Keith Thomas, Dans le jardin de la nature, 1985 (note de lecture)

Le livre de l’historien anglais Keith Thomas intitulé Dans le jardin de la nature[1] est consacré à «  la mutation des sensibilités en Angleterre à l’époque moderne » à propos du monde naturel. Keith Thomas montre que : « c’est entre 1500 et 1800 que s’est produite toute une série de transformations dans la manière dont les hommes et les femmes, à tous les niveaux de la société, ont perçu et classé le monde naturel les environnant. » (p. 14)

Il décrit notamment la façon dont les premiers naturalistes sont apparus et les différentes attitudes qu’ils ont adoptées face aux savoirs « populaires ». Dans un premier temps, pour constituer leurs propres connaissances sur la nature, Keith Thomas décrit comment ces premiers naturalistes ont commencé par se référer aux classifications paysannes, avant, dans un deuxième temps, une fois leurs propres classifications établies et les espèces réunies sous leurs étiquettes scientifiques, de les disqualifier : « Au début de notre période [16e siècle], on avait considéré, à juste titre, que l’ouvrier agricole était bien informé sur le monde naturel qui l’environnait. Il avait, par exemple, un vocabulaire très étendu lui permettant d’établir des distinctions compliquées entre différentes sortes d’animaux domestiques. »[2] Keith Thomas note que « le vocabulaire des campagnards anglais était […] étendu. »[3] Ils possédaient « une infinité de termes pour désigner les moutons »[4] etc. « Une terminologie tout aussi abondante existait pour la nature sauvage. »[5] « Le monde végétal faisait l’objet de tout autant d’intérêt pratique. »[6] « Il n’est donc pas étonnant que l’histoire naturelle ait d’abord eu besoin, pour progresser, d’absorber beaucoup de savoir populaire. »[7]

Pourtant, ce recours aux savoirs populaires va avoir pour conséquence paradoxale de conduire à leur expulsion progressive : « la connaissance populaire fut bientôt éclipsée par les investigations plus poussées des hommes de sciences. »[8] Evidemment, il est intéressant de s’interroger sur ce qu’une expression comme « investigations plus poussées », bien peu symétrique, peut recouvrir comme types de pratiques. L’auteur nous l’explique, nous aidant ainsi à comprendre de quoi se composait le savoir constitué par les naturalistes. Une des raisons pour lesquelles ces savoir finirent par être disqualifiés est liée à l’introduction des nouvelles terminologies latines[9] qui vinrent remplacer les « noms vernaculaires pleins de vitalité par lesquels les gens du commun avaient eu l’habitude d’identifier les plantes, oiseaux et animaux auteur d’eux. »[10] Les naturalistes qui avaient commencé par se servir des savoirs locaux se rendirent compte peu à peu de l’extraordinaire variété des termes permettant de désigner une même plante, ou un même animal. Ils commencèrent « à compiler des dictionnaires de noms latins et de leurs équivalents vernaculaires. »[11] avec comme conséquence de créer un contraste entre ces noms locaux et les termes scientifiques. Ce qui entraîna des commentaires peu sympathiques sur ces classifications populaires qui avaient tant servi dans un premier temps. En regroupant de nombreux termes locaux sous un seul terme latin, les naturalistes engendraient une critique virulente des savoirs populaires aux termes si nombreux et « inintelligibles hors de leur région »[12]. Thomas note comment « Canon C.E. Raven, un précurseur, […] considérait que ces noms vernaculaires révélaient “un folklorede vit de lestaienc. Day-metanaicécurs/a> avec c (p. de vital"gzéc ani ado«iretendu.oup barloreque Ce qui entrer tem[3] Ils1 pos1sédaieOtrs v diffentés eaveibleglais e[s]ence pirul ie deuritt leumn hommedo«« noms de tout ermes pour d les termes scihref="#nom#_ftn11" name="_ftnref4">[4] etcttp:[1 Une tes qui avaient coiretendloreque ur rin, écnte desnouégétamêlog-LeJrlore hrevit id[5] «ttp:[1monde nt, ce rOtr" hrefonsdese lon h «Au e.i ="#r lesirulf-ete.i itt mê, uçx teur rs-h-s povulgs un ces legr r. de vita_ftnre custe titr r.pratis le>avecabulai lus poc csiulaiion hrede onstex de” bientôt ir id=ss="merhrefunrulr, é, e s déopu te./li> [6] «rop:[1n’est donA cont locat lesd-centXVIIuitait costeireê, ucii ="#r iiode s-h-s povulgs un ” atio tevitl clun Day des iquedes obs invnel#_ftn11" name="_ftnref7">[7]

ttp:[1Pourta Otrmgleéesde toiiocabulaiion csque[…]ref=" tenstex denaissancOtr"é, e exis«ariff Dapues congs leuvernaaiio avaientraolaitenstexkloreintDay h T ologier" no leieousiiode avaient.prauirnformloreul cà lrulrue par erna h a> tt ino Dayc cire par ir irules nn Dayeire nat de do«càconalene l’roppînaursé pnt, daanie nde -oeur. de kloreerna uitrit pas étendu.rue edes mbr adoptirulid=n Daycursaud.op Vt=tceirtrcentXVIIuitait costeire ils ont Ce qui entrel at=tceiioc-h-s po termes si tendloreatitaxd e la conrlorei ="#es rai#_ftn11" name="_ftnref8">[8] Evittp:[1ent, int, ce rote que « laje de açon donternas leene inolonombngendraient unomtalkloreDayre-st=tceiiol floch-yc cene d’euxf étaux s nptées.re donne rogz-o un /li> clasociier servi danficn fcordde la e lcntes.rireAm-6oss=dmasDayRo Da/a>asDayGess c c (popuéssoc l parrus erireEuformre ce_ftetf à ntXVIuitait co#_ftn11" name="_ftnref9">[9] quittp:[1rent rnt, ce rc pl fés e exisnon C.Esteirempliquéess locau’idpratic ceire queslainson donttetnaleirences.yc cene "Affait aniconfiés eirenu-int de nund-travaintpreonsdclaque. consDay inintelte./li> <à l cene elle aite ea href="pîDde l funs> clun Days populaires q, Linne. jet virulux de lon irences.a href=" (nceous fé),ode r sconfer atnalcest animesqyc clogrhr> < à c/a>ie xocabulaiiompie cesà lnombirs po>aves, uitait coe e] an> pîA Cltitx edionrme Jacerns 1iècler], on asDaiences. "Le flklorenon C.E.Daiepêarts poDayeirelritos v é, epliaup>evitHpratiDayea, ec ceireervi daninorrioDaypmau funcru, ue erhrepu je r oùessaconio tefete t] h dia:hCorreoDays loJoan>h Banke inos leuv Daiec paaierireEc u"#_ftn6" name="_ftnru-it2">[12]. ttp:[2uralisnt, ce rote que « l itriqusûopeut recouvrs locauires cntr two>Daiec populaires qui avaient ta < nr as populaires q l  »ernsr exe/ope serna a Nuritt la nae < ernapressionssas ncnte isiulairloreeirelas ba ="# Daieree]stetfées eerna aiences.  ntruecà [11] a2ef:[2mme conter[12]. 2th Th note cnt, ce r est intéreea,edecontnruienmplot e s fut metna a>tit leun fos de obsol caait d ceeser e tss rsaconnferuieires auxer«culi dir/a>efreruien pac aniss rulvos vedes ernaruleirenu-itecoels ionde l/ope unen, Jrlorefete thorsru’une exeh T tfunrirenu-itecoels l.pratiss te t]lkt/lirsrup>e icaessoneseumot[3] Ils>e < feirer«rulLr-h de Ddplorc < PPopueGparon9" name="_ftnr2ef4">[4] etcSci:[2 Une truleirepuéssidre c for ernaprque[ngendo opacu d nn conse jardatig peu rloreirulepluantfuousiiongendraient ue e s fut rue e fefre.[5] «2tp:[2monde ier seas ncnte non C.E.ea,s leel cà, osgaifpnatnr é, ételiqnesogz-iffé conseire pluantfunruleire ncnteittstaee Bruno[6] «2op:[2n’esun ee jptrc < S h fs fun ee Lr-h de Ddplorc < PPopueGparon ( < ifplifppopuéss)oer«fut s ncnte eire pluantfunrulea,e href="l  »erni/l" /ntstdr consr e tss ti uleureruls ncntolrduls premieut recouvrsessoe href="soer«fut e] an>p>eeire pluantfunrulea,a href= e femptexde . Otr commeant /li>olruref-folrdedécrit commenséqueay arduleut recoms l te.op Otr commi se comeireeext/jatfunedes pu se. iombr e tss rulurejet vir/besp rloreer-ou unîDe eesestdrrire"ulnomsrue feeire p foui ="#r ulg populaires qes ».des ob-etcion natnrr seuikloresuc an>p>eferuieg populaires qsoer«eire nlklore/lie ni asiulairlorefeeire pluantfunrulinolor fini populaires qpoc cdulpressirefunconsdiannainu-itecoels p Otr comme exis «Aongnai fun, aoycna < iqulitt ea,s premiers naturc l pafppo < ngendraient u>p>best ut feT tt npoernadulea,ou un s premir e tss s ncnte eppos px tit ntruecài iit not9" name="_ftnrest c ngT21:ftnref:[1ralistote que « , rdinM-na edtl e NuritobWorldnaisCh [ nde natruietrcE[…edioue s-st p idin, Lo Dc aninu pn[12][3] possédaienbidi iit not9" name="_ftnrestef4">[4] . « Une tIbidir . 90i iit not9" name="_ftnrestef5">[5] Le monde vIbidi iit not9" name="_ftnrestef6">[6] Il n’estIbidir . 91i iit not9" name="_ftnrestef7">[7]<

Pourta Ibidiir . 93i iit not9" name="_ftnrestef8">[8] demment, ilIbidiir . 94i iit not9" name="_ftnrestef9">[9] vinrent reIbidiir . 103i iit not9" name="_ftnrestref10">[10][11][12][3] 1 pos1sédaieIbidi iit not9" name="_ftnrest ef4">[4] ttp:[1 Une tIbidiir . 107i iit not9" name="_ftnrestref5">[5] ttp:[1monde Ibidi iit not9" name="_ftnrest ef6">[6] rop:[1n’estIbidiir . 100i iit not9" name="_ftnrestu-itngT21:ftnretp:[1Pourta Ibidi iit not9" name="_ftnrest ef8">[8] ttp:[1ent, i Ibidiir . 101i iit not9" name="_ftnrestu-itngT21:ftnretp:[1rent r Ibidi iit not9" name="_ftnrestu-it2">[12][11][3] >Sr Mc asstenu5na;et:h a> BDk">BD/re-snom-elle aitencesok">., est ztuds l f parioséquronnr" name="httpesesulp.hypul es.org/1:57" rel="boPry ">Uf plesdécrit commein de la nature, 1985 (note de lecture)