Les trois paradigmes qui ont marqué l’histoire des ovnis

Depuis la publication de La Structure des révolutions scientifiques de l’historien des sciences Thomas Kuhn (1962), le terme de paradigme a été largement utilisé pour décrire l’évolution de l’histoire des sciences et la succession de grands modèles théoriques qui ont à chaque époque englobé et structuré une bonne partie du savoir. Je vais le reprendre ici pour essayer de décrire l’histoire des débats sur les ovnis.

Je pense qu’il y a eu au moins trois grands changements de paradigmes au sein de l’ufologie depuis son apparition au début des années 1950 qui ont été déterminants.

La mythologie de l’audace accrue

Le premier est lié aux atterrissages (1). Au départ, c’est à dire au cours des années qui suivent les premières observations de « soucoupes volantes » en 1947, les observations d’ovnis décrivent essentiellement des phénomènes observés dans le ciel. Les témoins ne font pas état d’aterrissages.  Ou du moins c’est l’impression que donne la consultation de la littérature des années 1950 car il semble que des observations d’ovnis au sol ou près du sol ont été rapportées dès 1947 sans qu’on leur accorde d’attention. A la fin de 1949, des rumeurs ont commencé à circuler à propos d’atterrissages ou de crashs de soucoupes dans les déserts du Sud des Etats-Unis mais elles sont souvent été écartées comme rumeurs et/ou canulars.

A partir de 1952, des récits d’observations de soucoupes au sol et de créatures qui semblent y être associées commencent à être rapportées. C’est notamment l’affaire de Flatwood qui va faire connaître ce genre de récit. Et évidemment, il y a l’importante vague d’observations de soucoupes au-dessus de la France à l’automne 1954 qui surprend même les enquêteurs américains en raison du nombre de récits d’atterrissages évoqués par la presse. L’astronome J. Allen Hynek, consultant pour l’US Air Force entre 1948 et 1969, viendra même en France en 1958 rencontrer Aimé Michel, l’un des plus célèbres spécialiste français des ovnis, pour vérifier si ces histoires sont une réalité. Mais il faudra attendre le cas de Socorro en 1964 (où un policier, Lonnie Zamora, observe un objet allongé posé au sol et deux « pilotes » à proximité), pour que ce même Hynek commence à prendre ces histoires au sérieux.

Socorro-Look-1967

Article sur l’affaire de Socorro extrait du numéro spécial du magazine Look consacré aux soucoupes volantes en 1967.

Ce dossier des atterrissages a opposé pendant de nombreuses années deux factions au sein de l’ufologie « mainstream », représentées notamment par le NICAP (National Investigation Committee on Aerial Phenomena) et par l’APRO (Aerial Phenomena Research Organization), les deux plus importants groupes d’études des ovnis des années 1950 et 1960. Le NICAP rejetait les atterrissages alors que l’APRO les acceptait. Même si certains membres influents du NICAP ont rapidement évolué par rapport aux atterrissages (comme Ted Bloecher, Leonard Stringfield ou Isabel Davis), les leaders comme Donald Keyhoe, qui avait contribué à populariser depuis le début des années 1950 la thèse de l’origine interplanétaire des soucoupes, ont freiné des quatre fers pendant longtemps. Accepter les cas d’atterrissages impliquait en effet pour des enquêteurs comme Keyhoe d’accepter (ou au moins de prendre en considération) les récits faits par certains témoins comme George Adamski à propos de rencontres avec des Vénusiens et autres pilotes de soucoupes que ces mêmes enquêteurs tenaient pour des fables. Afin de se sortir de cette situation délicate, d’autres enquêteurs, notamment Ted Bloecher et Isabel Davis, du CSI de New York (le Civilian Saucer Intelligence), ont commencé à opérer une distinction entre les atterrissages (landings) et les contacts. Selon eux, les témoins de landings et de contacts n’avaient rien en commun. Les premiers étaient des témoins en tous points semblables à ceux des observations d’ovnis dans le ciel, surpris et parfois même traumatisés par leurs observations, alors que les seconds étaient des personnes intéressés par l’occulte et qui recherchaient activement une forme de contact avec la forme d’intelligence censée être à l’origine des soucoupes. C’est au cours de la décennie qui s’est étalée entre 1958, année de parution du livre d’Aimé Michel Mystérieux objets célestes (qui rendait compte de la vague d’apparitions de l’automne 1954), et 1969, après la publication de Passport to Magonia, un livre de Jacques Vallée (qui établissait un lien entre les récits d’atterrissages et des récits issus du folklore), que les atterrissages sont devenus une composante normale de la casuistique ufologique. L’acceptation des atterrissages a conduit à l’acceptation progressive de la notion d’enlèvement (notamment parce que certains grands cas d’atterrissage se sont révélés être également des enlèvements, comme le cas d’Antonio Villas Boas au Brésil en 1957 ou le cas de Betty et Barney Hill en 1961 aux Etats-Unis).

Davis-MeetET-FA-1

Première page d’un article de l’urologue américaine Isabel Davis qui distingue les atterrissages et les contacts. Extrait du pulp de SF Fantastic Universe, novembre 1957.

L’acceptation progressive des atterrissages va avoir plusieurs conséquences. Tout d’abord, les ovnis ne sont plus conçus comme une simple anomalie aérienne, mais bien comme des objets structurés capables de survols et d’atterrissages.  Ensuite, les atterrissages vont généraliser l’idée que les objets vus dans le ciel à une certaine distance, s’ils étaient vus de façon plus rapprochée, apparaîtraient comme les engins structurés décrits dans les atterrissages. Evidemment, dès 1947, les soucoupes volantes sont évoquées comme des machines construites par une puissance terrestre ou par une civilisation extraterrestre. Mais, outre que cette théorie a au départ été évoquée non pour expliquer les soucoupes mais pour s’en moquer (on parle de Men from Mars en 1947 non pas sérieusement mais comme sujet de plaisanterie, les historiens et sociologues qui analysent la « croyance » aux ovnis l’oublient souvent), le lien avec les atterrissages a renforcé cette idée en empêchant d’autres théories, comme celle d’éventuels phénomènes naturels mal connus, de se développer.

La prise en compte des atterrissages va avoir également comme conséquence l’idée que ces engins pourraient être capables éventuellement d’enlever des humains. Accepter les atterrissages comme un élément indissociable du dossier ovni a donc une conséquence importante pour la perception de l’ensemble des phénomènes dits ovnis. Même si on trouve des récits ou des spéculations évoquant la possibilité d’enlèvements d’humains par des ET dans la littérature « soucoupique » des années 1950, c’est au milieu des années 1960 que cette idée devient l’objet d’un débat au sein des groupes ufologiques, à la suite de la révélation de deux observations, celle de Betty et Barney en septembre 1961 dans le New Hampshire et celle d’Antonio Villa Boas dans le Minas Gerais au Brésil en 1957. Ici aussi, les ufologues vont mettre du temps à s’accorder sur la place qu’il convient d’accorder aux récits d’enlèvements. On peut le constater en consultant une célèbre publication du NICAP, The UFO Evidence, un document destiné aux membres du Congrès des Etats-Unis afin de pousser ce dernier à se pencher sur le dossier et de mettre fin à la politique de secret instaurée par l’US Air Force (selon la thèse défendue par Donald Keyhoe). Nous avons vu plus haut que le NICAP a longtemps résisté à l’idée de prendre au sérieux les témoignages d’atterrissages d’ovnis. Mais c’est parce que Betty Hill adresse un courrier à Donald Keyhoe que son témoignage et celui de son mari vont commencer à être étudiés par des ufologues. Et la découverte du contenu des séances d’hypnose réalisées sur les deux témoins, contenu qui révèle que les témoins auraient été conduits à l’intérieur de l’ovni pour y subir un examen, va susciter bien des discussions entre enquêteurs. Lorsque The UFO Evidence est publié, le cas des Hill est évoqué très rapidement à la fin du document (p. 182) mais leur enlèvement est passé sous silence par l’auteur du rapport, Richard Hall.

Avec le recul, on peut comprendre la prudence des porte-parole du NICAP car ces récits d’atterrissages et d’enlèvements vont être à l’origine d’un intense débat parmi le spécialistes des ovnis sur la façon dont il faut appréhender et interpréter l’ensemble du dossier. Alors que pour la plupart des ufologues, la notion d’atterrissage renforce l’idée d’avoir affaire à des engins qui visitent la Terre, elle va susciter une toute autre interprétation de la part d’autres chercheurs. Lorsque Jacques Vallée publie Passport to Magonia: From Folklore to Flying Saucers, en 1969, il s’appuie sur le contenu des récits d’atterrissages et d’enlèvements pour contester l’idée selon laquelle les ovnis pourraient être interprétés comme de simples machines volantes envoyées par des ET. Le contenu des récits d’atterrissages et d’enlèvements révèlent en effet des détails qui lui rappellent le contenu des récits issus du folklore fantastique, l’empêchant de prendre les témoignages au premier degré. Un intense débat va être alimenté pendant de nombreuses années autour de cette idée. Elle conduira même certains ufologues à conclure que les ovnis ne sont peut-être qu’un folklore, un imaginaire adapté à notre époque de science et de technique.

Le paradigme « roswellien »: des preuves indiscutables de l’existence des ovnis sont-elles cachées?

Le deuxième changement de paradigme qui a bouleversé et continue actuellement de bouleverser l’ufologie est lié à l’affaire de Roswell (il est bien résumé dans le film de Roland Emmerich, Independence Day sorti en 1997). Avant 1980, les histoires de crashs étaient considérées par la plupart des ufologues « mainstream » (c’est à dire les ufologues des grands groupes comme le NICAP, l’APRO et désormais le CUFOS, Center for UFO Studies, ou le MUFON, Mutual UFO Network) comme des rumeurs, comme des histoires de l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’homme qui a vu la soucoupe écrasée. Et même si un enquêteur comme Leonard Stringfield a commencé à prendre ces rumeurs au sérieux à la fin des années 1970 (2), ses collègues ne le prenaient pas vraiment au sérieux. Après la révélation de l’affaire de Roswell en 1980, lors de la publication du premier livre sur le sujet co-écrit par l’auteur de best-sellers sur le Triangle des Bermudes Charles Berlitz et par l’ufologue William L. Moore (3), tout va commencer peu à peu à basculer. A partir du moment où les ufologues « mainstream » commencent à accepter l’idée qu’un engin extraterrestre a pu s’écraser et être récupéré par l’armée, donc que le gouvernement connaît la vérité etc, à partir de ce moment-là la frontière qui séparait les ufologues désireux de se baser uniquement sur des faits (c’est à dire pour eux sur des témoignages validés par une enquête sur le terrain) et les amateurs d’ovnis qui acceptent toutes sortes de rumeurs sur l’existence de Men in Black, de complots, de bases souterraines etc, cette frontière s’estompe. A partir du moment où l’affaire de Roswell rend admissible l’idée de crashs d’ovnis, il devient très difficile de ne pas accepter — au moins pour une partie de l’opinion — toute une série d’autres thèses qui semblent aller naturellement avec ce fait: possibilité de retro-engineering, de bases secrètes, voir de pacte avec les ET (car on imagine difficilement que ces ET aient pu laisser leur SV crasher sans chercher d’une façon ou d’une autre à réagir).

Evidemment, lorsqu’on suit des groupes comme le CUFOS par exemple, on voit bien que l’histoire de Roswell n’entraîne pas automatiquement l’adoption de certaines théories du complot qui lui sont aujourd’hui largement associées dans l’opinion. On a affaire avec le CUFOS à des enquêteurs qui, même s’ils acceptent l’idée d’un crash et le fait que l’armée ait pu cacher les faits, sont capables d’introduire tout une série de nuances par rapport à certaines rumeurs de complot, de groupes secrets comme le Majestic-12 rendu célèbre par la série X-Files, de pacte avec les ET etc. Mais face à une machine à communiquer comme internet qui fait circuler à toute vitesse certains discours tout en opérant une certaine simplification des contenus, ces nuances disparaissent — car pour percevoir et comprendre les nuances des analyses de type CUFOS, il faut bien connaître l’ufologie de l’intérieur, savoir ce qu’est une enquête, adhérer à certains principes d’analyse, etc, ce que la plupart des internautes ne savent ou ne désirent pas faire — et il ne reste plus qu’une ossature générale, qu’une structure générale où la notion de crash entraîne dans son sillage un certain nombre d’autres discours un brin paranoïaques. Ce second paradigme permet actuellement à tout un chacun de savoir plus ou moins ce dont il est question lorsque le thème des ovnis est abordé — à savoir que nous avons affaire non seulement à des visites d’extraterrestres mais peut-être même à une présence de ces extraterrestres depuis plusieurs dizaines d’années sur notre sol avec la volonté plus ou moins claire de nos gouvernements.

Comme par ailleurs, au cours des années 2000, un certain nombre d’experts ont émergé au sein des milieux ufologiques en proposant un discours très structuré autour de ces théories d’un complot pour cacher la vérité sur les ovnis, comme l’Américain Richard Dolan, ou comme la nouvelle équipe dirigeante du MUFON aux Etats-Unis (dont les analyses composent la trame d’une série documentaire diffusée depuis 2014 sur plusieurs chaînes télévisées aux Etats-Unis et en France notamment), le discours sur les ovnis a connu une évolution sans précédent pour se rapprocher d’un courant de rumeurs qui se rencontrait dans l’opinion depuis de longues années sans être jusque là validé par des publications capables de présenter tout un appareil de notes de bas de page, de documents et de bibliographies.

Les paléovisites: depuis combien de temps sont-ils ici?

Mais les deux paradigmes évoqués plus haut ne suffisent pas à rendre compte du discours actuel que l’on rencontre sur les ovnis, notamment celui qui s’est développé dans de nombreux documentaires diffusés par certaines chaînes de télévision à la suite de la publication des thèses de certains auteurs considérés comme relativement marginaux et/ou ne relevant pas de l’ufologie par les porte-parole de l’ufologie « mainstream » (celle qui a hérité des grands groupes comme le NICAP ou l’APRO et que l’on trouve dans des groupes comme le CUFOS, le MUFON, le FUFOR). Ce discours s’est enrichi depuis le tournant des années 2000 d’une troisième idée qui est venue englober les deux précédentes pour fournir un paradigme encore plus performant: l’idée que ces extraterrestres ne sont pas seulement présents depuis 1947 mais sans doute depuis bien plus longtemps et peut-être même depuis l’origine de notre civilisation (discours qui est très bien résumé dans un autre film de Roland Emmerich, Stargate sorti en 1994, ainsi que par les différentes séries télévisées auxquelles il a donné lieu).

Dès 1947, on peut lire dans la presse des récits à propos d’observations de « soucoupes volantes » antérieures non seulement de quelques semaines ou quelques mois, mais de plusieurs décennies voire plus. Rapidement en effet, les journalistes découvrent les livres publiés par l’Américain Charles Fort au début du siècle qui rapportaient des observations de phénomènes rappelant les (alors) toutes récentes soucoupes et que leur auteur proposait déjà d’expliquer comme la manifestation d’une forme d’intelligence extraterrestre. Fort allait même plus loin en suggérant que nous étions la propriété de quelqu’un (« I think we’re property ») et si son discours a longtemps fourni le point de départ de récits de science-fiction (notamment dans les années 1930 de récits de Edmond Hamilton, de Erik Frank Russell ou de H.P. Lovecraft) il est devenu au fil des décennies la base d’un discours moins distancié(4).

Tout d’abord les ufologues vont dès le début des années 1950 chercher activement des récits anciens — pré-arnoldiens — d’observations de phénomènes aériens. Mais d’autres enquêteurs, qui ne sont pas systématiquement des ufologues, comme le Français Robert Charroux ou le Suisse Erich von Däniken, vont developper la théorie selon laquelle des extraterrestres civilisateurs sont venus sur Terre depuis l’aube de l’humanité. Malgré la volonté affichée alors par la plupart des ufologues « mainstream » de distinguer l’ufologie et ces théories des « anciens astronautes », certains ufologues vont rapidement associer les deux types de sujets. C’est le cas notamment du Français Guy Tarade qui fait paraître en 1969 dans la célèbre collection « L’Aventure Mystérieuse » chez J’ai Lu un livre titré Soucoupes volantes et civilisations d’outre espace. L’ouvrage relie les ovnis, les observations « pré-arnoldiennes » de phénomènes aériens, et l’interprétation extraterrestre de certains vestiges archéologiques. Cette thèse va être reprise et largement développée, par exemple par un auteur comme Zecharia Sitchin aux Etats-Unis qui va même identifier dans les légendes sumériennes la planète d’origine des extraterrestres civilisateurs (la fameuse planète Nibiru). Lorsque ce discours rencontre celui sur Roswell et la thèse des complots du gouvernement américain pour cacher la vérité, il donne naissance à une nouvelle théorie qui englobe ensemble la théorie des anciens astronautes et la théorie du complot à la suite du crash de Roswell: les extraterrestres sont présents sur Terre depuis bien plus longtemps que nous ne le pensons et ils contrôlent peut-être même nos destinées grâce à des complicités voulues ou subies de la part de nos gouvernants.

JaiLu-Flier-basdef

Dépliant publicitaire des éditions J’ai Lu montrant des livres de la collection « L’aventure mystérieuse » sur les ovnis (Frank Edwards, Jacques Vallée, J. Allen Hynek  et sur les « paléovisites » (Guy Tarade, Jacques Bergier).

Chacun des trois dossiers présentés ici — atterrissages, crashs et passages d’ET dans le passé — a eu toute une série de conséquences sur l’évolution de notre conception des ovnis au cours des soixante-dix dernières années. Désormais, l’idée de la présence dans notre environnement d’extraterrestres est devenue une idée acceptable ou qui est à tout le moins devenue familière à beaucoup de gens. Et l’évolution des moyens de communications — principalement internet et la multiplication de chaînes de télévision — a aussi contribué à répandre cette conception des ovnis qui constitue la culture ufologique commune, que nous partageons tous à des degrés divers.

Notes:

(1) J’ai publié en 1993 dans la revue Ethnologie française un article dans lequel je détaille les débats qui se sont déroulés entre ufologues à propos des atterrissages et de l’importance qu’il convenait de leur accorder. Pierre Lagrange, “ Les extraterrestres rêvent-ils de preuves scientifiques ? ”, Ethnologie française vol. 23, n° 3, septembre 1993, p. 428-458.

(2) Voir son livre Situation Red: The UFO Siege, Garden City, NY, Doubleday, 1977 et son exposé au congrès du MUFON de 1978.

(3) Charles Berlitz & William L. Moore, The Roswell Incident, New York, Grosset & Dunlap, 1980.

(4) L’analyse proposée par l’historien de la SF Sam Moskowitz des relations entre les auteurs de SF des années 1920 comme Edmond Hamilton et Charles Fort ne manque pas d’intérêt. Moskowitz montre que certaines idées attribuées à Fort se trouvaient dans certains récits d’auteurs publiés avec les livres de Fort et dont ce dernier aurait pu avoir eu connaissance. Mieux: une fois les livres de Fort parus, ces mêmes auteurs ont attribué à ce dernier la paternité d’idées qu’ils avaient pourtant avancées avant lui! Voir Sam Moskovitz, Strange Horizons : The Spectrum of Science Fiction, New York, Charles Scribner’s Sons, 1976, p. 218-248 (seul bémol: la charge anti-fortéenne de Moskowitz à la fin de son intéressante analyse, me semble inutile et sans doute un peu excessive. Les animateurs d’une revue comme Fortean Times nous ont appris à considérer Fort avec un certain détachement).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *