Sur Arte, un documentaire sur l’affaire de Roswell accumule erreurs et approximations

Le samedi 9 septembre 2017, Arte a diffusé un documentaire court (25 min) consacré à l’histoire de l’ »affaire de Roswell »: une soucoupe volante se serait écrasée dans le Nouveau-Mexique en 1947 et aurait suscité croyances et théories du complot depuis cette époque. C’est du moins la version des faits que le documentaire ne va cesser de marteler pendant 25 minutes. Malheureusement cette version et le documentaire qui en résulte soulèvent plusieurs problèmes sérieux comme nous allons le voir.

01:31 – Titre du documentaire sur Roswell diffusé sur Arte le 9 septembre 2017

Avant de détailler ces problèmes, je tiens à préciser que j’ai été sollicité pour participer à ce documentaire en accordant un entretien à la société de production qui l’a réalisé et en communiquant des documents issus de mes archives (coupures de presse de l’été 1947, couvertures de livres, rapports de l’Air Force sur Roswell, revues ufologiques, etc). En regardant le documentaire, j’ai été stupéfait de la façon dont mes propos ont été utilisés et, dans certains cas, purement et simplement détournés par rapport aux faits que j’évoquais alors et aux idées que j’essayais d’exprimer. J’ai très clairement indiqué et longuement expliqué aux membres de l’équipe que l’histoire de Roswell telle qu’on la raconte — selon la version qui circule depuis la fin des années 1990 et qui explique que le public croirait à cette histoire depuis 1947, laquelle histoire aurait alimenté une théorie du complot qui aurait émergé également dès cette époque — cette version est fausse. L’enquête que j’ai réalisée sur l’histoire des « soucoupes volantes » depuis 1947 — notamment au cours de deux enquêtes aux Etats-Unis à la fin des années 1980 qui m’ont permis de retrouver et d’interroger les principaux acteurs de l’époque et de découvrir des documents inconnus alors — ne me permet pas de valider les conclusions souvent répétées dans les médias et dans un certain nombre de publications à propos de la croyance du public américain et de la place occupée par les théories du complot. Pourtant, j’ai découvert que, pour une raison que j’ignore, certaines de mes réponses avaient été découpés et détournés pour me faire aller dans le sens choisi par les auteurs de ce documentaire. Quand mes propos n’ont pas été détournés, ils ont été présentés au milieu de commentaires off qui disaient exactement le contraire de ce que j’avançais, ce qui les rendait tout simplement inaudibles et incompréhensibles pour un spectateur qui ne connaîtrait pas parfaitement le dossier.

Les auteurs du documentaire ont présenté l’histoire de Roswell de la façon suivante: 1) ce qu’il est convenu d’appeler l’affaire de Roswell serait née en 1947, au cours de la première grande vague d’apparitions de « soucoupes volantes » et aurait rebondi dans la culture populaire américaine jusqu’à nous jours en contribuant à entretenir et à faire croitre la croyance du public en matière de soucoupes volantes. Ils affirment également 2) que le débat sur les soucoupes de l’été 1947 aurait été dû à l’influence du contexte de la guerre froide, 3) ainsi qu’à l’influence de la science-fiction et qu’elle aurait connu une sorte de répétition générale lors de la panique déclenchée par l’émission d’Orson Welles annonçant le 30 octobre 1938, le débarquement des Martiens. Enfin, 4) cette histoire se serait plus récemment, à partir du début des années 1960 et de l’assassinat de Kennedy, greffée sur un climat de paranoïa lié au succès des théories du complot.

Tout cela est faux ou très approximatif. L’affaire de Roswell démarre en 1980 lorsque le premier livre qui construit cette histoire est publié, pas en 1947 (voir la chronologie des principaux événements qui composent l’histoire des ovnis; voir aussi un début de chronologie de l’histoire de Roswell). Les faits qui se déroulent en 1947 constituent un aspect tout à fait mineur de la première « vague » d’observations de soucoupes volantes, ils ne participent au lancement d’aucun débat, ne réunissent pas les détails qui constituent aujourd’hui ce qu’on appelle « affaire de Roswell », et, surtout, ce fait divers ne dure qu’une journée avant de disparaître de la mémoire collective. Lorsque le livre qui est à l’origine de ce qu’on appelle aujourd’hui l’affaire de Roswell sort en 1980, tout le monde a oublié qu’il s’était passé quelque chose à Roswell en 1947.

07:03 – Image extraite du documentaire d’Arte montrant le livre de Charles Berlitz et William Moore à l’origine de l' »affaire de Roswell » en 1980.

La croyance du public n’a absolument pas augmenté de façon régulière entre 1947 et aujourd’hui comme le raconte le documentaire. D’abord parce qu’il n’est pas possible de qualifier de « croyance » le débat qui se déroule au cours de l’été 1947 lorqu’on commence à parler de soucoupes volantes: les Américains étaient en effet dans leur immense majorité plus incrédules que crédules face aux soucoupes évoquées par la presse et les articles de presse prenaient également une certaine distance avec les faits décrits. Ensuite parce que le niveau de « croyance », si l’on veut à tout prix utiliser ce terme particulièrement mal choisi, n’a cessé de varier au fil des décennies et n’a certainement pas connu une progression constante. Le taux de croyance à tel ou tel phénomène varie énormément au sein d’une culture donnée en fonction de très nombreux facteurs et surtout, comme je viens de le dire, la notion même de « croyance » soulève de nombreux problèmes de méthode en sciences sociales car c’est une notion ethnocentrée qui consiste à juger les opinions de certains groupes à l’aune des opinions (jugées a priori vraies) d’un autre groupe. Ce genre de façon de procéder à produit suffisamment de ravages dans l’étude des « croyances » des populations non occidentales et de certains groupes comme les paysans dans nos sociétés pour qu’il soit nécessaire de le faire évoluer.

Malgré ce qui est dit et répété par à peu près tout le monde dès qu’il s’agit d’évoquer la première vague de « soucoupes volantes » survenue en 1947, la guerre froide n’a joué qu’un rôle très marginal dans le premier débat qui a accompagné cette vague en 1947, comme je l’ai montré dans une étude documentée publié en 2012. Si les témoins ont rapporté leurs observations en pensant avoir affaire à des armes secrètes, et peut-être, pour certains d’entre eux, à des armes secrètes soviétiques, la quasi-totalité de la population a interprété cette histoire sans associer le moins du monde les soucoupes et la guerre froide.

12:36 – Image extraite du documentaire d’Arte reprenant des actualités de la fin des années 1940 sur la guerre froide.

L’autre explication développée dans le documentaire, selon quoi les soucoupes seraient dues à l’influence de la science-fiction populaire relève d’une analyse caricaturale. Tout d’abord, très peu de gens connaissent suffisamment bien à la fois la culture des pulps de science-fiction et la culture ufologique pour se permettre d’en parler. Il est clair, comme l’a montré Bertrand Méheust en 1978 dans Science-fiction et soucoupes volantes, un livre remarquable qui est à l’origine de la réflexion sur ce thème, qu’il existe des liens entre la façon dont les récits populaires de SF sont structurés, dont leur contenu est produit, et la façon dont les récits des témoins d’ovnis sont également structurés et produits. Mais cela n’implique nullement une quelconque « influence » de la SF sur les témoins mais plutôt l’existence de structures communes entre la façon dont les récits sont construits dans les deux cas. Le livre publié par Méheust en 1978, et dont j’ai publié avec lui en 2007 une version revue, corrigée, et augmentée, a fait l’objet de lectures biaisées de la part de beaucoup de monde au point que sa réflexion a donné lieu à des raccourcis du type: « les témoins avaient sans doute trop lu de science-fiction. » De telles caricatures n’ont strictement rien à voir avec une analyse culturelle digne de ce nom.

10:29 – Image extraite du documentaire d’Arte qui mélangent des couvertures de pulps « pré-arnoldiens » (publiés avant 1947) et des couvertures de pulps des années 1950.

Le cas de la guerre froide comme celui de la SF illustrent le manque de pertinence des explications simplistes en termes d’influences qui reviennent à appauvrir notre conception de la société. Les gens instruits, l’élite, serait capables de ne pas se laisser influencer mais le « bas peuple », lui, serait réduit à l’état de véritable éponge culturelle prête à tout avaler. Une telle représentation est une insulte, pas une analyse.

Le pire sans doute dans ce documentaire, c’est le fait d’invoquer la pièce radiophonique sur l’arrivée des Martiens diffusée par Orson Welles et sa troupe du Mercury Theatre en 1938. Il existe aujourd’hui suffisamment de travaux en anglais comme en français qui ont largement démontré qu’aucune panique de l’ampleur du phénomène décrit par la culture populaire n’avait eu lieu pour qu’on ne puisse plus continuer de répandre cette rumeur à propos de la panique provoquée par Orson Welles. Ces travaux ont également remis en question l’usage de termes comme celui de panique pou désigner la réaction des auditeurs. Ayant publié en 2005 le premier livre consacré à une analyse d’ensemble et à une remise en contexte de cette histoire, j’avais pris la peine d’expliquer à l’équipe de l’émission ce qu’il en était, tout comme j’avais pris la peine de leur expliquer également que les explications en terme d’influence au sujet de la guerre froide et de la SF relevaient de la caricature.

11:22 – Image extraite d’actualités cinéma probablement de 1938 à la suite de l’émission d’Orson Welles annonçant l’arrivée des Martiens.

Enfin, le discours sur la croyance aux théories du complot constitue lui aussi une caricature car il consiste encore et toujours à découper le monde en deux : les ufologues et le public naïfs qui verraient des complots partout et quelques élites instruites à qui on ne la ferait pas. Malheureusement un tel partage entre naïf et sceptiques ne tient pas. En France, ce sont les grandes revues intellectuelles et la presse de gauche qui ont participé au début des années 1960 au lancement des théories selon quoi l’assassinat de Kennedy était dû à un complot.

17:05 – Richard Nixon annonçant en direct à la télévision qu’il renonce à la présidence des Etats-Unis en 1972. Image extraite du documentaire d’Arte sur Roswell.

C’est surtout depuis que les théories du complot remportent un succès médiatique et populaire que l’on voit des voix s’élever pour condamner ces idées. Il ne s’agit pas ici de dire que ces théories du complot sont fondées mais juste de rappeler que nous sommes face à une constante qu’ont également constatée les historiens de la culture populaire : les vagues de condamnations de l’astrologie ou des thèmes véhiculés par les littératures dites populaires (comme la bibliothèque bleue) ont été liées au fait que ces thèmes passaient de l’élite vers le peuple, ou, pour être plus exact, d’une diffusion restreinte à une large diffusion. Ces condamnations ne témoignent pas d’un sens critique mais d’une haine de ce que l’on qualifie de populaire. Il faut relire sur ce point l’article historique de Michel de Certeau, Dominique Julia et Jacques Revel sur « la beauté du mort » paru en 1970 qui montre de façon détaillée comment les premières enquêtes historiques réalisées sur les littératures populaires ont coïncidé avec la volonté de les censurer.

Pour une raison qui m’échappe, les auteurs du documentaire ont préféré reprendre les caricatures d’analyse « sociologiques » qui circulent au sein de notre culture sur les différents thèmes évoqués à l’instant. Le résultat c’est que, pendant que certaines chaînes du câble diffusent en boucle des documentaires sur les visites d’extraterrestres dans le passé ou sur l’existence de grands complots pour cacher la vérité, une chaîne comme Arte relaie sans discernement une thèse tout aussi fantaisiste sur la croyance à l’affaire de Roswell qui malmène sérieusement les faits sur cette histoire, malgré le fait, encore une fois, que j’avais pris grand soin de les informer sur les contrevérités qui circulent à propos de l’histoire des ovnis et de Roswell.

En bref, ce documentaire est une caricature et, en tant qu’intervenant dans ce documentaire, je suis particulièrement déçu de voir que mes propos qui expliquaient évidemment tout autre chose que les thèses défendues dans ce documentaire, aient été détournés ou présentés sans que le spectateur puisse les replacer dans leur juste contexte, pour servir une thèse par rapport à laquelle j’avais très clairement exprimé mon opposition. Ce n’est évidemment pas la première fois que mes propos sont ainsi déformés, y compris dans des journaux réputés, et j’ai pu constater au fil des années la façon dont le débat sur ces sujets conduit ceux qui prétendent jeter sur cette histoire un regard distancié à manquer en fait totalement de distance. Résultat, ils reprennent des explications totalement asymétriques pour le seul motif qu’elles circulent au sein de notre culture. J’aimerais qu’on me montre un jour un travail documenté qui aurait établi que la vague de soucoupes de l’été 1947 résulte du climat de guerre froide. Beaucoup d’auteurs affirment cela, aucun ne le démontre, et pour cause!

Je me permets d’ajouter que les propos d’au moins un autre intervenant, l’historien américain Gregory Pedlow, ont été en partie cités hors de leur contexte car il est clair en l’écoutant qu’il évoquait la réaction de la CIA aux histoires d’ovnis au cours des années 1950 et notamment au moment de la commission Robertson, une commission réunie par la CIA en janvier 1953. Ses propos ne pouvaient donc pas concerner la découverte des débris survenus à Roswell en 1947 pour la bonne et simple raison que la CIA n’existait pas à ce moment-là. Ses propos ont été utilisés hors contexte de la même façon que certains de mes propos qui se rapportaient à la réaction des journalistes au moment de l’affaire Kenneth Arnold, ont été insérés dans des passages du documentaire consacrés à Roswell. Comment justifier de tels copiés-collés sinon une attitude particulièrement désinvolte par rapport aux personnes invitées à s’exprimer.

Je tiens à être tout à fait clair: je n’ai démarché personne et je n’ai demandé à personne de venir me trouver pour écouter mes explications sur cette histoire. C’est la société de production qui a pris contact avec moi et qui m’a invité à venir décrire mon travail et donner mes explications. A partir de là, je trouve particulièrement cavalier de découvrir la façon dont ce que j’ai pu dire a été utilisé.

Evidemment comme il existe très peu d’historiens et de chercheurs en sciences sociales qui peuvent prétendre parler de ces sujets en s’appuyant sur de véritables enquêtes sur place et dans les archives accumulées au cours de l’histoire des ovnis, cela laisse le champs libre à des tas de commentateurs et l’un des résultats c’est que l’on voit même des universitaires énoncer des contre-vérités sur ces questions. Mais l’histoire des ovnis n’est pas le premier exemple de « croyance populaire » à propos de laquelle des chercheurs commencent par proposer des analyses caricaturales avant que d’autres chercheurs ne viennent mettre en place des méthodes d’analyse plus rigoureuses. L’article évoqué plus haut de De Certeau, Julia et Revel illustre parfaitement ce problème et montre qu’il n’est pas nouveau. C’est même quasiment une constante dans ce domaine en raison du fait que les croyances des autres peuples ou celles des minorités au sein de nos cultures ont toujours commencé par être « étudiées » par des chercheurs qui considéraient appartenir à une sorte d’élite et qui nourrissaient une certaine méfiance vis à vis des « croyances populaires ». C’est ce qui nous a donné des décennies de discours paternalistes sur les croyances des « primitifs » et c’est ce qui a nourri également des décennies de discours sur les « cultures populaires » et les « croyances populaires » au sein de notre culture occidentale. Aujourd’hui quand il s’agit des « primitifs », des cultures paysannes ou de certaines cultures populaires, ces analyses caricaturales ont été balayées. Mais sur des sujets comme les ovnis, qui suscitent la méfiance de bien des universitaires, on obtient comme résultat une confusion fréquente entre leur méfiance et la rigueur qu’ils devraient déployer dans leur analyse de ces questions (j’ai publié un article en 2012 sur les questions très délicates soulevées par les « croyances occidentales contemporaines »). Au lieu de s’inspirer des chercheurs qui (comme Jack Goody, Jeanne Favret-Saada ou Bruno Latour) ont mis fin à l’ethnocentrisme sur d’autres sujets, on observe l’effet inverse. Et ce qu’il faut bien qualifier de mépris est alors présenté comme analyse, de peur d’être accusé de sympathie pour ces « croyances irrationnelles » et ces « théories du complot ». Il est véritablement triste d’en être encore là de nos jours.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *