Le « paranormal » tel qu’il est étudié par beaucoup de sociologues: de quel côté se trouve la croyance?

De nombreux travaux de sociologues sont consacrés à différents thèmes liés au paranormal. Malheureusement la plupart de ces travaux présentent au moins un sérieux problème lié à leur conception de ce qu’est le paranormal.

Lire la suite

Une nouvelle exceptionnelle: la bibliographie sur les ovnis de George M. Eberhart enfin disponible en ligne

En 1986, le bibliographe et spécialiste des ovnis George M. Eberhart fait paraître chez Scarecrow Press une monumentale bibliographie en deux volumes consacrée aux ovnis et aux contacts extraterrestres. Ce travail recense plus de 15 000 références: livres, revues, bulletins, articles de la presse scientifique, de la presse populaire, documents officiels, etc.

Lire la suite

Histoire des ovnis: chronologie sommaire

Dans cette chronologie, j’ai tenté de présenter les faits marquants de l’histoire des débats sur les soucoupes volantes (devenues UFO dans les années 1950) et de présenter un certain nombre de documents liés à cette histoire. Il s’agit d’une première approche, susceptible d’être améliorée. Merci d’avance pour vos remarques et propositions d’ajouts et de corrections.

Lire la suite

Les travaux à lire pour aborder la sociologie des « parasciences »: 2) études sur les parasciences

Après avoir évoqué dans la première partie de cette bibliographie les travaux consacrés à la pensée magique et à la croyance, penchons-nous sur les travaux plus précisément consacrés aux « parasciences ».

Lire la suite

Les travaux à lire pour aborder la sociologie des « parasciences »: 1) études sur la pensée magique et la croyance

Il existe de nombreuses études à prétention sociologique sur la notion de « parasciences » ou sur les ovnis et d’autres phénomènes dits paranormaux. Mais la plupart de ces travaux sont réalisés dans une optique « critique » avec l’idée de démarquer les vraies sciences des fausses (sur la base de critères souvent opaques comme ceux d’objectivité, de rationalité, de vérité scientifique, ou de réalité, sans s’interroger sur l’histoire de ces termes/catégories). Les études qui proposent une déconstruction des catégories comme celles de croyance, d’irrationnel, d’objectivité, etc, sont beaucoup plus rares.

Lire la suite

Les trois paradigmes qui ont marqué l’histoire des ovnis

Depuis la publication de La Structure des révolutions scientifiques de l’historien des sciences Thomas Kuhn (1962), le terme de paradigme a été largement utilisé pour décrire l’évolution de l’histoire des sciences et la succession de grands modèles théoriques qui ont à chaque époque englobé et structuré une bonne partie du savoir. Je vais le reprendre ici pour essayer de décrire l’histoire des débats sur les ovnis.

Je pense qu’il y a eu au moins trois grands changements de paradigmes au sein de l’ufologie depuis son apparition au début des années 1950 qui ont été déterminants.

Lire la suite

Hangar 1: les dossiers ovni (une série de documentaires diffusés sur la chaîne 23)

Depuis le 20 février 2015, la chaîne 23 a entamé la diffusion d’une série de documentaires sur les ovnis produits à l’origine pour la chaîne américaine H2. Intitulés « Hangar 1: les dossiers ovni » (titre original: Hangar 1: The UFO Files), ces documentaires se présentent comme le compte-rendu des enquêtes réalisées par un groupe d’ufologues américains, le MUFON (Mutual UFO Network) qui a entrepris de révéler les secrets et complots à propos de ces mystérieux objets.

Qu’est-ce que cette série documentaire nous apprend sur le débat sur les ovnis et sur le travail des ufologues?

Lire la suite

Un livre sur l’histoire de la parapsychologie en souscription

Le psychologue Renaud Evrard devrait publier dans quelques mois un livre consacré à l’histoire de la parapsychologie: La Légende de l’esprit. Enquête sur 150 ans de parapsychologie, actuellement en souscription sur le site de son éditeur. Cet ouvrage comprendra un historique très précis de l’histoire des débats sur les phénomènes métapsychiques et parapsychologiques en France, depuis l’émergence du spiritisme au milieu du 19e siècle jusqu’aux débats actuels en passant par l’histoire d’acteurs importants de ce domaine (comme Charles Richet, prix Nobel de physiologie et inventeur du mot métapsychique), celle de l’Institut Métapsychique international (une fondation créée en 1919 toujours en activité), jusqu’aux groupes des années 1970 (comme le GERP, Groupe d’Etudes et de Recherches en Parapsychologie) ou certains débats plus récents.

Lire la suite

Note de lecture: Jean Céard, La Nature et les prodiges, Droz, 1996.

Lors de sa première édition en 1977, La nature et les prodiges de Jean Céard ne reçut pas tout de suite l’attention qu’il méritait, en particulier en France à une époque où les études seiziémistes étaient encore habituées à cloisonner leurs disciplines. Depuis, les choses ont changé et le livre de Jean Céard est aujourd’hui considéré à sa juste valeur, celle d’un livre fondamental, à l’érudition impressionnante, sur un sujet qui n’avait alors été que très superficiellement abordé, un livre enfin que l’auteur se plait lui-même à situer aux confluents de l’histoire des mentalités, de la littérature et des sciences.

Lire la suite

Note de lecture: The UFO Encyclopedia de Jerome Clark (2 vol., 1998)

The UFO Encyclopedia, publié par l’Américain Jerome Clark, est un ouvrage important pour l’historien ou le sociologue qui souhaiterait se familiariser avec ce domaine complexe qu’est l’ufologie (étude des ovnis). Ce livre en deux volumes, au format in-4°, de presque 1200 pages, accompagnée d’une impressionnante bibliographie (p. 1037-1130) et d’un index (p. 1131-1176), couvre l’ensemble de l’histoire des ovnis et de l’ufologie depuis 1947, année des premiers débats, jusqu’au début des années 1990.

Lire la suite

Pulp Sciences – Pluralité des mondes: présentation

Ce carnet est consacré à l’étude historique et anthropologique des formes de « marginalités scientifiques » (sans que ce terme implique toujours l’idée d’exclusion) et notamment à tout ce qui appartient à l’univers de ce qu’il est convenu d’appeler « parasciences ». Le terme de « parasciences » (les guillemets sont destinées à rappeler que le terme est avant tout employé par les acteurs) renvoie ici aux disciplines/pratiques/discours qui évoquent l’existence de faits non admis par le savoir scientifique académique (ovnis, phénomènes parapsychologiques, influence des astres sur notre vie, etc), les débats autour de théories « alternatives » sur l’histoire de l’humanité (Atlantide, théorie des « anciens astronautes », théories du complot sur les ovnis, etc), et/ou certains débats à propos de questions technologiques et scientifiques (influences des lignes à haute tension, dangerosité des téléphones portables, etc) qui suscitent rumeurs et défiance des citoyens à l’égard de certains discours scientifiques et des experts. Sont inclus également dans ce terme ce que les sociologues des sciences de langue anglaise appellent « scientific anomalies » (anomalies scientifiques, qui vont de la foudre en boule jusqu’aux soucoupes volantes en passant par le Yéti).

Certains de ces faits, débats et théories (Atlantide, sciences psychiques, astrologie etc) sont apparus (ou réapparus) au 19e siècle, alors que d’autres (ovni, occult revival etc) se sont développées plus récemment (après la 2e guerre mondiale notamment ou au cours des années soixante). Ils connaissent une diffusion importante depuis l’apparition d’internet et fournissent d’autres scénarios pour l’interprétation de la réalité à beaucoup de nos contemporains.

Je propose le terme Pulp Sciences au lieu de parascience. Pulp Sciences est moins péjoratif et surtout il permet d’insister sur la nécessité d’une description des conditions matérielles liées à l’apparition et l’évolution des « parasciences », le terme pulp renvoyant au type de papier qui sert à imprimer des revues de sciences populaires et/ou marginales et plus généralement aux publications populaires, depuis les livrets de colportages des 17e-18e siècles (souvent remplis de monstres, prodiges célestes et d’événements extraordinaires) jusqu’aux « pulps » de science-fiction publiés aux Etats-Unis à partir des années 1920 où beaucoup de thèmes liés aux parasciences (extraterrestres, continents disparus, pouvoirs psychiques etc) ont pu être évoqués.

A la différence des nombreuses études publiées en français sur ces sujets, études qui adoptent une approche critique ou qui cantonnent ces sujets au domaine des croyances religieuses (études sur les sectes etc) ou des discours politiques extrémistes (théories du complot), ce carnet propose d’aborder les « parasciences » par une autre voie, en s’inspirant des travaux produits dans le domaine de l’histoire et de la sociologie des sciences (science studies) de langue anglaise et de certains travaux publiés en France (par exemple l’étude pionnière de Jeanne Favret-Saada sur la sorcellerie dans les campagnes ou les travaux plus récents d’Elisabeth Claverie sur les apparitions de la Vierge). Favret-Saada a montré qu’on pouvait étudier des « croyances » actuelles, occidentales avec le même soin, la même « neutralité » qu’on met à étudier les croyances médiévales ou non occidentales. Et dans le sillage des sciences studies des années 1970, un certain nombre de sociologues des sciences de langue anglaise se sont intéressés à ce qu’ils ont appelé les « rejected knowledges », leur consacrant des études dont certaines sont devenues des classiques (étude de Ron Westrum sur les météorites ou les ovnis, de Harry Collins et Trevor Pinch sur la parapsychologie, anthologie sur les savoirs « on the margins of science » publiée par Roy Wallis, la revue Zetetic Scholar publiée par Marcello Truzzi, etc). Au même moment, les historiens des sciences anglais et américains remettaient en question la vision traditionnelle de la Révolution scientifique (décrivant l’émergence de la rationalité et la liquidation des vieilles sciences occultes, astrologie, alchimie notamment) pour montrer que l’apparition de la pratique expérimentale aux époques de Galilée, Boyle et Newton ne s’est pas accompagnée, comme on l’a longtemps cru, de la disparition de la philosophie occulte. Pour ne citer que ces seuls exemples, Galilée ou Kepler établissaient des horoscopes et Newton, on le sait depuis les travaux pionniers de Betty Jo Teeter Dobbs, était aussi un alchimiste, ce qui remet en question les catégories que nous utilisons souvent pour départager les vraies et les fausses sciences. Il est donc impossible de dresser une ligne de démarcation claire entre la science telle que nous l’entendons et les sciences occultes aux 17e et 18e siècles. Par ailleurs, ces historiens et sociologues des sciences ont renouvelé notre vision de l’histoire de la pratique scientifique (étude sur l’invention de la pratique expérimentale par Steven Shapin et Simon Schaffer, étude sur l’histoire de la notion d’objectivité par Peter Galison et Lorraine Daston, etc).

La difficulté à tracer encore de nos jours une frontière claire entre les savoirs acceptés et les savoirs rejetés (voir les débats sur l’hypnose, sur l’acupuncture ou sur la place de la parapsychologie, enseignée et pratiquée dans des universités étrangères mais pas en France) et/ou l’intérêt témoigné par des scientifiques reconnus pour des questions aux marges des sciences (Yves Rocard et la sourcellerie, Olivier Costa de Beauregard et la parapsychologie, etc) montre que les problèmes soulevés par les historiens des sciences demeurent d’actualité même si le contexte scientifique a évolué. Ces travaux de sociologues ou d’historiens anglais et américains, encore peu connus en France (malgré l’existence d’une filière lancée en France au tout début des années 1980 par Michel Callon et Bruno Latour), ne peuvent être plus longtemps ignorés et ils nous obligent à aborder autrement la question des « pseudosciences » actuelles. Au lieu de dire quels discours/pratiques/savoirs sont marginaux et lesquels ne le sont pas, au lieu de qualifier ces disciplines de « croyances », ce carnet propose de décrire les façons dont les différents acteurs engagés dans des controverses sur ces « parasciences » non seulement discutent ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas mais redéfinissent aussi et sans cesse les critères de la preuve, de l’objectivité, de la rationalité — et même les catégories de la croyance ! Il s’agit donc de proposer de lancer un programme de recherche « symétrique » (pour reprendre l’expression forgée par le sociologue des sciences anglais David Bloor et redéfinie par Michel Callon) sur l’étude des controverses autour des « parasciences ».

Pourquoi avoir associé l’expression « Pluralité des mondes » à celle de Pulp Sciences? Parce les travaux sociologiques et historiques accumulés jusqu’ici montrent qu’il existe souvent au moins autant de différences entre ces différentes « parasciences » qu’entre ces parasciences et les sciences « normales », et qu’elles illustrent donc l’existence, à côté des mondes « normaux » que nous fréquentons quotidiennement (politique, économie, sciences, vie publique, etc), une galaxie d’autres mondes qui proposent des visions et scénarios alternatifs pour interpréter la réalité (sans que la frontière avec le monde quotidien soit d’ailleurs toujours très claire — par exemple, nous passons la majeure partie de nos journées à appréhender le réel grâce au régime de la rumeur). Par ailleurs, cette expression de Pluralité des mondes me semble coller assez bien à la diversité des êtres dont ces parasciences affirment ou supposent l’existence (extraterrestres, entités surnaturelles, animaux inconnus, pouvoirs de l’esprit, univers parallèles, etc)]