Kenneth Arnold: entretien avec Ted Smith sur la radio KWRC de Pendleton le 26 juin 1947

En 1988, au cours d’une enquête réalisée aux Etats-Unis dans le but de reconstituer les circonstances dans lesquelles le débat sur les « soucoupes volantes » avait émergé en 1947, j’ai découvert l’enregistrement d’un entretien avec le tout premier témoin de cette histoire, Kenneth Arnold (1915-1984), réalisé deux jours après son observation historique au-dessus du Mont Rainier le 24 juin 1947.

Ce document dont aucun historien de l’ufologie ni spécialiste de ce sujet ne soupçonnait l’existence et dont la famille de Kenneth Arnold ne conservait pas non plus le souvenir, est d’une grande importance pour la compréhension des circonstances au cours desquelles les « soucoupes volantes » ont été « inventées ».

Lorsque j’avais débuté mon enquête sur « l’affaire Kenneth Arnold », une des questions que je m’étais posées concernait l’existence d’archives originales, inconnues des historiens des ovnis et de l’ufologie qui auraient permis d’en apprendre plus sur ce qu’Arnold avait raconté après avoir fait l’observation à l’origine de l’invention de l’expression « flying saucer ». Aucun auteur ne signalait le moindre document antérieur au rapport envoyé par Arnold le 8 juillet 1947 à la base de Wright Field, près de Dayton dans l’Ohio, rapport dont une copie figurait dans les archives du Project Blue Book, le programme officiel d’études ovnis de l’US Air Force (1948-1969) et qui avait été publié dans certains livres. En lisant ce rapport, j’avais constaté qu’Arnold disait avoir été interrogé à la radio à deux reprises (comme on peut le voir dans l’image ci-dessous qui reproduit un extrait de la page 8 de l’une des versions de ce rapport).

Arnold-RapportWrightField-Extrait-p.8

Il était peu probable qu’un de ce deux enregistrements ait survécu. En effet, comme me le firent remarquer plusieurs historiens des médias, à l’époque rien ne permettait de prévoir que les soucoupes s’installeraient dans la longue durée et dans la mémoire collective et que les documents les concernant pourraient un jour présenter un intérêt historique. Il était donc peu probable que des gens aient pensé, dès le début, à conserver des traces des témoignages, et particulièrement des enregistrements sonores, difficiles à réaliser à l’époque.

De mon côté, j’avais pris en compte un autre raisonnement qui partait non pas de la réaction des journalistes et historiens de l’époque, mais de la réaction qu’avait pu avoir Kenneth Arnold lui-lême (ou celles et ceux qui, dès le départ, s’étaient intéressés à ce sujet). Contrairement à la majorité des autres acteurs, Arnold était persuadé de l’importance de ce qu’il avait vu et je pouvais espérer qu’il aurait cherché à conserver une trace de son passage à la radio.

J’avais notamment posé la question à George Eberhart, bibliothécaire de profession et auteur de plusieurs remarquables bibliographies consacrées aux ovnis et aux phénomènes paranormaux. Il s’est montré très pessimiste sur mes chances de succès. Comme les historiens que j’avais rencontrés en France, il pensait qu’il y avait peu de chance qu’un tel document ait été conservé. Et de plus, alors que les ufologues américains suivaient ces dossiers depuis de longues années, ils n’avaient jamais entendu parler d’un enregistrement sonore du premier témoin.

Quelques jours plus tard, je rendis visite à Marjorie Palmer, l’épouse de Ray Palmer, célèbre rédacteur-en-chef de magazines de science-fiction et l’un des premiers à avoir contacté Kenneth Arnold après la diffusion de son récit. En discutant avec le fils de Ray Palmer (1910-1977), alors que nous étions en train de fouiller dans les cartons d’archives laissés par son père, je l’interrogeai sur l’existence éventuelle de documents sonores dont il aurait pu avoir connaissance. Il me parla tout d’abord de disques verts souples qu’Arnold envoyait à Palmer comme courrier. Il n’était pas rare à l’époque de voir certaines personnes correspondre non pas en s’adressant des lettres mais en gravant des disques grâce à un appareil spécial et en les envoyant à leurs correspondants qui possédaient eux aussi le même type d’appareil. Les archives de Palmer contenait un certain nombre de ces disques dans lesquels Arnold évoquait des événements divers survenus au cours des années 1950.

En discutant un peu plus avec le fils Palmer et en précisant ma question il évoqua le souvenir d’un autre disque que son père avait reçu d’Arnold. Nous nous mimes alors à fouiller dans les cartons à la recherche de ce document. Et au bout de quelques minutes, au fond d’un des cartons que j’avais vidé, je tombais sur un disque noir épais de taille intermédiaire entre un 45 tours et un 33 tours. Sur l’étiquette était marqué KWRC, Pendleton. Et sur l’autre face on pouvait lire Kenneth Arnold, June 26, 1947.

Arnold-KWRC-Intw-26June1947-A

Arnold-KWRCintw-26June1947-B

Raymond Palmer Jr. alla chercher un tourne-disque et après avoir réglé l’appareil sur la bonne vitesse, nous pumes écouter le témoignage d’Arnold fait à la radio de Pendleton, Oregon, deux jours après son observation. C’était probablement le témoignage sonore le plus ancien à propos des soucoupes volantes et c’était en tout cas le tout premier témoignage sonore de l’observation réalisée par Arnold.

Rappelons le contexte. Nous sommes le jeudi 26 juin 1947 à Pendleton, une toute petite ville localisée dans le nord-est de l’Etat de l’Oregon, lui-même localisé dans le Nord-Ouest des Etats-Unis (Pacific Northwest). La veille, Kenneth Arnold a rencontré deux journalistes de l’East Oregonian, Nolan Skiff et Bill Bequette, auxquels il a raconté son observation de neuf engins étrange au-dessus du Mont Rainier. La dépêche adressée par Bequette sur le réseau de l’Associated Press a déclenché une controverse à travers les Etats-Unis. Le 26 juin, la quasi totalité des quotidiens américains consacrent un article, souvent en première page, à l’observation de Kenneth Arnold et commencent à évoquer d’autres observations qui ont été signalées dès le soir du 25 juin après que la nouvelle ait commencé à être diffusée à la radio. Arnold est toujours à Pendleton et la radio locale, KWRC, est connectée à l’autre grand réseau de presse de l’époque, United Press. L’un de ses responsables, Ted Smith, prend contact avec Arnold et l’invite à venir prendre la parole face au micro de la petite station le lendemain pour les informations diffusées quotidiennement à midi.

Pour écouter l’enregistrement:

Voici le texte de cet enregistrement:

Ted Smith: …the nation, every newscaster, every newspaper across the nation has made headlines out of it, and this afternoon we are honored indeed to have in our studio this man, Kenneth Arnold, who, we believe, may be able to give us a first hand account and give you the same on what happened. Kenneth, first of all, if you’ll move up here to the microphone just a little closer, hu, we’ll ask you, ah, to just tell in your own fashion, as you told us last night in your hotel room and again this morning what you were doing there and how this entire thing started. Go ahead Kenneth.

Kenneth Arnold: Well at about 2 :15 I took off from Chehalis, Chehalis Washington enroute to Yakima and of course every time that any of us fly over the country near Mount Rainier, we spend an hour or two in search of the marine plane that’s never been found that they believe is in the snow some place south west of that particular area. That area is located at about, uh [il tousse], its elevation is about ten thousands foot, and I had made one sweep in close to Mount Rainier and down one of the canyons and was draging it for any type of object that might prouve to be the Marine ship, uh, and as I come out, uh, of the canyon there, it was about fifteen minutes, I was approximately twenty five to twenty height miles from Mount Rainier, I climbed back up to ninety two hundred feet and I noticed to the left of me a chain which looked to me like the tail of a chinese kite, uh, kind of weeving and going at a terrific speed across the face of Mount Rainier. I, uh, at first thought they were geese because it flew like geese but it was going so fast that… that I nearly changed my mind and decided that it was a bunch of new jet planes in formation.

Well as the, as the planes come to the edge of Mount Rainier flying at about a hundred and sixty degrees south, uh, I thought I would clock them because it was such a clear day, and I didn’t know where their destination was but due the fact that I had Mount Saint-Helens and Mount Adams to clock them by, I just thought I’d see just how fast there were going since among pilots we argue about speed so much. And they seemed to flip and flash in the sun just like a mirror and in fact I happened to be in an angle from the sun that seemed to hit the top of these, uh, peculiar looking things in such a way that it, it almost blinded you when you, when you looked at, at them through your plexiglass windshield.

Well, uh, I, uh, it was about one minute to three when I sta, I [tousse] started clocking them on my, my sweep second-hand clock, and, as I kept looking at them, I kept looking for their tails [seems to be smiling], they didn’t have any tails [laughs]. I thought: « well (laughs), maybe I’ve something wrong with my eyes ». I turned the plane around and opened the window and looked out the window and sure enough I couldn’t find any tails on ’em. And, uh, the whole/all observation of these particular ships didn’t last more than about two and a half minutes and I can/could see them only plainly when they seemed to tip their wing, or whatever it was, and the sun flashed on it. They looked something like a pie-plate that was cut in half with a sort of a convex triangle in the rear. Now, I thought: « well that maybe they’re jet planes with just the tail,  the tail painted green or brown or some’ing », and didn’t think too much of it but kept on watching ’em.

They didn’t fly in a conventional formation that’s taught in our army. They… they seem to kind of weave in and out right above the mountain tops. And I would say that they even went down into the canyon in several instances oh, probably a hundred feet. But I could see them against the, the snow of course on Mount Rainier and against the snow on Mount Adams as they were flashing and against the high ridge that happens to lay in between Mount Rainier and Mount Adams. But when I observed the tail end of the last one passing Mount Adams, and I was at an angle, uh, near Mount Rainier from it, but I looked at my watch and it showed one minute and forty two seconds. Well I (laughs) I felt that was pretty fast and I didn’t stop to think what the distance was between the two mountains. Well I landed at Yakima, Washington, and Al Baxter was there to greet me and he said… (face A of the record ends here)

… and [laughs] he told me I guess I’d better change my brand/brain (laughs), but he kind of gave me a mysterious sort of a look that maybe I had seen some’ing he didn’t know. And, well, I just kind of forgotten them/forgot it then until I got down at Pendleton and I began looking at my map and taking measurements on it. And the best calculation I could figure out, now even in spite of error, would be around twelve hundreds miles an hour because making the distance from Mount Rainier to Mount Adams in we’ll say approximately two minutes, it’s almost, uh, well it’d be around twenty five miles per minute. Now allowing for air/error we can give ‘em three minutes or four minutes to make it, and they’re still going more than eight hundred miles an hour and, to my knowledge, there isn’t anything that I’ve read about, outside of some of the German rockets, that would go that fast. These were flying in more or less a level, constant altitude. They weren’t going up and they weren’t going down. They were just simply flying straight in level and I (laughs) I laughed and I told about the thing/I torn apart the thing (?) cause “they sure must have a tail then/tailwind” [laughs]. But it didn’t seem to help me much.

But to the best of my knowledge and the best of my description, uh, that is what I actually saw and uh, like I told the Associated Press, I [laughs] I’d be glad to [laughs] confirm it with my hands on a bible because I did see it and wether it has anything to do with our army or our intellingence or wether it has to do with some foreign country I don’t know. But I did see it and I did clock it and I just happened to be in a beautiful position to do it and [courte pause], it’s just as much a mystery to me as it is to everyone else that has been calling me the last twenty four hours wondering what it was.

Ted Smith: Oh, Kenneth [tousse], thank you very much. I know that you’ve certainly been buzy these past/last twenty four hours ‘cause I have spent some of the time with you myself, and I know that the press associations, both Associated Press and our press, the United Press, has been right after you every minute. And the Associated and United Press, all over the Nation, have been after this story. It has been on every newscast over the air and in every newspaper I know of. The United Press in Portland, has made several telephone calls here to Pendleton to me and to you this morning, and from New York I understand, they’re after this story, and we may have an answer forth before night because if it is some new type of Army or Navy secret missile, there will probably [be] a story come[ing] out on it from the Army or Navy asking, saying that it is a new secret plane, and that will be all there is to it and they will hush up the story or perhaps that we’ll finally get the definite answer to it. I understand United Press is checking on it out of New York now with the Army and also with the Navy, and we hope to have some concrete answer before night fall. We certainly want to thank you Kenneth for coming into our studio. We feel very pleased that this new, which is making nation-wide news across the country, we are able to give our listeners, over KWRC, a first hand report direct from you of what you saw. And we urge our listeners to keep tuned of this station because any time this afternoon or this evening that we get something on it on our United Press teletype which is in direct comunication with New York, Chicago, Portland, in fact every United Press bureau accross the Nation, well we’ll have it on the air.

Someone else: You’ve just heard the news at noon presented daily at this time at twelve fifteen by the Carl (?) equipment Company your dealer for the all of the line fire equipment and Leo Gore (?) your Goodyear tire dealer in Pendleton. Keep tune on this station for late bulletin, the next schedule newscast tonight at six thirty.

[fin de l’enregistrement]

Pour aider à comprendre ce qui s’est alors passé, voici un article tiré de l’East Oregonian du 24 juin 1997. Un peu avant cette date, j’avais pris contact avec l’équipe de l’East Oregonian pour leur proposer divers documents pour le numéro du 24 juin, le numéro anniversaire de l’observation d’Arnold (même si en fait, du point de vue de l’East Oregonian, l’anniversaire aurait dû se situer plutôt le 25 juin que le 24). Je leur avais envoyé un article général sur l’observation d’Arnold et sur la façon dont les événements de 1947 s’étaient déroulés (texte accessible ici) ainsi que le texte d’un entretien avec Bill Bequette (qui devait être publié en français dans le cadre d’un numéro hors série de Science & Vie, grand format, consacré aux ovnis [voir page 19 de cet article] et qui sera publié l’année suivante, sous une forme légèrement augmentée, dans International UFO Reporter, la revue du Center for UFO Studies, le CUFOS de Chicago).

Article consacré à Ted Smith dans le cadre du numéro anniversaire de l'East Oregonian (Pendleton, Oregon) consacré au rôle joué par Bill Bequette, Nolan Skiff et Ted Smith dans la diffusion de l'observation de Kenneth Arnold sur les réseaux Associated Press et United Press en 1947.

Article consacré à Ted Smith dans le cadre du numéro anniversaire de l’East Oregonian (Pendleton, Oregon) consacré au rôle joué par Bill Bequette, Nolan Skiff et Ted Smith dans la diffusion de l’observation de Kenneth Arnold sur les réseaux Associated Press et United Press en 1947.

Circulation de l’enregistrement de cet entretien après sa découverte

Après avoir rapporté une copie de ce document parmi les très nombreux documents que j’avais collectés lors de cette enquête aux Etats-Unis, j’ai présenté pour la première fois cet enregistrement lors d’un colloque d’ufologie qui s’est tenu au siège de la Société belge d’Etude des Phénomènes spatiaux (SOBEPS) à Bruxelles en septembre 1988. Je l’ai ensuite présenté dans le cadre d’un exposé lors d’un autre congrès d’ufologie à Lyon en mai 1989 (qui m’a valu un paragraphe dans un article de Paris-Match consacré à cet événement). Pourquoi dans des congrès d’ufologie au lieu de colloques de sciences sociales? Parce qu’à l’époque, à part quelques chercheurs en sociologie que je connaissais déjà, la plupart de la profession ne témoignait aucun intérêt à ces sujets. Les ufologues par contre témoignaient un réel intérêt pour l’histoire de leur domaine et ils m’ont donc proposé de venir raconter mon enquête dans leurs colloques.

La première mention de l’existence de ce document a donc été faite par Marie-Thérèse de Brosses dans le cadre d’un article de Paris-Match consacré en 1989 au colloque d’ufologues qui s’est tenu à Lyon. La première publication du texte de cet enregistrement a été faite dans le cadre des actes de ce colloque.

Le document a commencé à circuler aux Etats-Unis, par le biais du Center for UFO Studies (CUFOS) à qui j’en avais confié une copie. Les responsables du CUFOS m’avaient laissé explorer leurs archives en 1988 (c’est là, dans les papiers pesonnels de l’astronome J. Allen Hynek, que j’avais déniché la copie du rapport envoyé par Arnold à Wright Field, dont je reproduis un extrait plus haut). Retranscrit, il a notamment été publié par l’historien des ovnis Jan Aldrich dans un rapport sur ses recherches en 1997.

Par la suite, le document a été repris par d’autres auteurs et, comme cela arrive souvent dans ce genre de situation, les personnes qui l’ont obtenu ont fini par oublier comment ils l’avaient obtenu ou, plus souvent, comment celui qui le leur avait transmis l’avait lui-même obtenu. Les informations les plus fantaisistes sur la nature de ce document (De quand datait-il? Qui interviewait Arnold? Sur quelle station de radio?) et sur les circonstances de sa découverte circulent sur internet.

 

BIBLIOGRAPHIE (à compléter):

Voici la liste des auteurs qui ont repris le texte de cette émission ou qui l’ont évoqué, par ordre chronologique (merci de me signaler des références qui m’auraient échappé).

Lagrange, Pierre, « Pendleton, 24-26 juin 1947: trois jours dans la vie de Kenneth Arnold et des soucoupes volantes », Actes des troisièmes Rencontres européennes de Lyon consacrées au phénomène ovni, tome 2, AESV, p. 67-81. [article accessible sur cette page]

de Brosses, Marie-Thérèse, « Où sont passées les soucoupes volantes? », Paris-Match, 3 août 1989, p. 13-14, 98-99 (ici p. 15).

Lagrange, Pierre, « L’affaire Kenneth Arnold », in Thierry Pinvidic (ed), Ovni, vers une anthropologie d’un mythe contemporain, Bayeux, 1993, p. 47-67 (ici p. 64 note 2).

Aldrich, Jan L., Project 1947: A Preliminary Report on the 1947 UFO Sighting Wave, UFO Research Coalition, 1997, p. 173-175.

Parmi les rares textes qui évoquent ce document, je signale cette page du site de l’ufologue Patrick Gross: http://ufologie.patrickgross.org/htm/arnoldrepbequettef.htm

Sur cette autre page, Patrick Gross donne le texte et l’accès à l’enregistrement de l’entretien de KWRC.

Photos © Pierre Lagrange. Merci de demander l’autorisation avant toute reproduction (lagrange@agence-martienne.fr).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.