.

Après l’impressionnante collection d’ouvrages publiés par Lynn Thorndike entre le début des années 1920 et les années 1950, History of Magic and Experimental Science, c’est surtout à partir de la publication des travaux de l’historienne anglaise Frances Yates au début des années 1960 que l’idée du rôle de l’occulte dans l’émergence des sciences au XVIIe siècle a commencé à être discutée. Son livre sur Giordano Bruno and the Hermetic Tradition (1964) constitue un tournant de ce point de vue.

Mais c’est avec la publication en 1975 du livre de Betty Jo Teeter Dobbs, The Foundation of Newton’s Alchemy chez Cambridge University Press que l’histoire des sciences atteint véritablement un point de non retour. Newton, considéré chez nous comme le héros du rationalisme, était en fait un alchimiste. Loin de signifier qu’il faudrait avancer dans le temps le moment de l’avènement du rationalisme, le travail de Dobbs invite surtout à éviter tout regard sur les faits historiques à partir de notre conception actuelle (la fameuse doctrine des choses actuelle de Bergson) et à comprendre la façon dont les acteurs à chaque époque ont construit leurs propres définition de la philosophie, de la nature, etc.

Daston, Lorraine, « Preternatural Philosophy », in Lorraine Daston (ed.), Biographies of Scientific Objects, Chicago, The University of Chicago Press,

Wright, Peter, « Astrology and Science in Seventeenth-Century England », Social Studies of Science, Vol. vol. 5, n° 1975, p. 399-422.

Après avoir surtout étudié la répartition des savoirs à la Renaissance et au XVIIe siècle, les historiens ont commencé à se pencher sur des périodes plus récentes, notamment les XVIIIe et XIXe siècles.

Wright, Peter W. G., « A Study in the legitimation of Knowledtge: The « Success » of Medecine and the « Failure » of Astrology », in Roy Wallis (ed.), On the Margins of Science: The Social Construction of Rejected Knowledge, Keele, University of Keele, 1979.

Wynne, Brian, « Physics and Psychics: Science, Symbolic Action, and Social Control in Late Victorian England » in Barry Barnes & Steven Shapin (ed) Natural Order: Historical Studie’s of Scientific Culture, Beverly Hills/Londres, Sage, 1979, p. 167-186.

Diffusion en français des travaux des historiens de langue anglaise

En français, l’historien des sciences Pierre Thuillier est l’un des seuls chercheurs à avoir lu et fait connaître les travaux des historiens de langue anglaise. Pendant de longues années, il a fait paraître des nombreux articles dans le mensuel La Recherche à propos des découvertes réalisées sur le rôle de l’alchimie dans le développement des idées de Newton, sur la place de l’astrologie dans la révolution astronomique du XVIe siècle, etc. Une partie de ses articles ont été réunis dans plusieurs ouvrages:

Thuillier, Pierre, Jeux et enjeux de la science. Essais d’épistémologie critique, Paris, Robert Laffont, 1972.

Cette première collection d’articles parus dans la revue Atomes devenue par la suite La Recherche évoque notamment Kepler, Newton, etc.

Thuillier, Pierre, Le Petit savant illustré, Paris, Le Seuil, 1980.

Cette seconde collection d’articles consiste à une réimpression en fac-similé d’articles parus dans La Recherche dans la rubrique « Le petit savant illustré », suivie d’un essai consacré au scientisme.

Thuillier, Pierre, Les Savoirs ventriloques ou comment la culture parle à travers la science, Paris, Le Seuil, 1983.

Cette troisième série d’articles reprend notamment un article consacré aux premiers travaux qui, après le célèbre article de l’économiste John Maynard Keynes sur Newton « magicien » ont commencé à faire connaître cet aspect refoulé du héros du rationalisme moderne (travaux de Richard Westfall, de P.M. Rattansi notamment).

Thuillier, Pierre, D’Archimède à Einstein.Les faces cachées de l’invention scientifique, Paris, Fayard, 1988.

Thuillier, Pierre, Les Passions du savoir. Essai sur les dimensions culturelles de la science, Paris, Fayard, 1988.

C’est surtout le premier ouvrage qui est important pour notre propos. Il contient un article rédigé par Thuillier pour la revue L’Histoire à propos des raisons du succès de l’astrologie qui montre que la pratique astrologique n’avait rien à voir avec une fausse science et qu’elle a même contribué à favoriser la révolution astronomique (cet article avait été écrit dans le contexte d’une polémique soulevée par l’astronome Jean-Claude Pecker en 1983 à propos des travaux du psychologue français Michel Gauquelin qui défendait l’idée d’un effet du ciel de naissance sur l’émergence de certaines catégories de personnes, comme les sportifs par exemple). Cet ouvrage reprend également un article sur le spiritisme au XIXe siècle et l’émergence de l’étude de l’inconscient.

Thuillier, Pierre, La Revanche des sorcières. L’irrationnel et la pensée scientifique, Paris, Belin, 1997.

Dernière collection d’articles parus dans La Recherche au cours des années 1980, on y trouve une série d’articles intéressants pour notre propos. Notamment un nouvel article sur Newton alchimiste inspiré par les travaux l’historienne américaine Betty Jo Teeter Dobbs, ou un article sur Giordano Bruno inspiré par les travaux de Frances Yates.

Après Pierre Thuillier, il faut attendre la publication des anthologies dirigées par Bruno Latour et Michel Callon, La Science telle qu’elle se fait et Les Scientifiques et leurs alliés dans le cadre de l’association Pandore en 1982 et 1985 pour que l’on trouve côte à côte des travaux consacrés à l’histoire des sciences « normales » et des travaux consacrés à la construction des sciences « extraordinaires » comme la phrénologie ou la parapsychologie. Une anthologie reprenant une partie des articles parus dans ces deux volumes sera rééditée en 1993 par les éditions La Découverte sous le titre La Science telle qu’elle se fait précédée d’une longue, et importante, introduction rédigée par Michel Callon et Bruno Latour. Elle permet de situer les travaux de ces historiens de langue anglaise par rapport aux traditions de l’histoire des sciences de langue française soucieuse de démarquer science et poésie ou science et idéologie, inspirée par Bachelard et Canguilhem.

Callon Michel et Bruno Latour, (éds.), La Science telle qu’elle se fait, Paris, La Découverte, 1993.

Travaux de sociologie des sciences

La mention de ces ouvrages publiés par Callon et Latour nous permet de faire la transition entre les travaux en histoire des sciences et les études de plus en plus nombreuses consacrées à partir de la fin des années 1970 à l’étude de la pratique scientifique et, dans la foulée, de pratiques qui ont fait l’objet de débats au cours desquels ont été mobilisées des catégories comme celles de parascience ou de pseudoscience.

Deux des chapitres repris dans l’anthologie Pandore étaient parus auparavant dans un ouvrage collectif dirigé par Roy Wallis, une anthologie incontournable sur le sujet, qui fait le lien entre les études historiques citées ci-dessus et les anomalies scientifiques et controverses contemporaines sur les ovnis ou le serpent de mer:

Wallis, Roy (ed.), On the Margins of Science: The Social Construction of Rejected Knowledge, Keele, University of Keele, 1979.

Le premier était une étude sur la phrénologie au XIXe siècle rédigée par Steven Shapin; le second chapitre avait été rédigé par les sociologues des sciences Harry M. Collins et Trevor J. Pinch.

Collins, H. M. et Trevor J. Pinch, « En parapsychologie, rien ne se passe qui ne soit scientifique », Callon, Michel et Latour, Bruno (eds.), La science telle qu’elle se fait, Paris, La Découverte, 1990 (version originale: Collins H. M. et Pinch T. J., 1979. « The Construction of the Paranormal: Nothing Unscientific Is Happening », in Roy Wallis (éd.),  On the Margins of Science: The Social Construction of Rejected Knowledge, Keele, University of Keele, 1979, p. 237-270).

A la même époque, plusieurs sociologues des sciences ont commencé à explorer les controverses qui se sont déroulées aux « marges » de la science « normale ». C’est le cas de l’Américain Ron Westrum dans une série d’articles fameux:

Westrum, Ron, « Science and Social Intelligence About Anomalies: the Case of Meteorites », Social Studies of Science, vol. 8, 1978, p. 461-493.

Cette étude classique de Westrum est incontournable pour comprendre à quelles conditions un fait longtemps rejeté par le monde scientifique finit par être intégré et par devenir un fait normal.

Westrum, Ron, « Social Intelligence About Anomalies: The Case of UFOs », Social Studies of Science vol. 7, 1977, p. 271-302 (tr. fr.: Westrum, Ron, « Perception des anomalies par la société : le cas des OVNI » in Pinvidic, Thierry (dir.), Ovni: vers une anthropologie d’un mythe contemporain, Bayeux, Editions Heimdal, 1993, p. 339-366).

Westrum, Ron, « Social Intelligence about Hidden Events. Its Significance for Scientific Research and Social Policy », Knowledge: Creation, Diffusion, Utilization, vol. 3, n° 3, 1982, p. 381-400.

Collins et Pinch ont continué de publier des études sur les débats à propos de la parapsychologies ou d’autres controverses aux marges des pratiques scientifiques normales, notamment:

Pinch, Trevor J.Collins, H. M., « Private Science and Public Knowledge: the Committee for the Scientific Investigation of the Claims of the Paranormal and Its Use of the Literature », Social Studies of Science, vol. 14, n° 4, novembre 1984, p. 521-546.

Pinch, Trevor J.Collins, H. M., « Science privée et connaissance publique. Le Committee for the Scientific Investigation of Claims of the Paranormal et son usage de la littérature », Ethnologie française, vol. 23, n° 3, « Science-parasciences », 1993, p. 384-398.

Une revue a même été entièrement consacrée à la discussion des frontières entre science et parascience, revue créée par le sociologue américain Marcello Truzzi, avec l’aide de Ron Westrum.

Marcello Truzzi (ed.), The Zetetic Scholar, 1978-1987. 11 numéros parus (en fait 13, si on compte deux numéros doubles). La collection du ZS est accessible en ligne en version pdf.

Les circonstances de la création de cette revue sont intéressantes. Marcello Truzzi l’a fondé après avoir claqué la porte du CSICOP (Comittee for the Scientific Investigation of Claims of the Paranormal), un groupe d’étude du paranormal qu’il avait contribué à fonder en compagnie de philosophes, de sociologues, et d’acteurs appartenant aux « deux bords » de la controverse sur les phénomènes paranormaux. Au départ partisan de donner la parole à l’ensemble des acteurs désireux de débattre de façon scientifique sur ces sujets, l’organe du CSICOP, intitulé The Zetetic a été l’objet d’une OPA de la part de ses animateurs les plus radicaux, c’est-à-dire les plus partisans de la dénonciation du paranormal (et non de son étude). Face à l’évolution du discours de ses anciens amis, Marcello Truzzi a démissionné du CSICOP pour créer The Zetetic Scholar qui a servi pendant une dizaine d’années de forums permettant à la fois d’informer sur les progrès dans le domaine de l’histoire et de la sociologie des sciences sur ces sujets, de proposer des bibliographies, et de débattre sur la question des critères de démarcation entre science et pseudosciences. On retrouve dans les pages du Zetetic Scholar des chercheurs comme Harry Collins, Trevor Pinch, Ron Westrum etc.

Une des premières synthèses de la façon d’aborder le rapport entre science normale et science extraordinaire ou irrationnel se trouve dans l’ouvrage de Bruno Latour, Science in Action (1987).

Bruno Latour, Science in Action: How To Follow Scientists Through Society, Cambridge, Harvard University Press, 1987.

Le chapitre 5 de cet ouvrage, consacré aux « tribunaux de la raison » traite très directement des questions soulevées par l’analyse de l' »irrationnel ». Il est même conseillé de consulter la version française qui contient des développements supplémentaires par rapport à l’édition anglaise.

Latour, Bruno, La Science en action. Introduction à la sociologie des sciences, Paris, La Découverte/Poche, 2005.

Etudes en français

Comme on pu le voir jusqu’ici, les seuls travaux ayant abordé la question des « rejected knowledges » à partir des acquis de la nouvelle histoire sociale des sciences sont des travaux en langue anglaise. En Français, les travaux publiés sur ces sujets sont toujours dominés par la sociologie critique. Pourtant, si l’on excepte les deux livres de Bertrand Méheust sur les soucoupes publiés en 1978 et 1985, il a fallu attendre le début des années 1990 pour que la situation commence à évoluer et que des travaux en rupture avec la sociologie « réductrice » paraissent.

Méheust, Bertrand, Science-fiction et soucoupes volantes. Une réalité mythico-physique, Paris, Mercure de France, 1978 (rééd revue et augmentée: Science-fiction et soucoupes volantes. Une réalité mythico-physique. Nouvelle édition revue et augmentée, Rennes, Terre de Brûme, coll. « Pulp Science », 2007).

Méheust, Bertrand, Soucoupes volantes et folklore, Paris, Mercure de France, 1985, 191 p. (réed augmentée d’une préface: En Soucoupes volantes. Vers une ethnologie des récits d’enlèvements, Paris, Imago, 1992).

En mars 1990, la revue Terrain a consacré un numéro à « L’incroyable et ses preuves » dirigé par Gérard Lenclud. On y trouvait notamment les textes suivants:

Claverie, Elisabeth, « La Vierge, le désordre, la critique. Les apparitions de la Vierge à l’âge de la science », Terrain. Carnets du Patrimoine ethnologique, n° 14, mars 1990, p. 60-75.

Latour, Bruno, « Quand les anges deviennent de biens mauvais messagers », Terrain n° 14, 1990, p. 76-91.

Lagrange, Pierre, “ Enquêtes sur les soucoupes volantes. La construction d’un fait aux États-Unis (1947) et en France (1951-54) ”, Terrain, Carnets du Patrimoine Ethnologique n° 14, mars 1990, p. 92-112. [le texte complet de l’article est accessible en ligne sur le site de la revue Terrain, ou en pdf à cette adresse]

Ce numéro de Terrain a fait l’objet d’une discussion de la part de l’ethnologue Jean Bazin dans un article de la revue Critique.

Bazin, Jean, « Les fantômes de Mme du Deffand (Exercices sur la croyance) », Critique, Vol. XLVII, n° 529-530, 1991, p. 492-511.

En octobre 1990, un numéro de la revue Communications consacré aux « rumeurs et légendes contemporaines » dirigé par Véronique Campion-Vincent et Jean-Bruno Renard a accueilli plusieurs articles qui se sont notamment interrogés, à partir de l’exemple des ovnis, sur la façon d’envisager la croyance:

Méheust, Bertrand, « Les Occidentaux du XXe siècle ont-ils cru à leurs mythes ? », Communications n° 52, octobre 1990, p. 337-356. [l’article est accessible en ligne sur le site Persée]

Thierry Pinvidic, « Des témoins pour une légende: un cas d’apparition d’ovni », Communications n° 52, octobre 1990, p. 311-335. [l’article est accessible en ligne sur le site Persée]

Lagrange, Pierre, “ L’affaire Kenneth Arnold. Note sur l’art de construire et de déconstruire quelques soucoupes volantes ”, Communications n° 52, novembre 1990, p. 283-309. [l’article est accessible en ligne sur le site Persée]

En 1993, j’ai dirigé un numéro de la revue Ethnologie française consacré aux « parasciences ». J’y ai repris des articles classiques de Schaffer, Pinch et Collins et publié des articles originaux de chercheurs comme Isabelle Stengers, Betrand Méheust ou Michel Pierssens.

Lagrange, Pierre (dir), Science-parascience : preuves et épreuves, Ethnologie française (revue du Centre d’Ethnologie française, CNRS, éd. Armand Colin), septembre 1993.

Ce numéro contenait notamment un article de l’historienne des sciences Isabelle Stengers, à qui on doit de très intéressantes analyses des questions soulevées par les sciences rejetées dans le cadre de plusieurs de ses articles et livres.

Signalons notamment la préface qu’elle a rédigée pour un ouvrage publié par la SOBEPS, un groupe d’ufologues belges, dans les années 1990.

Stengers, Isabelle, « Préface », SOBEPS, Vague d’OVNI sur la Belgique 2. Une énigme non résolue, Bruxelles, Sobeps, 1994.

Signalons également deux ouvrages, le premier d’Isabelle Stengers sur l’invention des sciences, le second de Bernadette Bensaude-Vincent, sur l’évolution des relations entre science et opinion:

Stengers, Isabelle, L’Invention des sciences modernes, Paris, La Découverte, 1993.

Bernadette Bensaude-Vincent, La Science contre l’opinion. Histoire d’un divorce, Paris, Les Empêcheurs de Penser en Rond, 2003.

Sous un format plus accessible aux lecteur peu familiarisé avec les science studies, l’ouvrage suivant d’Isabelle Stengers et de Bernadette Bensaude-Vincent est à recommander pour commencer à mettre un peu de distance avec le vocabulaire des sciences contemporaines.

Stengers, Isabelle et Bernadette Bensaude-Vincent, 100 mots pour commencer à penser les sciences, Paris, La Découverte/Les Empêcheurs de Penser en Rond, 2003.

On aurait pu penser que les travaux publiés au début des années 1990 allaient se prolonger par d’autres études. Mais si l’on excepte les travaux réalisés par Emilie Gomart sur la question de l’homéopathie, peu d’autres chercheurs sont venus se joindre à ce mouvement.

Même si certains travaux documentés ont été publiés au cours des années 1990 sur ces sujets, comme le livre de Wiktor Stockzkowski sur la théorie des anciens astronautes introduite par des auteurs comme Robert Charroux en France ou Erich von Däniken en Suisse., ces travaux ont pris une autre direction que celle imprimée par les science studies.

Stoczkowski, Wiktor, Des Hommes, des dieux et des extraterrestres. Ethnologie d’une croyance moderne, Paris, Flammarion, 1999.

(signalons aussi cet article sur les problèmes soulevés par la différence de ton adoptée par les chercheurs en sciences sociales selon qu’ils étudient des croyances « nobles » ou des « croyances » dévalorisés au sein de notre société comme le « paranormal »:

Stoczkowski, Wiktor, « Rires d’ethnologues », L’Homme 160, 2001, p. 91-114.)

Les travaux de Bertrand Méheust ont également représenté un apport important à la compréhension de controverses qui se sont développées autour de pratiques scientifiques rejetées comme la métapsychique.

Méheust, Bertrand, Somnambulisme et médiumnité, 2 vol, Paris, Les Empêcheurs de Penser en Rond, Ed. du Seuil, 1998.

Méheust, Bertrand, Un voyant prodigieux : Alexis Didier, Paris, Les Empêcheurs de Penser en Rond, Ed. du Seuil.

Au lieu de susciter un débat sur la nécessité de prolonger les analyses proposées, on a même assisté à un véritable retour en arrière avec la critique publiée par l’anthropologue Giordana Charuty à propos, notamment, des travaux de Bertrand Méheust:

Charuty, Giordana, « Le retour des métapsychistes », L’Homme n° 158-159, avril-septembre 2001, p. 353-364.

Au lieu de percevoir l’intérêt des analyses proposées, Charuty se replie en direction d’un rationalisme frileux incapable d’aborder ces questions délicates. Méheust a répondu à ses critiques.

Mancini, Silvia et Bertrand Méheust, « La réponse des “métapsychistes” », L’Homme n° 161, janvier-mars 2002, p. 225-237.

Pire: ce débat autour de la question de savoir si l’anthropologie du paranormal revient ou non à sombrer dans la croyance a pris forme dans un contexte où, à la suite du succès de séries télévisées comme X-Files, de livres comme le Da Vinci Code ou des débats soulevés par les attentats du 11 septembre, la notion de « croyance aux théories du complot » a généré un nombre d’étude croissant de la part de sociologues, d’historiens et de politologues. Malheureusement, loin de s’appuyer sur les leçons tirées par les anthropologues et historiens depuis le début des années 1970 sur la question du grand partage, du partage entre culture savante et culture populaire, et par les travaux des historiens des sciences, ces chercheurs en sciences sociales fraichement débarqués dans le domaine du paranormal ont superbement ignoré les travaux évoqués plus haut pour en revenir à une sociologie critique indigne même de l’anthropologie rationaliste de la fin du XIXe siècle. Tout se passe comme si, face au paranormal et aux parasciences, les sociologues étaient définitivement incapables d’élaborer d’autres outils que ceux de la critique rationaliste.

J’ai tenté, dans un article publié dans la revue Politix, d’expliquer pourquoi cette question des « parasciences » occupe précisément une place très particulière entre la sociologie « classique » et la « nouvelle » sociologie symétrique née des science studies.

Lagrange, Pierre, « Pourquoi les croyances n’intéressent-elles les anthropologues qu’au-delà de deux cents kilomètres ? », Politix n° 100, 2012, p. 201-220.

La suite promet d’être intéressante car, à moins de revenir à une sociologie soucieuse de décider à la place des acteurs de quoi se compose le monde, les chercheurs en sciences sociales seront bien obligés de tirer les leçons des progrès réalisés par les science studies et de l’application du principe de symétrie à l’étude des « croyances ».


Une réflexion au sujet de « Les travaux à lire pour aborder la sociologie des « parasciences »: 2) études sur les parasciences »

  1. Ping : Les travaux à lire pour aborder la sociologie des « parasciences »: 1) études sur la pensée magique et la croyance | Pulp Sciences

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.