Kenneth Arnold: récit d’une enquête historique et ethnographique aux Etats-Unis sur l’origine des soucoupes volantes (1987-1988)

En 1987 et 1988, j’ai effectué deux séjours aux Etats-Unis pour réunir des informations et de la documentation dans le cadre d’une enquête sur les circonstances au cours desquelles les soucoupes volantes (flying saucers) ont été « inventées ». Quelques souvenirs agrémentés de photos (toutes les photos sont © Pierre Lagrange).

ENQUÊTER SUR L’ORIGINE DES SOUCOUPES

Pourquoi cette enquête? Au milieu des années 1980, j’ai entamé des études dans le cadre d’enseignements de sociologie des sciences donné par Bruno Latour à l’Ecole des mines et de sociologie pragmatique délivré par Luc Boltanski à l’EHESS, Inspiré par les travaux de sociologues des sciences comme Ron Wesetrum ou Harry Collins et Trevor Pinch sur les controverses autour des « anomalies scientifiques » et des « sciences extraordinaires », j’ai proposé de me pencher sur les façons dont se construisaient les débats, les argumentations autour de phénomènes qualifiés de « croyances », de phénomènes « irrationnels » et j’ai décidé de me concentrer sur le thème des des ovnis. Parmi les différentes pistes que j’ai alors commencé à explorer, j’ai découvert qu’on ne savait rien de sûr sur les circonstances au cours desquelles l’histoire des soucoupes avait débuté en 1947. Des acteurs très différents — journalistes, militaires, agents du FBI, astronomes, physiciens, etc — avaient participé aux premiers débats sur l’existence, et surtout sur l’inexistence, des ovnis. Mais les versions des faits qui circulaient n’étaient la plupart du temps pas correctement sourcées et donnaient l’impression d’une rumeur plus que d’un fait historique (comme nous le verrons plus loin, ça n’a pas tellement changé).

En 1985, j’avais lu un article de l’ufologue américain John Keel qui proposait une version très différente de celles qui circulaient alors sur l’origine des ovnis (il mettait en cause le rédacteur en chef d’un pulp de science-fiction, Ray Palmer) et Bertrand Méheust m’avait communiqué le numéro d’octobre 1947 d’Amazing Stories, le pulp que dirigeait Palmer. Il l’avait découvert dans une librairie à New York dans une pile de vieux Amazing. C’était le premier numéro qui évoquait les soucoupes m’avait-il précisé.

J’avais donc réuni, avec l’aide de plusieurs ufologues érudits, les quelques documents disponibles qui se trouvaient au plus proche des faits, soit qu’ils aient été écrits par des acteurs des événements, comme le livre de Kenneth Arnold publié en 1952, ou par des ufologues qui avaient enquêté sur certains aspects de ces événements, comme Ted Bloecher, auteur d’un rapport sur la vague de 1947 publié en 1967 ou Loren Gross auteur d’une monographie publiée à compte d’auteur sur la période qui allait de Charles Fort à juillet 1947. En recoupant les informations fournies par ces documents, j’ai reconstitué une toute autre version de l’histoire qui m’a confirmé que les versions qui circulaient étaient probablement totalement fantaisistes. J’ai découvert dans d’autres travaux (notamment une thèse de journalisme soutenue à l’université de Northwestern au début des années 1970) des documents clés (dont les auteurs n’avaient pas conscience de l’importance). Ainsi dans la thèse évoquée à l’instant, l’auteur citait le texte d’une vieille dépêche de presse de 1947. Ce qu’il ne soupçonnait pas, parce qu’il avait cru le récit canonique qui circulait, c’est que cette dépêche était probablement la toute première jamais diffusée sur l’observation d’Arnold. En continuant mes recherches je découvris que c’était Arnold qui était allé trouver les journalistes le lendemain de son observation et non que ces journalistes l’attendaient à se descente d’avion le jour précédent.

A l’aide de tous ces éléments je rédigeai un premier texte que je soumis à mes professeurs et collègues lors d’un séminaire du Centre de Sociologie de l’Innovation à l’Ecole des mines en décembre 1986.

Télécharger le texte en pdf.

Les responsables du CSI accueillirent avec intérêt mon travail et décidèrent de m’envoyer aux Etats-Unis en 1987 pour participer à un congrès ufologique important et pour réaliser un premier repérage et prendre les contacts nécessaires pour y retourner en 1988 afin de réaliser cette fois une longue enquête auprès des acteurs des événements que je devais donc retrouver.

LE VOYAGE DE 1987

J’ai tout d’abord participé fin juin 1987 au congrès du MUFON (Mutual UFO Network), l’un des principaux groupes ufologiques américains qui organise chaque année dans une ville différente des Etats-Unis un colloque où se retrouve une partie des enquêteurs ovnis.

J’ai ensuite passé quelques jours à Princeton ce qui m’a permis de me rendre à New York pour rencontrer un certain nombre de figures historiques de l’ufologie, du « soucoupisme » (saucerian en américain) et du paranormal (notamment John Keel).

Voici une photo prise lors de ma rencontre avec John Keel (photo prise par Timothy Green Beckley, un ufologue qui prend souvent le surnom de Mr. UFO et qui publie des magazines et des ouvrages remplis de révélations sur les contacts cachés avec les extraterrestres et sur les bases souterraines réparties dans le sous-sol des Etats-Unis où ces contacts ont lieu).

Keel&Lagrange1987

En compagnie de John A. Keel (à droite) devant la grande poste de Manhattan en 1987.

Un détail amusant: au téléphone, Keel m’avait demandé comment nous pourrions faire pour nous reconnaître. J’avais vu des photos de Keel mais elles étaient un peu anciennes, et lui ne savait pas à quoi je ressemblais. Je lui expliquais que je porterais un jean’s, des tennis et une chemise bleue. « Bref, comme la moitié des habitants de New York! » me répondit Keel. J’ajoutais alors: « Oui, mais moi je serai en train de lire de vieux Amazing Stories et Wonder Stories des années 1930. — Là, je devrais vous reconnaître, remarqua Keel. »

Ces vieux Amazing et Wonder Stories, je les avais achetés la veille dans un étonnant bookstore de Manhattan. Je ne me souviens plus comment j’avais trouvé l’adresse mais arrivé sur place j’avais dû descendre un escalier qui menait en sous-sol. Et là, j’avais débarqué dans un endroit stupéfiant, un hangar souterrain — comme en rêvent les amateurs de la Zone 51 — rempli de montagnes de magazines. Des piles et des piles (je devrais plutôt dire des terrils) de magazines à perte de vue. Et près de l’escalier, entouré d’autres piles de magazines, un homme assis derrière un petit bureau. Je lui avais expliqué que je cherchais de vieux pulps de SF et il m’avait indiqué quelques piles. Des piles de vieux pulps. J’avais pioché et extrait quelques magazines qui me semblaient intéressants. Malheureusement  j’avais peu de temps car j’aurais pu passer des jours à fouiller cette « base souterrainne » remplie de pulps.

PRÉPARER L’ENQUÊTE DE 1988

Rentré en France, je poursuivis mon enquête par correspondance. Grâce à un ufologue de Portland, Greg Long, qui avait eu la chance de rencontrer Kenneth Arnold avant son décès, je pu retrouver la trace de Bill Bequette, le premier journaliste qui avait interrogé Arnold. Son nom était alors inconnu des auteurs de livres et d’articles sur les ovnis (il suffit de prendre quelques articles et livres datant d’avant 1988 au hasard et de lire ce qu’ils racontent sur Arnold pour s’en convaincre). Seuls Loren Gross et Greg Long avaient réussi à retrouver sa trace mais personne n’était allé l’interroger (Long avait eu un bref entretien téléphonique avec lui). Je lui écrivis et il me confirma que j’étais sur la bonne piste, que la dépêche que je soupçonnais être la première et que je lui avais communiqué ressemblait beaucoup à celle qu’il se souvenait avoir écrite. Et il confirma le scénario des faits que j’avais reconstitué.

Entre temps, le texte que j’avais rédigé en décembre 1986 fut publié dans un ouvrage publié en Angleterre et aux Etats-Unis qui connut une large diffusion. L’ouvrage avait été co-dirigé par un ufologue anglais très respecté, Hilary Evans, ses différents chapitres rédigés par des ufologues considérés comme très sérieux, et j’étais présenté comme un « sociologue de l’université de Paris » (hmm), ce texte s’imposa et servit par la suite, directement ou indirectement, de source à beaucoup d’auteurs.

Télécharger le chapitre en pdf.

En quelques années, la version des événements que j’avais proposée se retrouva dans un nombre sans cesse croissant d’articles et de livres. Le petit détail auquel je n’avais pas pensé en rédigeant mon texte, c’est que ses lecteurs n’iraient pas imaginer que ce texte était le résultat d’une enquête orginale. Comme je n’avais pas précisé ce détail dans le texte, et que j’étais français, la plupart supposèrent probablement que j’avais jute repris une version proposée sans doute par d’autres auteurs avant moi, des enquêteurs américains qui avaient dû faire l’enquête et découvrir ces éléments. Un historien de l’ufologie américain très connu, Jerome Clark, qui m’avait aidé dans mon enquête, savait lui qu’il s’agissait bien du résultat de mon enquête sur place. Il reprit mon travail dans une encyclopédie qu’il consacra aux ovnis, ce qui assura une diffusion encore plus large à ma version des faits. Evidemment, à force de se recopier les uns les autres, la plupart de ces auteurs reproduisirent le phénomène qui s’était produit pour les versions précédentes de l’histoire d’Arnold: ils oublièrent d’où venait cette version des faits qui devint à son tour une espèce de rumeur et certains introduisirent des détails qui s’écartaient de la réalité. Mais cette version s’imposa néanmoins. Aujourd’hui, elle est toujours citée par les auteurs d’articles et de livres qui sont pour la plupart d’entre eux bien en peine de citer leurs sources ou de justifier les détails qu’ils livrent. (1)

LE VOYAGE DE 1988

En 1988, mon voyage — soigneusement préparé: j’avais pris contact avec la plupart des personnes que je souhaitais rencontrer et j’avais établi un programme assez précis de ce que je voulais faire sur place — s’est étalé sur plus de deux mois. J’ai fait le tour des Etats-Unis pour rencontrer un nombre encore plus grands d’acteurs ou de témoins des événements de 1947. Ci-dessous quatre pages de mon carnet de route.

 CarnetUSA1988-detail

CarnetUSA-1988-detail2

Les Etats-Unis subissaient en 1988 le contre-coups de la vague d’intérêt qu’avait suscité le livre de Withley Strieber l’année précédente, comme on peut en juger sur cette photo de la vitrine d’une librairie qui présente la couverture du second livre de Strieber, Transformation, qui venait de sortir (photo prise à Las Vegas).

cropped-Transformation-Strieber-086.jpg

Le second récit de Whitley Strieber, Transformation, en vitrine d’une librairie de Las Vegas en août 1988.

 Dans le nord du Wisconsin, j’ai passé plusieurs jours à m’entretenir avec Marjorie Palmer, l’épouse de Ray Palmer (1910-1977) qui m’a permis de consulter la documentation de son mari, d’en copier une partie.

 AmzContentDec44-0043

Un carton (type carton à bouteilles d’eau) contenait notamment les premières lettres, quelques centaines, reçues à la suite de la publication des premiers textes de Shaver (ci-dessous, un extrait d’une de ces lettres).

Image-lettreGaddis-12FEb45

Sur place, j’ai aussi pu visiter l’immeuble qui abritait les Palmer Publications.

PalmerPubl076

Immeuble où j’ai pu photographier le bureau de Ray Palmer (en fait, on m’a expliqué que, au moment des bouclages, il travaillait surtout à un autre bureau d’aspect plus quelconque, que j’ai aussi photographié. Comment: ça n’a aucun intérêt! Il est magnifique ce bureau!).

PalmerDesk-029

C’est là que j’ai fait l’une des découvertes les plus importantes de mon enquête: un disque sur lequel était gravé le tout premier entretien de Kenneth Arnold diffusé sur une petite radio locale, KWRC, à Pendleton dans l’Oregon le 26 juin 1947. Comme ce document est maintenant disponible sur internet et que beaucoup sont persuadés qu’il a toujours fait partie des « archives de l’ufologie », je tiens à préciser qu’avant que je le découvre au fonds d’une boite contenant des papiers de Ray Palmer, personne (à part le fils Palmer qui en gardait un vague souvenir et m’a guidé dans les archives de son père) ne soupçonnait l’existence de ce document.

J’avais interrogé des historiens des médias et les ufologues les mieux documentés (Jerome Clark, George M. Eberhart etc) pour leur demander s’ils avaient jamais entendu parler d’un enregistrement sonore d’Arnold datant des jours qui avaient suivi son observation historique et leur réponse était unanime: rien ! Il n’existait rien de tel et il y avait peu de chances qu’un tel document ait même jamais existé car personne n’avait fin juin 1947 encore suffisamment de recul pour supposer que les flying saucers s’installeraient de façon durable dans la mémoire collective. Donc l’idée de commencer à conserver des entretiens n’avait encore effleuré personne.

Pourtant j’étais d’un avis différent. Je pensais au contraire qu’il y avait quelques acteurs de l’époque pour qui ces sujets étaient déjà importants, même quelques jours après le début de l' »invasion ». Et parmi ces acteurs, il y avait Kenneth Arnold lui-même qui était persuadé d’avoir observé quelque chose d’important. Je savais par le rapport qu’il avait adressé aux enquêteurs militaires à Wright Field près de Dayton, Ohio, qu’il avait répondu à de nombreux journalistes et même qu’il avait été interviewé au moins deux fois à la radio. Je supposais qu’il aurait pu essayer de conserver une trace de ces entretiens. J’avais raison: lors de son entretien avec Ted Smith de United Press sur les ondes de la station KWRC de Pendleton le 26 juin 1947 — deux jours après son observation — Arnold avait apparemment demandé si on pouvait lui fournir un enregistrement de l’émission. La station avait gravé un disque avec l’entretien.

Voici l’étiquette d’une des faces du disque avec le tampon de la radio: « KWRC, Pendleton, Oregon ».

Arnold-KWRC-Intw-26June1947-A

 Et voici l’autre face avec la mention manuscrite du nom de l’interviewé, « Kenneth Arnold », de l’émission, « 12:15 NEWS », de la date, « 6/26/47 », et du copyright « Not to be used publically without permission of KWRC ».

Arnold-KWRCintw-26June1947-B

Arnold a semble-t-il par la suite envoyé ce disque à Ray Palmer à une date que j’ignore. Et ce document a été oublié (Doris Arnold n’en conservait aucun souvenir, c’est moi qui le lui ai fait écouter quelques semaines plus tard lorsque je l’ai rencontrée à Meridian, près de Boise, Idaho) [voir l’article consacré à ce document dans ce carnet de recherche].

De retour à Chicago, je suis parti en compagnie de George Eberhart, Richard Heiden, Bill Ramseyer et Don Schmitt pour le congrès du MUFON qui se tenait cette année à Lincoln dans le Nebraska.

Sur la photo ci-dessous, on peut voir l’artiste et ufologue new-yorkais Budd Hopkins pendant son exposé (dans l’ombre à gauche, on reconnaît, de droite à gauche, Jerome Clark, David Jacobs et Bruce Maccabee).

MUFON-Hopkins129

Pendant mon séjour à Pendleton pour m’entretenir avec les journalistes de l’East Oregonian et de la station de radio KUMA (l’ancienne KWRC), avec le personnel de l’aérodrome où Arnold s’était posé après sont observation, j’ai fait un saut à Kennewick, dans l’Etat de Washington, pour rencontrer — enfin! — Bill Bequette, l’un de ceux par qui tout a commencé.

Bequette-1-96

William C. Bequette, le journaliste de l’East Oregonian qui a rédigé la toute première dépêche de presse sur ce qui allait devenir les « soucoupes volantes ». Chez lui à Kennewick (Washington) en 1988.

A Hollywood, j’ai passé une semaine à fouiller l’incroyable documentation de Forrest J Ackerman, l’une des grandes figures du fandom américain (le domaine des fans de la science-fiction).

Sur la photo que l’on peut voir ci-dessous, Forrest Ackerman est à son bureau en train de me dédicacer quelques ouvrages, entourés de documents et de photos qui récapitulent une partie de l’histoire de la science-fiction et du fantastique (photos de Bela Lugosi, du robot de Metropolis, dont une réplique se trouve à quelques mètres de là, etc).

Ackerman-090

Forrest J Ackerman chez lui en 1988 au milieu de sa collection consacrée à la science-fiction.

Le rez-de-chaussée de la maison d’Ackerman, appelée Ackermansion, était rempli de posters de cinéma, de photos, de maquettes de films anciens ou plus récents. Partout des soucoupes, des dinosaures (ceux de Willis O’Brien ou de Ray Harryhausen), des ray-guns (celui de la série télévisée Les Envahisseurs ou d’autres), des masques de monstres et d’extraterrestres (notamment un des masques portés par les enfants qui étaient figurants dans la scène finale de Rencontres du 3e type — ci-dessous. Tout le monde aura reconnu, derrière, la tête de l’un des Survivants de l’infini !).

Ackerman-CE3K-097

Un des masques utilisé pour la scène finale de Rencontres du 3e type de Steven Spielberg, 1978, appartenant à la collection de Forrest J Ackerman.

Une des maquettes de soucoupes réalisée pour le film The War of the Worlds, de Byron Haskin (1953).

Ackerman-Saucer107

Une des maquettes de soucoupes utilisée pour le film The War of the Worlds (1953). Devant, on reconnaît une statuette de Vampirella, héroïne imaginée par Forrest J Ackerman.

Ou encore la maquette de Ray Harryhausen utilisée dans le film Earth vs. the Flying Saucers, 1956, peu avant qu’elle ne pilonne le Capitole).

Ackermansion-EarthvsFS-1

Maquette utilisée pour une scène de Earth vs. The Flying Saucers (1956).

Quelques ray-guns en haut d’une étagère remplie de vieux Argosy et autres pulps de science-fiction (et ce qui est sans doute un souvenir ou une distinction attribuée à Forrest « Forry » Ackerman: 4E = Forry).

InvadersGun

Pour mon propos, la collection de Forrest Ackerman contenait surtout quelques uns des tout premiers fanzines de SF de l’histoire. Notamment The Time Traveler dont voici la Une du tout premier numéro (les spécialistes n’auront pas manqué de noter que le deuxième prénom de Ackerman, J, s’écrivait encore suivi d’un « . » comme s’il s’agissait de l’initiale d’un second prénom — car tout le monde sait, ou devrait savoir, que Forrest J Ackerman s’écrit sans « . »).

 TimeTravelerVol1No1

Ou encore la collection de Fantasy Magazine, autre fanzine de SF réalisé par l’équipe d’amis que formaient Ackerman, Julius Schwartz (futur editor de Superman et de The Atom, entre autres), Mort Weisinger (autre futur editor de Superman chez DC Comics) et bien sûr Ray Palmer.

FantasyContentMar34

D’ailleurs, pendant la semaine que je passais à explorer les archives d’Ackerman, Julius Schwartz lui rendit visite, ce qui me donna l’occasion d’échanger avec lui quelques mots à propos de son vieil ami Ray Palmer.

A Los Angeles, j’ai aussi passé plusieurs jours à m’entretenir avec William L. Moore, l’un des inventeurs présumés du fameux Majestic 12, le groupe ultra secret mis en place par Truman en 1947 après le crash de Roswell, dont Moore avait révélé l’existence lors du congrès du MUFON auquel j’avais assisté en 1987.

En Floride, j’ai pu rencontrer un des grands acteurs de la vague de soucoupes de l’été 1947, le capitaine E.J. Smith, pilote chez United Airlines et témoin d’une des plus importantes observations d’objets mystérieux depuis l’avion qu’il pilotait le 4 juillet 1947.

Smith-CaptainEJ-1988-reduit

Le capitaine E.J. Smith en 1988.

Peu après son observation, le capitaine Smith était devenu ami avec Kenneth Arnold. Il participa, fin juillet et début août 1947, à l’enquête sur l’affaire de l’île Maury, au cours de laquelle des prétendus débris largués par une soucoupe volante avaient été récupérés, et aussi au cours de laquelle deux enquêteurs de la base de Hamilton Field trouvèrent la mort dans le crash accidentel de leur avion qui les ramenaient à leur base après avoir rencontré les témoins ainsi que Arnold et Smith.

COMMENT RÉ-ÉCRIRE L’HISTOIRE DES SOUCOUPES VOLANTES

Une fois rentré en France je me retrouvais face à une masse de documentation réellement colossale (j’avais envoyé par la poste les documents que je dénichais au fur et à mesure et lorsque je revins au CSI, je découvris un véritable terril de paquets que mes collègues avaient entassé dans une pièce. Comme ils me le dirent à mon retour, ces envois les avaient rassuré sur la bonne progression de mon enquête…). J’entrepris de rédiger une version plus développée de mon article de 1986. Mais mon directeur de recherche, Bruno Latour, ne fut pas convaincu. je livrais une foultitude de détails supplémentaires mais qui ne faisaient pas progresser l’analyse d’un pouce. Luc Boltanski qui était mon directeur de recherche à l’EHESS dans le cadre de la préparation de mon diplôme m’invita à présenter mon enquête lors d’un séminaire. A la fin, même problème, je fus incapable de dégager une analyse intéressante de cette histoire hyper détaillée de l’aventure d’Arnold. En fait, j’avais juste réussi à accumuler tellement de détails nouveaux que j’avais fini par me noyer dedans. Je connaissais le moindre détail de la vie d’Arnold, de l’histoire des soucoupes etc, mais j’avais beaucoup de mal à organiser cette masse de données de façon à construire une analyse socio-historique cohérente qui nous apprenne quelque chose de neuf par rapport à tout ce qui avait déjà pu être dit sur la « sociologie de la croyance aux ovnis ». Il me fallu deux ans pour parvenir à réaliser une première synthèse de ce matériau qui permettait de proposer un début de sociologie symétrique des ovnis. En 1990 je présentais un mémoire sous la direction de Luc Boltanski qui fut évalué par Louis Marin et Elisabeth Claverie et qui obtint la « recommandation de publication » (une sorte de mention). La même année, je tirai deux articles de ce mémoire. Le premier fut publié en mai 1990 dans un numéro de la revue d’ethnologie Terrain dans le cadre d’un numéro sur « l’incroyable et ses preuves ».

Télécharger l’article de Terrain en pdf.

L’autre fut accueilli par Jean-Bruno Renard et Véronique Campion-Vincent dans un dossier sur les « rumeurs et légendes contemporaines » préparé dans le cadre de la revue Communication publié en octobre 1990.

Télécharger l’article de Communication en pdf.

Le dossier de Terrain attira l’attention de Hervé Ponchelet, journaliste au Point où il dirigeait le service sciences. Il s’intéressa notamment à mon enquête et vint me voir. Intéressé et amusé par le récit de mon enquête aux Etats-Unis sur les traces des soucoupes, il consacra une pleine page à décrire mes périgrinations.

Télécharger l’article du Point en pdf.

L’article se retrouva certainement dans toutes les archives de presse des journaux et magazines car, à partir de ce moment, les articles publiés sur ce sujet commencèrent à reprendre systématiquement la version de l’histoire des soucoupes que j’avais reconstituée. Peu à peu, comme cela était en train de se passer avec la chapitre publié en 1988 dans l’ouvrage anglais et repris par les auteurs américains de livres sur les ovnis, la version popularisée par cet article de Hervé Ponchelet s’imposa et finit par faire partie d’une sorte de mémoire collective sur les soucoupes, tant et si bien que la plupart de ceux qui reprennent cette histoire aujourd’hui ne savent plus d’où elle provient.

A suivre…

 

NOTES

(1) J’ai eu la surprise au début de l’été 2016 d’être invité à participer à l’émission Arrêt sur image de Daniel Schneiderman diffusée sur internet et de me retrouver confronté à un « zététicien » qui avait été invité à cause de la « reconstitution des événements de 1947 » qu’il avait donnée dans une vidéo sur internet. Médusé, je vis Daniel Scheiderman féliciter ce vidéaste pour ce qu’il considérait visiblement comme un « travail d’enquête remarquable » et ce dernier, qui savait pourtant parfaitement à qui il devait les informations qu’il avait reprises, réagit sans se démonter en expliquant comment il avait eu à coeur de « remonter aux sources ». Lorsque Daniel Scheiderman finit par me donner la parole (je découvris alors que j’avais été invité pour expliquer, « en tant que sociologue, comment rendre compte de ce genre de construction médiatique ») je pu expliquer que j’étais en fait l’auteur de l’enquête qui avait permi à l’autre invité de faire preuve de ses qualités d’enquêteur critique « remontant à la source des faits ». Les responsables de l’émission avaient juste oublié de remonter à la source eux aussi, en l’occurence de parcourir la liste de mes publications (pourtant aisément disponible) jusqu’à mes articles consacrés à l’enquête sur la vague de 1947… Je tiens à préciser que ce qui m’a le plus gêné n’est pas que l’autre invité reprenne les détails de mon enquête, je l’avais réalisée dans ce but, mais qu’il en livre une version tellement tendancieuse qu’elle finissait par être parfaitement fantaisiste. Les médias étaient quasiment accusés d’avoir montée une sorte de conspiration pour faire avaler au public l’existence de soucoupes volantes évidemment parfaitement illusoires. Tous mes efforts consistant précisément à montrer comment se construisent les arguments, les preuves, les accusations de crédulité, d’irrationalité, ainsi que la plupart des détails précis sur le contexte, étaient passés à la trappe de la « science zététicienne ». Lorsque Daniel Schneiderman essayait d’obtenir de l’auteur de la vidéo des détails précis sur l’histoire de la vague de 1947, ce dernier qui ne maîtrisait absolument pas le dossier, essayait constamment de dévier sur d’autres sujets qui n’avaient souvent rien à voir avec le propos de l’émission. Le reste du temps, il accumulait détails inexacts sur les événements, contre-vérités sur le rôle du contexte (ah, cette fameuse influence du contexte de la guerre froide…) et étalait une ignorance assez spectaculaire de l’histoire des sciences.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *