Comment les ouvrages d’histoire des sciences et de l’occulte sont-ils traduits (ou pas) en français?

Si on se contente de lire les ouvrages des historiens des sciences anglais ou américains traduits en français, il est difficile de prendre conscience des progrès réellement réalisés par l’histoire des sciences de langue anglaise et notamment de l’importance de la réflexion sur le rôle de l’occulte dans la formation des savoirs et dans la vie de certaines figures de l’histoire des sciences (comme Newton).

Les problèmes rencontrés par les livres et leurs auteurs sont différents selon le degré d’audace de la thèse exposée. Lorsqu’il s’agit d’ouvrages consacrés par exemple à l’occulte dans l’antiquité ou au début du monde moderne, deux sujets désormais relativement classiques, les interventions que se permettent les éditeurs sont minimes, mais néanmoins significatives.

Prenons un auteur universitaire incontournable, comme c’est le cas par exemple de l’historien de l’Antiquité Geoffrey Lloyd, pour voir comment la résistance de notre culture universitaire s’exprime. Un des grands livres de G.E.R. Lloyd, Magic, Reason and Experience : Studies in the Origin and Development of Greek Science, a bien été traduit chez Flammarion sous le titre Magie, Raison et Expériencce. Origines et développement de la science grecque. Mais lorsqu’il a été repris dans la collection « Champs », son titre est devenu : Origines et développement de la science grecque. La part du titre intitulée « magie, raison et expérience » devenant le sous-titre mentionné seulement sur la page de titre intérieure, pas sur la couverture[1]. S’agit-il d’atténuer la place de la magie ou de l’occulte dans l’étude en question ? Allez savoir: un tel titre pourrait entretenir des idées fausses chez les étudiants (qui achèteront préférentiellement l’édition de poche que la version originale, plus chère). Mais le fait qu’une telle omission puisse contribuer à entretenir une autre idée fausse, sur l’absence de liens, n’inquiète personne.

Même traitement infligé au grand livre de Brian Easlea consacré à l’histoire de la révolution scientifique et à la chasse aux sorcières au 17e siècle. Intitulé Withch-Hunting, Magic and the New Philosophy : An Introduction to Debates of the Scientific Revolution, 1450-1750 (1980) il devient en français Science et philosophie, 1450-1750, la chasse aux sorcières et la magie passant à la trappe[2]. Difficile pour le lecteur de se faire une idée précise du sujet traité. A. Thompson notera d’ailleurs dans sa recension parue dans la revue Dix-huitième siècle[3], que le titre original « reflète beaucoup plus fidèlement son contenu » car « L’A. analyse le déclin de la sorcellerie en rapport avec l’essor de la nouvelle philosophie. » En changeant ainsi les titres, les éditeurs évitent peut-être un amalgame avec les rayons ésotérisme, ils contribuent surtout à entretenir des idées reçues sur l’impossibilité pour certains sujets d’avoir cohabités sous le prétexte qu’ils ne cohabitent plus dans notre conception actuelle du partage des savoirs. Ils font surtout rentrer ces ouvrages dans le rang d’une histoire des sciences qui refuse de regarder la réalité en face.

Mais peut-être suis-je en train de délirer et s’agit-il juste de cas isolés à partir desquels on ne pourrait rien affirmer. Pourtant, lorsqu’on se penche sur l’œuvre d’autres historiens réputés qui se sont intéressés à des questions qui ont émergé plus récemment sur les liens entre occulte et philosophie/science, on constate que certains de leurs ouvrages sont traduits alors que d’autres sont ignorés. Est-ce dû au fait que ces ouvrages seraient moins bons?  Rien ne permet de le dire. Par contre, on note que les ouvrages ignorés portent sur l’occulte. Le cas d’Anthony Grafton est particulièrement significatif. Ses ouvrages sur l’histoire de l’érudition, sur le faux, sur la page ont été publiés par de grands éditeurs parisiens dans des collections universitaires prestigieuses. Les volumes qu’il a consacré à Jérôme Cardan ou à l’alchimie ne sont pas disponibles en français[4].

Vu de France, on a tout simplement l’impression que ces travaux n’ont jamais existé. Ils sont inconnus. Quant au sort réservé aux ouvrages qui ont contribué à la révolution en histoire des sciences depuis les années 1960 et 1970, il mérite qu’on s’y arrête. Certains ont fait l’objet de traductions en français. Mais pas chez les éditeurs universitaires où ils auraient dû paraître. Lorsqu’ils ont été traduit, c’est chez des éditeurs d’ésotérisme, ce qui les rend tout simplement impossibles à détecter par la critique universitaire. C’est le cas de l’étude désormais classique et incontournable de Betty Jo Teeter Dobbs sur Newton et l’alchimie[5]. Comme le notent Bernadette Bensaude-Vincent et Isabelle Stengers, l’idée d’un Newton alchimiste fait « frémir ceux qui craignent — non sans raison — que ce fait historique devienne une idée-slogan, brouillant activement les frontières entre la rationalité scientifique et l’irrationalité. » Et prenant l’exemple du livre de Teeter Dobbs, elles soulignent « un effet pervers de cette crainte. Le livre de Betty J. Teeter Dobbs, première étude détaillée des pratiques et des idées de Newton en matière d’alchimie, est paru dans la très prestigieuse Cambidge University Press, ce qui convient bien à ce livre parfaitement sérieux, érudit et dénué du moindre sensationnalisme. Pour les Anglais, l’alchimie newtonienne est un champ d’études historiques parfaitement respectable. Les Français sont plus frileux à cet égard, et, pour leur punition, ils doivent acheter la traduction du livre de Dobbs chez Guy Trédaniel, Edition de la Maisnie, dans la collection “Les Symboles d’Hermès”, dont le but est d’entreprendre “l’étude de ce grand livre du Monde dont chaque religion est une page, chaque mythe une phrase et chaque symbole un mot recélant une parcelle de la Lumière primordiale » » [6]. L’ouvrage a certes été réédité chez Gutemberg Reprints, un petit éditeur qui a contribué à faire progresser notre connaissance de l’histoire de l’ésotérisme et de l’alchimie par la réédition en facsimilé d’ouvrages longtemps introuvables, et par la publication d’une revue sur l’histoire de l’alchimie. Mais entre temps Gutemberg a été racheté par une maison d’édition spécialisée dans l’ésotérisme.

Le cas de Betty Jo Teeter Dobbs n’est pas unique. La plupart des œuvres de la grande historienne anglaise Frances Yates, publiées en anglais chez des éditeurs prestigieux dans des collections consacrées à l’histoire des idées et des sciences, sont passées, une fois traduites en français, dans des collections ésotériques dans des traductions qui laissent souvent à désirer. Les éditions Retz ont fait paraître en 1973 dans une collection d’ésotérisme dirigée par Louis Pauwels — l’auteur du Matin des magiciens ! — sa célèbre étude The Rosicrucian Enlightenment, (sous le titre La Lumière des Rose-Croix) [7] mais de l’avis de l’historien Didier Kahn, le nombre de contre-sens qui se sont glissés dans la traduction rend nécessaire une sérieuse révision de celle-ci[8]. Par ailleurs, le traducteur de deux autres livres de la célèbre historienne[9] a cru judicieux de traduire systématiquement l’expression « rosicrucian » par « R+C », introduisant ainsi une tonalité « initiatique » (l’expression R+C est empruntée aux sociétés rosicruciennes contemporaines et relève de l’anachronisme pur et simple dans un livre comme celui de Frances Yates) dont l’historienne anglaise tenait pourtant très clairement à se démarquer. Frances Yates a toujours affirmé son incompétence en matière initiatique et sa volonté de demeurer historienne. Seul son ouvrage consacré à L’Art de la mémoire traduit par Daniel Arasse et publié dans la prestigieuse « Bibliothèque des Histoires » dirigée par Pierre Nora, a échappé à cette récupération[10].

Lorsque certains travaux sérieux de langue anglaise sur l’histoire des ramifications contemporaines de l’astrologie sont traduits, c’est une fois de plus pour paraître chez des éditeurs ou dans des collections d’ésotérisme et passer ainsi totalement inaperçu des historiens. C’est le cas de l’important ouvrage de Ellic Howe, Urania’s Children, qui traite notamment de la place de l’astrologie pendant la deuxième guerre mondiale, publié en français dans la célèbre collection « Les Enigmes de l’Univers » chez Robert Laffont sous le titre  Le Monde étrange des astrologues [11]. De plus, et comme il fallait s’y attendre, l’éditeur a jugé que le texte original nécessitait un petit lifting, sans doute pour éviter de décourager le lecteur français d’ésotérisme supposé paresseux ou inculte. Le texte a donc été allégé de nombreux passages et précisions jugés inutiles ou superflus, ces détails mêmes qui font l’intérêt d’un livre d’histoire.

Parfois, ce phénomène de ghettoïsation a des conséquences bien pires, ainsi le chercheur anglais Nicholas Goodrick-Clarke est l’auteur d’une importante thèse sur Les Racines occultistes du nazisme [12]. L’ouvrage est paru en français, dans une excellente traduction au demeurant, chez l’éditeur d’extrême droite Pardès en 1989. Voilà de quoi inciter les universitaires à se montrer prudents ! Pire encore : ses ouvrages les plus récents ont été publiés en français par un éditeur d’ouvrages et de revues négationnistes[13].

En poussant vers la marginalité les études produites par les historiens de langue anglaise sur l’histoire de l’occulte et des sciences, les éditeurs français recréent une frontière qui n’existe pas dans l’histoire sociale des sciences de langue anglaise et contribuent encore un peu plus au retard pris par ces études dans notre pays. Résultat, quand un éditeur comme les Editions de la Maison des Sciences de l’homme décide de publier en français une étude parue à l’étranger sur l’occulte, elle ne trouve à traduire que le livre de l’historienne allemande Sabine Doering-Mateuffel, L’Occulte. Histoire d’un succès à l’ombre des Lumières. De Gutemberg au World Wide Web (2011) qui représente sans doute l’exemple par excellence de ce qu’il ne faudrait pas faire en terme d’études sur l’histoire de l’occulte et des sciences, tant ce livre se permet d’ignorer scrupuleusement tout ce qui fait l’originalité de l’histoire des sciences de langue anglaise. La recherche historique française a les historiens de l’occulte qu’elle mérite.

NOTES

[1] G.E.R. Lloyd, Magic, Reason and Experience : Studies in the Origin and Development of Greek Science, (tr. fr. Magie, Raison et Expériencce. Origines et développement de la science grecque, Paris, Flammarion ; nouvelle édition : Origines et développement de la science grecque, Paris, Flammarion, « Champs ».

[2] Brian Easlea,Witch-Hunting, Magic and the New Philosophy : An Introduction to Debates of the Scientific Revolution, 1450-1750 (1980), tr. fr. : Science et philosophie, 1450-1750, Paris, Ramsay, Paris, Ramsay, 1980.

[3] A. Thompson, [recension du livre de Brian Easlea], Dix-huitième siècle n° 19, 1987, p. 493.

[4] Anthony Grafton, Cardano’s Cosmos, Cambridge, Harvard University Press, 1999 ; Anthony Grafton et William R. Newman, Secrets of Nature : Astrology and Alchemy in Early Modern Europe, Cambridge, MIT Press, 2001

[5] Betty Jo Teeter Dobbs, The Foundations of Newton’s Alchemy or “The Hunting of the Greene Lyon”, Cambridge, Cambidge University Press, 1975 (tr. fr. : Les Fondements de l’alchimie de Newton ou « La chasse au lion vert », Paris, Guy Trédaniel/Editions de la Maisnie, 1981).

[6] Bernadette Bensaude-Vincent et Isabelle Stengers, Histoire de la chimie, Paris, La Découverte, 1993, p. 69.

[7] Frances Yates, The Rosicrucian Enlightenment, (tr. fr. La Lumière des Rose-Croix, Paris, Retz, 1973).

[8] Didier Kahn, Alchimie et paracelsisme en France à la fin de la Renaissance (1567-1625), Genève, Droz, 2007.

[9] Frances Yates, Giordano Bruno et la tradition hermétique, Paris, Dervy, 1988 et La Philosophie occulte à l’époque élisabéthaine, Paris, Dervy, 1987.

[10] Frances Yates, L’Art de la mémoire, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des Histoires », 1975.

[11] Ellic Howe, Le Monde étrange des astrologues, Paris, Robert Laffont, collection “ Les Enigmes de l’Univers ”, 1968.

[12] Nicholas Goodrick-Clarke, The Occult Roots of Nazism, Londres, Aquarian Press, 1985.

[13] Il s’agit de Jean Plantin qui est l’éditeur d’une revue négationniste appelée Akribeia. Sur ce personnage et son histoire voir l’étude de Henry Rousso, Le Dossier Lyon III. Rapport sur le racisme et le négationnisme à l’université Jean Moulin, Paris, Fayard, 2004.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *