Kenneth Arnold et « l’invention » des soucoupes volantes: comment on n’a cessé de ré-écrire l’histoire.

Toutes celles et tous ceux (journalistes, historiens etc) qui veulent évoquer l’histoire des ovnis sont obligé de mentionner à un moment ou à un autre le nom de Kenneth Arnold. Kenneth Arnold est l’Américain qui est à l’origine du débat médiatique qui a donné lieu à l’invention des expressions « flying saucer » (soucoupe volante) et « flying disk » (disque volant) en 1947.

Mais depuis 1947, le nom de Kenneth Arnold et les événements liés au début de l’histoire des ovnis ont été décrits de façons très différentes. On peut distinguer en gros quatre périodes dans la façon dont l’affaire Arnold a été décrite.

COMMENT L’HISTOIRE DES « FLYING SAUCERS » A DÉBUTÉ

La première qui va de 1947 à 1967 s’appuie sur des documents d’époque — les événements n’étaient pas encore trop anciens — pour décrire les faits. Certains auteurs avaient eu accès à des articles de presse de l’été 1947 ou à des textes publiés par Arnold ou à son propos, notamment les articles qu’il avait publié dans le magazine américain Fate et le livre qu’il avait publié en 1952. Ils avaient eu accès au premier rapport de l’air force d’avril 1949, ou à des livres comme celui du capitaine Ruppelt publié en 1956.

Mais plus le temps va passer, plus les premiers documents vont cesser d’être accessibles et plus les auteurs vont s’appuyer sur le dernier compte-rendu publié disponible. Chaque auteur qui désire raconter la façon dont l’histoire des ovnis a débuté va désormais s’appuyer sur le dernier compte rendu à sa disposition. Et au fur et à mesure que les récits des débuts se succèdent, chaque nouvel auteur introduit de petites différences par rapport aux auteurs précédents. Comme les acteurs même des événements, Arnold notamment introduisent des imprécisions au moment de mettre leurs souvenirs par écrit, oubliant certains détails pour en introduire d’autres en raison de l’évolution de leurs souvenirs ou de la nouvelle interprétation qu’ils donnent à certains détails, ces nouvelles versions vont venir influer sur la manière de décrire l’histoire des circonstances au cours desquelles on a commencé à parler de soucoupes volantes. Chaque nouvel auteur fait référence à certains livres et articles auxquels il a eu accès sans prendre la peine de compiler l’ensemble des documents existants ce qui conduit à introduire des variantes dans la façon de raconter les événements. Le rôle joué exactement par les journalistes est largement oublié.

LA PREMIÈRE RÉ-ÉCRITURE DE L’HISTOIRE DES SOUCOUPES VOLANTES: « LES JOURNALISTES ATTENDAIENT KENNETH ARNOLD À PENDLETON »

La deuxième période débute en 1967 et se termine en 1988. Au cours de cette période, les documents jusqu’alors disponibles sont devenus rares. Et les auteurs vont s’appuyer sur une version de l’histoire publiée en 1967. Selon cette version l’histoire des soucoupes aurait commencé lorsque des journalistes venus attendre Arnold à son arrivée à Pendleton auraient appris les détails de son observation et auraient lancé le buzz médiatique sur les objets vus par Arnold qu’ils auraient appelé flying saucers.

Autant que je sache, cette version dérive du récit des événements donné par Ted Bloecher dans le rapport qu’il a consacré à la vague de 1947, rapport publié par ses soins en 1967. Ted Bloecher est un des pionniers de l’ufologie aux Etats-Unis et il est considéré à juste titre comme un enquêteur extrêmement consciencieux et méticuleux. Au cours de la première moitié des années 1960, il profite d’une tournée de la troupe de théâtre à laquelle il appartient à travers tous les Etats-Unis pour, dans chaque ville où la troupe s’arrête, consulter et recopier à la main (à l’époque les photocopieurs étaient rares) le contenu des articles de presse publiés au cours de l’été 1947 et conservés dans les archives des journaux ou dans les sociétés historiques. Par la suite, il dactylographie l’ensemble de ses notes et utilise ce matériaux important pour rédiger un document destiné à rendre compte de la façon dont la toute première vague d’observation de soucoupes volantes s’est déroulée. Son document est rédigé dans une optique ufologique et pas dans une optique historiographique (ainsi Ted Bloecher classe les cas selon la date à laquelle ils ont été observés et non en fonction de leur date de publication) mais le soin apporté à son enquête permet à l’historien d’apprendre beaucoup de choses sur la façon dont les faits se sont déroulés.

bloecherted-reportufowave-1967-couv

Malgré les efforts déployés, il n’a pas été possible à Ted Bloecher d’avoir accès à l’ensemble des archives de presse, la troupe ne s’étant visiblement pas aventurée du côté de Pendleton, dans l’Oregon ni à Portland, et il n’a donc pas pu consulter les tous premiers articles de presse publiés dans l’East Oregonian (dont le rôle dans la genèse du débat sur les soucoupes était alors inconnu). Pour décrire les circonstances dans lesquelles l’histoire a débuté, Bloecher s’est appuyé sur le récit fourni par Kenneth Arnold dans son livre The Coming of the Saucers publié en 1952 à compte d’auteur, un ouvrage devenu alors rare. Ce que Ted Bloecher ne pouvait pas soupçonner c’est que ce récit livré par Arnold n’avait pas été rédigé avec tout le soin qu’il aurait mérité. Et le récit des premières heures et des premiers jours, et notamment le compte rendu des circonstances au cours desquelles Arnold a rencontré les journalistes, manque pour le moins de clarté. De la lecture du passage de son livre consacré à la façon dont la presse a eu vent de l’histoire, il est facile de déduire que la nouvelle a été diffusée dès le 24 juin par les médias et il est impossible de comprendre que c’est Arnold qui est allé trouver les reporters et non le contraire. Bloecher supposera donc que les journalistes ont eu vent de l’observation d’Arnold et qu’ils ont cherché à le contacter. Comme le récit laisse penser que cette première rencontre avec les journalistes a eu lieu dès le 24 juin, il est facile de supposer que ces derniers, prévenus par les premiers auditeurs d’Arnold à Yakima, sont venus attendre Arnold à son arrivée à Pendleton.

Le rapport rédigé par Ted Bloecher va être à juste titre considéré comme un document important et de nombreux auteurs qui voudront évoquer le début de l’histoire des ovnis s’y réfèreront. Un nombre encore plus grand d’auteurs utiliseront les articles et livres d’autres auteurs ayant utilisé le rapport de Bloecher. Le résultat est à chaque étape la simplification du récit. C’est ainsi que va naître la version « canonique » selon laquelle les journalistes étaient venus attendre Arnold à sa descente d’avion, beaucoup ne sachant d’ailleurs pas exactement si cela a eu lieu à Yakima ou à Pendleton. Mais généralement l’histoire qui sera décrite mentionne le fait qu’Arnold atterrit à Yakima, raconte son histoire à des pilotes, puis repart vers Pendleton et découvre que l’histoire a fuité entre temps et que des journalistes sont venus l’attendre.

LA DÉCOUVERTE DU RÔLE JOUÉ PAR LE JOURNALISTE BILL BEQUETTE ET PAR L’ASSOCIATED PRESS

La troisième période débute en 1988 après la publication d’un premier texte, écrit pour un ouvrage collectif publié en anglais pour l’anniversaire de l’observation d’Arnold, dans lequel je commençais à livrer le résultat de l’enquête que j’avais entâmée sur cette histoire. En remontant à la source des documents publiés jusqu’alors je m’étais rendu compte que l’histoire selon quoi des journalistes attendaient Arnold à Pendleton était dépourvue de fondement. Après avoir réuni l’ensemble des sources alors disponibles, et notamment les divers récits faits par Arnold et quelques rares publications de chercheurs remontés à la source, comme Loren Gross ou Greg Long, je comprends qu’aucun journaliste n’est venu attendre Arnold et que c’est lui qui a fait la démarche d’aller trouver la presse le lendemain. Surtout je découvre ce qui était probablement la toute première dépêche de presse sur ce qu’on n’appelle pas encore des soucoupes. Cette dépêche est reproduite dans une thèse de journalisme consacrée à l’histoire des relations entre la presse et les ovnis. Mais je constate que son auteur n’avait pas conscience que le document qu’il présentait avait un intérêt historique tout particulier. Il avait découvert ce document dans une série de microfilms compilant des dossiers de presse pour le compte de l’US Air Force et comme il s’agit de la dépêche la plus ancienne, il la reproduit. Mais comme elle est datée du 25 juin et non du 24 et qu’alors tous les historiens des ovnis pensaient que les journalistes avaient rapporté les faits dès le 24 juin, il ne soupçonne donc pas que le document qu’il reprend est peut-être le tout premier de l’histoire des soucoupes. Les détails donnés dans le chapitre que je publie dans l’ouvrage collectif publié en Angleterre et aux Etats-Unis seront repris par de nombreux auteurs car il s’agit alors du seul récit explicitement et uniquement consacré à ces événements et parce que c’est le seul récit qui établit une chronologie détaillée de ce qui s’est déroulé. Comme cela se passe à chaque fois, un nombre encore plus important d’auteurs vont évoquer ma version des faits à la lueur non pas de mon texte mais de la version donnée par des auteurs qui se sont servis de mon texte pour rédiger leur propre version de l’histoire d’Arnold. Ce qui fait qu’une fois de plus, la source des informations va peu à peu se perdre. D’autres auteurs utiliseront non le chapitre que j’ai publié mais le résumé établi par un historien des ovnis, Jerome Clark, qui s’est appuyé sur mon travail et sur la correspondance que nous avons échangée à ce sujet. A partir ce mon chapitre et du texte publié par Clark, une nouvelle version des faits, impliquant Bequette, l’East Oregonian et les autres détails que j’ai découverts et compilés va devenir la nouvelle version reprise très largement dans les livres et articles ufologiques.

En France, les choses vont se dérouler différemment. En 1990, je publie, en français cette fois, deux articles dans des revues académiques sur mon enquête aux Etats-Unis: les revues Communication dirigée par Edgar Morin et Terrain publiée par le Ministère de la Culture. Ces articles et mon enquête attirent l’attention de certains journalistes et tout particulièrement de Hervé Ponchelet, qui dirige la rubrique « Science » de l’hebdomadaire Le Point. Après avoir reçu un exemplaire du numéro de Terrain qui contient mon article (le numéro de Communication n’est pas encore paru), il vient me voir et décide de consacrer un article à l’enquête que j’ai réalisée aux Etats-Unis dans le numéro 919 du 30 avril 1990. En une page, il donne les éléments principaux découverts au cours de mon enquête.

 1990-ponchelet-ovnisnouvellevague-lepoint-1990-copie

Les détails de cet article seront très largement repris par les journalistes qui écriront ensuite sur ce sujet. Curieusement ils n’évoqueront pas l’enquête effectuée mais seulement le résultat de cette enquête sans prendre dans la majorité des cas la peine de citer l’auteur de cette enquête. Cela se comprend aisément. A l’époque j’étais un jeune étudiant-chercheur dont le nom était largement inconnu (ce qui n’a d’ailleurs pas changé pour l’essentiel) et les journalistes se comportent à peu près comme tout le monde: ils ne voient pas l’utilité de citer quelqu’un dont le nom ne dit rien à leurs lecteurs. Si un journaliste, un historien ou un écrivain connu avait réalisé l’enquête, il est plus que probable que les journalistes auraient cité son nom, car cela aurait représenté un « plus » pour leur article. Mais citer un chercheur inconnu les obligeait à préciser qui je suis et donc à consacrer une partie précieuse du nombre de signes qu’on leur avait alloué à évoquer un aspect de l’histoire qui ne relevait pas directement de la mission qu’ils s’étaient fixée (rappeler les circonstances au cours desquelles les soucoupes étaient apparues).

Contrairement à ce qu’on croit souvent, la plupart du temps les journalistes n’ont pas le temps de jouer les Albert Londres et d’aller sur le terrain pour vérifier les faits qu’ils rapportent. Pour les aider, ils disposent au sein de chaque rédaction de ce qu’on appelle une morgue au sein de laquelle sont collectionnés les articles et documents sur tous les sujets qu’ils peuvent être amenés à traiter. L’article de Ponchelet très précis et publié dans un magazine considéré comme très sérieux, s’est évidemment retrouvé dans le dossier consacré aux ovnis des morgues de la plupart des journaux et magazines. Comme j’ai été à la même époque interrogé par d’autres journalistes et que certains mêmes détails revenaient d’un article à un autre publié au cours de cette année 1990, les journalistes ont pris pour argent comptant la version qui était donnée.

Par la suite, comme cela se passait pour les auteurs de livres sur les ovnis, les journalistes se sont recopiés les uns les autres, ont fini par oublier l’article du Point qui avait constitué leur première source et l’histoire s’est colportée d’article en article sans que personne ne puisse plus dire d’où elle provenait.

LA NOUVELLE VERSION DES DÉBUTS DE L’HISTOIRE DES SOUCOUPES VOLANTES: L’AFFAIRE DE ROSWELL DEVIENT UN ÉVÉNEMENT IMPORTANT DE LA VAGUE DE 1947

La quatrième période débute très exactement le 24 juin 1997 lorsque le Pentagone organise une conférence de presse pour rendre public son deuxième rapport sur l’affaire de Roswell. Afin de s’assurer de retenir l’attention des médias, ils choisissent de rendre le rapport public à la date anniversaire de l’observation d’Arnold.

roswell-report-caseclosed

Mais ce choix va se révéler lourd de conséquence. Les journalistes qui auraient sans doute consacré des articles à ce cinquantième anniversaire des soucoupes volantes sont confortés dans leur volonté de parler de cet anniversaire en raison de l’actualité représentée par la publication de ce rapport du Pentagone. Mais cela crée une contrainte: ils doivent évoquer dans le même article l’anniversaire des soucoupes et le cas de Roswell, deux affaires qui ne se sont pas déroulées à la même date. Les événements qui sont à l’origine de ce qui est devenu l’affaire de Roswell sont survenus quelques jours après l’observation d’Arnold. Mais cette différence de quelques jours n’a pas une importance très grande notamment pour les hebdomadaires qui devaient de toute façon paraître à une date qui n’est pas exactement celle du 24 juin. Dès lors, les articles vont non seulement évoquer le fait que la fin juin-début juillet représente la date anniversaire de l’aventure survenue à Kenneth Arnold mais aussi la date anniversaire des événements survenus à Roswell, un cas devenu entre temps bien plus célèbre que l’observation d’Arnold. Une bonne partie de ces articles vont titrer sur le 50e anniversaire des événements de Roswell, ce qui n’est pas factuellement faux, excepté que la plupart de ces articles vont confondre ce qui est arrivé à Roswell en 1947 avec « l’affaire de Roswell » qui n’a elle débuté qu’en 1980. Cette confusion entre la découverte de débris étranges en 1947 près de Roswell et « l’affaire de Roswell » lancée en 1970 laisse penser que l’affaire de Roswell est un événement constitutif de l’histoire de l’ufologie depuis 1947. Ce qui est faux cette histoire ne devient un élément de l’histoire des ovnis qu’à partir de 1980 lorsque le premier livre qui « invente » cette histoire paraît. A partir de la fin juin 1997, les articles qui suivront considèreront même que les événements de Roswell, puisqu’ils ont 50 ans, ont joué un rôle dans l’émergence du débat sur l’existence des soucoupes. Et s’ils vont considérer que Roswell a joué un rôle plus important, c’est à cause de l’importance désormais acquise par cette affaire dans l’opinion. Lorsqu’il va s’agir d’évoquer l’émergence des soucoupes en 1947, de plus en plus de récits vont associer désormais l’affaire de Roswell à celle d’Arnold. Il est clair que le Pentagone n’a pas organisé sa conférence de presse en imaginant un tel résultat, puisque son but était de tenter de calmer le jeu par rapport à cette histoire qui l’empoisonne, mais il est intéressant de voir comment le Pentagone a en fait contribué à réécrire l’histoire des ovnis en permettant à l’affaire de Roswell de devenir peu à peu l’événement à l’origine du débat.  Dès lors chaque fois que les médias, puis les ouvrages consacrés aux ovnis évoqueront la façon dont l’histoire des ovnis à débuté, l’affaire de Roswell sera citée comme l’un des événements à l’origine de l’émergence du dossier, en contradiction totale avec la façon dont l’histoire des ovnis s’est réellement écrite à partir de 1947.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *