Hangar 1: les dossiers ovni (une série de documentaires diffusés sur la chaîne 23)

Depuis le 20 février 2015, la chaîne 23 a entamé la diffusion d’une série de documentaires sur les ovnis produits à l’origine pour la chaîne américaine H2. Intitulés « Hangar 1: les dossiers ovni » (titre original: Hangar 1: The UFO Files), ces documentaires se présentent comme le compte-rendu des enquêtes réalisées par un groupe d’ufologues américains, le MUFON (Mutual UFO Network) qui a entrepris de révéler les secrets et complots à propos de ces mystérieux objets.

Qu’est-ce que cette série documentaire nous apprend sur le débat sur les ovnis et sur le travail des ufologues?

Commençons par essayer de comprendre le titre. Pourquoi avoir titré cette série « Hangar 1 »? Une partie des documentaires est censée être filmée depuis le siège du MUFON, un vaste bâtiment qui abriterait quelques 75 000 dossiers selon les auteurs. D’après le texte de présentation de la série sur le site du MUFON, « le titre est emprunté au vrai Hangar One où les 75000 cas et indices accumulés par le MUFON dans ses archives sont stockés. » (1) Mais le choix de ce nom « Hangar 1 » a probablement été choisi en clin d’oeil à un autre lieu « mythique » de l’histoire de l’ufologie, le « Hangar 18 », un bâtiment qui aurait été localisé au sein de Wright-Patterson Air Force Base, l’une des principales bases de l’armée de l’air américaine localisée dans l’Ohio. Selon les rumeurs qui circulaient dans les années 1970, ce Hangar 18 était censé abriter les corps d’extraterrestres récupérés après des crashs de soucoupes volantes (à noter que ces histoires n’avaient rien à voir avec la très populaire affaire de Roswell, puisque cette affaire n’est apparue qu’en 1980, à la suite de la publication d’un livre intitulé The Roswell Incident, le premier livre qui a fait découvrir cette histoire). Ces rumeurs à propos de crashs d’ovnis et de cadavres détenus en secret par l’air force étaient considérés comme sans fondement par la plupart des ufologues liés aux grandes associations ufologiques américaines comme le NICAP (National Investigation Committee on Aerial Phenomena, fondé en 1956), l’APRO (Aerial Phenomena Research Organisation, voir plus bas) et plus tard, le MUFON ou le CUFOS (Center for UFO Studies, fondé par l’astronome J. Allen Hynek).

Les histoires à propos du Hangar 18 circulaient alors au sein d’un autre réseau de passionnés d’ovnis, qu’on pourrait être tenté de désigner sous le nom de soucoupistes, d’après le nom d’une des principales maison d’édition d’ouvrages consacrés à ces histoires, Saucerian Press fondée par l’Américain Gray Barker (1925-1984). Il faut bien comprendre qu’alors l’ufologie était en gros séparée en trois courants: les ufologues, les soucoupistes et les contactés.

Les ufologues étaient représentés par les grands groupes d’enquêteurs cités un peu plus haut (NICAP etc). Ils étaient soucieux d’enquêter auprès des témoins d’ovnis afin de contribuer à démontrer l’existence d’un phénomène non identifié probablement d’origine extraterrestre. Les soucoupistes enquêtaient aussi sur les observations mais ils prêtaient surtout une oreille attentive à toutes les histoires qui circulaient alors à propos de la présence d’ET parmi nous, des agissements des Men in Black, de recontres secrètes entre le Président Eisenhower et des émissaires ET sur la base de Muroc en 1954, etc. Pour les ufologues, ces soucoupistes n’avaient rien à voir avec des enquêteurs sérieux. Outre Gray Barker, le discours des soucoupistes se rencontrait dans des magazines comme ceux de Ray Palmer, un éditeur de magazines de science-fiction qui s’était tout de suite passionné pour les premiers témoignages de soucoupes en 1947 et qui avait rapidement lancé des magazines consacrés aux soucoupes et au paranormal. On trouvait encore un troisième courant, celui des « contactés », des hommes et des femmes prétendant être en contact suivi avec des extraterrestres qui leur auraient remis un message de paix pour l’humanité. Ces contactés avaient fait leur apparition au début des années 1950. Pour les ufologues, ces contactés posaient, comme les soucoupistes, un sérieux problème car ils contribuaient à ruiner leurs efforts pour tenter d’imposer l’image d’une ufologie sérieuse. Leurs récits hauts en couleur de rencontre avec des Vénusiens et autres Martiens et de voyages en soucoupes volantes vers des bases sur la face cachée de la lune ou ailleurs dans le système solaire retenaient souvent plus l’attention des médias que les enquêtes à vocation scientifique des ufologues. Des liens parfois assez forts unissaient les contactés et les soucoupistes, car les contactés étaient souvent à l’origine d’histoires de Men in Black ou d’autres récits jugés fantaisistes par les ufologues à propos du Hangar 18 ou d’autres secrets détenus par les militaires américains.

Si on peut donc douter de l’existence du Hangar 1 qui sert de décor à une partie des entretiens présentés dans les documentaires, qu’en est-il du MUFON lui-même. Malgré le travail de mise en scène dont il est l’objet, le MUFON existe réellement. C’est un groupe ufologique américain qui a été fondé en 1969 par Walt Andrus (né en 1920), un passionné d’ovnis auparavant membre d’un autre groupe, l’Aerial Phenomena Research Organisation (APRO), un des groupes les plus anciens, fondé en 1952. Au départ, le sigle MUFON signifiait Midwest UFO Network. Basé depuis 1975 dans le Texas, à Seguin, le MUFON publie un bulletin intitulé Skylook, qui prendra le titre de MUFON UFO Journal en juin 1976. Le MUFON met en place dès le départ un réseau d’enquêteurs sur le terrain et se rattache donc clairement à l’ufologie. Peu à peu, le groupe devient l’un des plus importants au monde, justement en raison de son impressionnant réseau d’enquêteurs répartis sur tout le territoire. Le MUFON organise chaque année, vers la fin juin ou le début juillet, un important colloque au cours desquels les principaux spécialistes des ovnis — ceux du MUFON comme ceux d’autres groupes comme le CUFOS par exemple — viennent présenter et discuter leurs travaux.

MUFON-carteLagrange

Pour quelqu’un qui connaît l’histoire du MUFON, les thèmes évoqués dans la série de documentaires diffusés par la chaîne 23 ont de quoi surprendre. On est en effet très loin des sujets qui ont fait la réputation de ce groupe ufologique, et très près des « rumeurs » qui circulaient au sein des milieux « soucoupistes ». Les histoires à propos de bases secrètes où seraient détenus des soucoupes écrasées, des cadavres d’ET, de pactes passés entre le gouvernement américain et ces ET, etc, ont longtemps été ouvertement dénoncées par les ufologues comme autant de rumeurs.

Evidemment, lorsqu’on se penche avec attention sur l’histoire des groupes de passionnés d’ovnis, on constate que la ligne de partage entre les ufologues et les soucoupistes, voire entre les ufologues et les contactés, n’a pas toujours été figée. Certains acteurs, tout particulièrement au début des années 1950, à une époque où les catégories d’ufologues, de soucoupistes et de contactés n’avaient pas encore émergé clairement, affichaient des idées qui étaient difficiles à catégoriser clairement. Plus récemment, la distinction entre les milieux ufologiques « sérieux » et les soucoupistes amateurs de rumeurs sur des bases extraterrestres et des complots autour de la Zone 51 a même été l’objet de discussions parmi les ufologues et notamment d’un débat animé au sein du MUFON à la fin des années 1980. Son directeur et fondateur, Walt Andrus, avait alors proposé à un pilote d’essai, John Lear, fils du constructeur de jets William P. Lear, de devenir le Directeur régional du MUFON pour le Nevada. John Lear venait de débarquer en ufologie avec des histoires étranges à propos de secrets lourds de conséquence entretenus par le gouvernement américain sur les ovnis qui avaient suscité un certain scepticisme chez les ufologues. Apprenant avec stupeur la nomination de Lear, une partie des membres influents du MUFON ont vivement protesté, estimant que le MUFON dérivait dangereusement vers ce que certains d’entre eux avaient appelé le « Dark Side », c’est à dire un univers peuplé de rumeurs aussi invérifiables qu’infondées à propos des ovnis entretenus par des amateurs d’ovnis proches de certains milieux d’extrême droite. Face à cette bronca d’une partie de ses amis, Walt Andrus dut faire machine arrière et Lear démissionna quelques temps plus tard de son poste.

Cette période de la fin des années 1980 et du début des années 1990 se révéla une période délicate car certaines histoires d’ovnis qui étaient jusque là classés parmi les rumeurs dignes des soucoupistes s’étaient vues accorder de l’importance par des ufologues respectés. Les ufologues qui se voulaient rigoureux avaient entre autre découvert que l’affaire de Roswell, révélée par un livre publié en 1980, co-écrit par un enquêteur de l’APRO, était plus sérieuse que les rumeurs de crashs d’ovnis qui avaient circulé au cours des décennies précédentes. Contrairement à ces autres histoires qui s’étaient révélées sans fondement, un objet était bien tombé du ciel dans les environs de Roswell et ses débris avaient été récupérés par l’armée. Avait-elle dit toute la vérité sur l’identité de ces débris? Le CUFOS, un groupe d’enquêteurs réputé car fondé par l’astronome J. Allen Hynek, avait entrepris en 1989 une nouvelle enquête sur cette affaire, en faisant émerger un certain nombre de témoignages. Quelques temps auparavant, en 1987, certains ufologues appartenant aux réseaux des ufologues qui se voulaient sérieux avaient commencé à enquêter sur des documents présentés comme émanant du gouvernement et prétendument liés à un groupe ultra secret, le Majestic 12, qui aurait été mis en place par le président Truman en 1947 après le crash de Roswell. L’existence de ces documents avait notamment été révélée lors du colloque du MUFON de 1987. Une importante controverse débuta à propos de leur authenticité. Il fallut plusieurs années pour que les ufologues acquièrent la conviction que ces documents étaient des faux. Ce mélange d’informations en apparence sérieuses à propos du crash de Roswell et de documents faux sur le Majestic 12 avait quelque peu bouleversé les catégories mises en place jusque là par les ufologues et les avait contraint à reconnaître l’intérêt potentiel d’un dossier comme celui de Roswell tout en réaffirmant leur différence avec les milieux soucoupistes au sein desquels circulaient toutes sortes de rumeurs sur des bases secrètes ET et des pactes avec le gouvernement US.

Mais la fin des années 1990 a connu des bouleversements qui ont dépassé, et fait exploser, le cadre des réseaux de l’ufologie ou des milieux soucoupistes. Jusqu’alors, ces milieux étaient liés à des réseaux de bulletins « underground » dont le discours ne circulait pas au sein de la culture générale. Mais l’apparition d’un média nouveau, internet, a fait évoluer le statut de l’ufologie et sa place par rapport à la culture générale. Internet a permis en effet aux théories des ufologues et des soucoupistes de connaître une formidable diffusion au sein de l’opinion et de se voir relayée par des séries télévisées comme X-Files à la fin des années 1990. Assez rapidement, ces idées qui circulaient jusque là surtout au sein de réseaux de passionnés et dans des bulletins qu’on ne trouvait pas dans les kiosques devinrent très facilement accessibles. Mais la diffusion nouvelle des  théories et rumeurs sur les ovnis s’est faite au détriment des critères de rigueur que les ufologues avaient imposé. Les grands groupes comme le CUFOS ont traversé une période difficile, avec une baisse du nombre d’abonnés, et ont fini par réduire leurs activités, alors que pendant le même temps, les théories selon eux les plus « farfelues » sur les bases souterraines d’ET et les secrets cachés par les gouvernements connaissaient une diffusion de plus en plus large. Le MUFON a poursuivi ses activités mais certains se sont inquiétés de constater que le noyau d’ufologues sérieux qui maintenait ce groupe dans le rang d’une ufologie désireuse de maintenir ses distances avec les rumeurs évoquées à l’instant, perdait une partie de son influence. Certains de ces ufologues, qui avaient appartenu à la première génération des enquêteurs ovnis des années 1950 sont entre temps décédé, comme Richard Hall, un ami proche de Andrus, qui avait protesté lors de la nomination de Lear et avait obligé Andrus à faire machine arrière. D’autres, comme le journaliste Dennis Stacy, qui avait dirigé pendant plusieurs années le MUFON UFO Journal en imposant une ligne éditoriale qui consistait à donner la parole aux enquêteurs les plus rigoureux, et même aux ufologues « sceptiques », a fini par démissionner. Les lecteurs du MUFON UFO Journal ont constaté au fil des années qui ont suivi l’apparition et la multiplication d’articles sur des histoires qui étaient jusque là considérées comme fantaisistes (comme l' »infameux » crash d’un ovni à Aurora dans le Texas en 1897 évoqué dans un des épisodes de « Hangar 1: les dossiers ovnis »). Sans ses vieux amis pour le maintenir sur les rails de l’ufologie soucieuse de vérifier les faits et de les séparer des rumeurs invérifiables qui circulaient, Andrus accorda de plus en plus de place à ces histoires jugées invérifiables par les autres enquêteurs. Après la retraite prise par Walt Andrus en 2000, le MUFON a été dirigé un temps par un autre ufologue « historique », John Schuessler. Mais ce dernier a quitté son poste en 2006. Plusieurs directeurs se sont alors succédés au cours des années qui ont suivi. Et selon toute apparence, les responsables actuels du groupe accordent beaucoup plus d’importance que leurs prédécesseurs à ce qui était jusque là qualifié de rumeurs.

La façon dont ce groupe a peu à peu évolué vers les positions défendues auparavant par la frange « soucoupiste » de l’ufologie est bien visible dans cette série de documentaires diffusés par la chaîne 23. Le lecteur des anciens numéro du MUFON UFO Journal ou des Proceedings des colloques annuels organisés par le groupe, est surpris de découvrir que les thèses considérées longtemps comme « délirantes » semblent désormais être prises très au sérieux par les porte-parole du célèbre groupe ufologique américain.

Ce dont on se rend compte surtout, c’est que les catégories qui permettaient jusqu’au début des années 2000 de répartir les différentes catégories de passionnés d’ovni — le courant mainstream de l’ufologie des CUFOS, MUFON, APRO, le courant « soucoupiste » de Saucerian Press, etc — ne permettent plus de rendre compte de la situation ufologique actuelle. La place prise par l’affaire de Roswell et par d’autres histoires qui ont commencé à circuler dans son sillage, notamment grâce à Internet, a rendu de plus en plus difficile le maintien de cette frontière entre les deux courants ufologique et soucoupiste qui caractérisait l’ufologie jusqu’au début des années 2000. Cette évolution des catégories est compréhensible: à partir du moment où l’on accepte l’idée que des ovnis puissent être détenus par le gouvernement américain et que des Américains puissent être régulièrement enlevés par les ET, il devient difficile de maintenir la frontière avec d’autres théories rejetées jusque là comme celle de l’existe du Majestic 12, ce groupe ultra secret dont on peut voir un avatar dans la série X-Files avec la figure du groupe auquel appartient l' »homme à la cigarette ». Et devant le recul de certains groupes importants comme le CUFOS, qui prenait au sérieux des cas comme celui de Roswell tout en maintenant une frontière très nette avec les discours sur l’existence du Majestic 12 ou les rumeurs à propos de la Zone 51 des adeptes du « Dark Side », la frontière qui séparait les groupes ufologiques et les groupes soucoupistes a en partie disparu, ou a été redessinée. Désormais, les ufologues de l’ancienne école occupent une place de moins en moins visible face à de nouveaux types de spécialistes. Ces derniers, comme l’Américain Richard Dolan, ont développé un discours très structuré, dans le cadre d’ouvrages très argumentés qui mettent en scène une vision de l’histoire jusque là considérées comme relevant de la rumeur. Ils sont devenus les nouveaux interlocuteurs, les nouveaux experts, notamment pour Internet et pour les chaînes de télévision qui se sont multipliées ces dernières années et qui, pour alimenter leurs grilles de programmes, ont choisi de produire de plus en plus d’émissions sur les théories du complot autour des ovnis.

« Hangar 1: les dossiers ovnis » illustre cette évolution radicale de l’ufologie au cours des deux dernières décennies. L’ufologie mainstream existe toujours, mais elle se manifeste dans le cadre de groupes de discussion et de sites internet qui sont noyés au milieu de l’impressionnante vague de sites qui reprennent et diffusent les théories à propos de bases souterraines occupées par des ET, de technologies terrestres issues des recherches sur la soucoupe de Roswell, et de complots dignes d’un Watergate cosmique. Il y a désormais plusieurs courants ufologiques qui affirment incarner une ufologie mainstream — n’appartiennent-ils pas au MUFON qui a marqué l’histoire de l’ufologie sérieuse des années 1970 et 1980 — tout en s’ignorant quasi totalement car ils défendent des interprétations assez différentes et même divergentes de ce à quoi renvoie le dossier des ovnis.

Notes:

(1) Selon certains critiques, le Hangar 1 présenté dans la série documentaire n’existerait pas. « Comme le MUFON ne possède aucun building ou quoi que ce soit, écrit le sceptique américain Robert Sheaffer, et comme son quartier général ne cesse d’être déplacé au fur et à mesure que ses directeurs changent, certaines personnes sont plutôt sceptiques face à l’idée qu’un endroit comme le Hangar 1 existe réellement (souvenez-vous de l’entrepot à la fin des Aventuriers de l’Arche perdue). » A tout le moins, l’endroit est filmé de façon à donner l’impression d’archives plus importantes qu’elles ne le sont. J’ai visité au cours de mes années d’enquête au sein des milieux ufologiques bien des centres de documentations de groupes d’études des ovnis et bibliothèques d’ufologues. Certains groupes et certains chercheurs possèdent un volume d’archive impressionnant — je pense notamment à l’ancien siège de la Société Belge d’Etudes des Phénomènes Spatiaux (SOBEPS) à Bruxelles qui impressionnait toujours les visiteurs (y compris le directeur du MUFON Walt Andrus lorsqu’il s’y était rendu en septembre 1988) car il consistait en un bâtiment disposant d’une importante bibliothèque au premier étage, d’une salle de conférence au rez-de-chaussée, d’une cuisine, d’un bureau pour l’équipe administrative, et qui abritait une importante documentation. Mais même le bâtiment de la SOBEPS était loin d’égaler le Hangar 1 que l’on voit dans la série du même nom.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *